Un train nommé Sommeil - Prévention Santé
Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews

Un train nommé Sommeil

Le soir, quand vient le moment du coucher, c’est un peu comme si nous nous retrouvions sur le quai d’une gare où passerait un train avec une locomotive symbolisant le sommeil, tirant trois wagons contenant chacun un sommeil de qualité différente.

Le premier wagon est celui du sommeil réparateur, le deuxième, celui du sommeil perturbé, agité et le troisième, celui de l’insomnie.

Tout un chacun souhaitera, chaque nuit, regagner le premier wagon car ce wagon influencera notre façon d’aborder la journée suivante car ne l’oublions pas veille et sommeil sont interdépendants.

Voici donc quelques pistes faisant appel au bon sens pour que le premier wagon nous ouvre grand ses portes !

Tout d’abord, il convient de significativement diminuer les facteurs extérieurs qui vont perturber le sommeil et surtout sa qualité. Il y a deux perturbateurs extérieurs majeurs que sont la stimulation lumineuse et la digestion lente et difficile.

Chouchouter sa glande pinéale, glande située dans notre cerveau, et qui, à partir de la sérotonine, le neurotransmetteur de l’humeur, va secréter la mélatonine, dénommée l’hormone du sommeil, le soir venu en l’absence de lumière. La sécrétion de la mélatonine va dépendre de l’intensité lumineuse à laquelle on s’expose et les écrans (tv, tablettes, portables, etc…) vont à l’encontre de la production de mélatonine.

Opter pour un dîner riche en végétaux qui soit facile à digérer car la nuit, l’activité principale de l’organisme va être de détoxifier.  Or, si le repas du soir est lourd, s’il nécessite plusieurs types de digestions, alors l’organisme, trop grandement sollicité par un travail de digestion additionné au travail de détoxification, ne pourra pas s’apaiser pour trouver le chemin menant au wagon si convoité du sommeil réparateur.

A ces facteurs extérieurs peuvent s’ajouter des facteurs intérieurs qui vont enflammer notre organisme toute la journée durant faisant que le soir venu, le corps aura beaucoup de mal à sortir de ce mode de défense qu’est l’inflammation. L’inflammation de l’organisme est générée principalement par le stress et par une alimentation majoritairement acidifiante. L’inflammation va engendrer une accélération du métabolisme qui va à l’encontre de la phase de décompression propice au sommeil. Une hygiène de vie la moins toxique possible est d’urgence à envisager.

Le sommeil est un besoin fondamental, essentiel pour la santé physique et mentale. Dormir n’est pas une perte de temps même si la vie moderne voudrait nous voir en faire toujours plus en un minimum de temps. Respecter son propre sommeil, c’est avant tout se respecter soi-même, en ayant une hygiène de vie la plus saine et équilibrée possible, et un seul wagon s’imposera à vous à la nuit tombée…vous devinez lequel…

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés


X
- Entrez votre position -
- or -