Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews
Depuis 2010, l'émission du bien-être et de la santé, par Déborah Donnier, son équipe de rédacteurs et d'experts

Le mythe végétarien par Lierre Keith

il y a 6 mois 11117 vues

En temps qu’écologiste dite radicale et militante, Lierre Keith tente d’ouvrir les yeux sur le désastre écologiste planétaire qui va frapper l’humanité tout entière. Selon elle, l’équilibre du vivant et de la terre est en voie de destruction et il est temps que nous en prenions conscience.

Entretien avec Lierre Keith, lors du congrès Quantique Planète « Tous mutants demain », le 21 et 22 novembre 2015 à Reims.

Lors de cet entretien, nous clarifions les idées que développe l’ouvrage de Lierre Keith Le mythe végétarien. Le livre est un constat alarmant sur la société et son mode de consommation avec l’agriculture moderne.

English version

Plan de l’interview

  • Tout d’abord Lierre Keith, votre parcours m’a interpellé, vous avez été végétalienne pendant 20 ans ?
  • Pourquoi ce livre Le Mythe Végétarien et titre ?
  • Vous définissez 3 chapitres, 3 catégories de végétariens : moraux, politiques, nutritionnistes, pouvez-vous nous définir ces catégories, et en quoi sont-elles différentes ?
  • Une des plus grandes célébrités du monde vegan, Matt Monarch a affirmé qu’il lui a fallu 1 nuit de lecture pour devenir vegan. Que pensez-vous de cette tendance à la détox, des jus, des mouvements d’une morale dogmatique et radicale par l’alimentation vegan, que l’on voit augmenter sur YouTube par exemple ?
  • Beaucoup de vegans citent des références d’athlètes qui sont en excellente santé comme Rich Roll, triathlète végétalien, pourquoi selon vous, prônent-ils ce mode d’alimentation ?
  • Selon vous il existe un risque « immunitaire » à l’alimentation végétarienne, vis à vis d’un risque de cancer par rapport au PH sanguin ?
  • Qu’est-ce qui nous différencie entre l’Homme et le Gorille ? En quoi notre métabolisme n’a rien à voir avec celui des gorilles ou des ruminants ?
  • Dans le livre, vous dites que le mammifère auquel on ressemble le plus proche est le loup, en quoi ressemblons plus au loup que le gorille ?
  • En France, se développe de plus en plus le régime, dit, paléo, que pouvez-vous en dire par rapport à votre expérience personnelle ? Est-ce la solution d’alimentation la plus adapté à notre machine humaine ?
  • Avez-vous un mot à dire sur Denise Minger et sur le rapport Campbell ?
  • Vous parlez dans les végétariens nutritionnistes, du risque des glucides/taux de sucre sur la bonne santé de l’homme. P 168 Risques des céréales sur les maladies auto-immunes. P 234 Vous parlez de Gary Taubes. Parlez-nous de l’approche de Gary Taubes, sur le rapport glucides/sucres. Pensez-vous que son approche nutritionnelle soit une approche satisfaisante et saine ?
  • C’est lors de la lecture de votre chapitre sur le soja que je me suis informée sur l’ouvrage de Kaayla T Daniel « Soja, ami ou ennemi ? J’ai découvert qu’en Suède le lait de soja est strictement interdit aux enfants. Un rapport avec les phyto-oestrogènes ? Quels sont leurs effets sur le corps humain ?
  • Que faut-il en penser du soja, consommer ou non ? Les japonais en consomment eux et vivent centenaires pourtant, il y a une question de territoire ?
  • Accepteriez-vous de rédiger un ouvrage qu’un ex-vegan devrait suivre ?
  • Parlons de notre terre : Y a-t-il un monde possible sans monoculture ?
  • Parlons de l’état de notre agriculture actuelle. Concernant la monoculture actuelle, on a une image en France Pierre Rabbhi, avec le mouvement colibri qui comme vous Lierre, milite au sein du mouvement colibri. Je vous cite « P 113 : Sols inadaptés aux cultures de céréales. P 36 : L’agriculture est plus ressemblante à une guerre qu’autre chose… « . Selon vous, sommes-nous en train de détruire notre bonne alimentation par cette surconsommation et élevage industriel ?
  • Vous parlez de sauver le monde, p 281 « pour sauver le monde, nous devons d’abord cesser de le détruire », c’est votre constat ?
  • Selon vous, quelle est la meilleure approche nutritionnelle dans votre pays en 2015 ? Avez-vous des noms, ouvrages ou des documents traitant sur la question pour informer les auditeurs qui nous regardent ?
  • Comment avoir un corps sans carence selon vous ?
  • Sans vouloir effrayer les auditeurs, quelles sont les conséquences les plus préoccupantes de personnes qui ont suivi un régime végétarien comme vous l’aviez fait ?
  • Je reprendrais une phrase de votre livre pour terminer … « Mais pour sauver le monde nous devons aussi, en fin de compte, le sauver. Abandonnez tout sauf votre courage et rejoignez la bataille ».

Le livre de Lierre Keith

cover-fr-vegetarianmyth

Commandez le livre

Prévention Santé n’est pas une tribune sectaire, pas plus qu’elle n’a pour vocation de susciter la polémique. Elle se veut un outil d’information, de débats et de réflexion.

L’interview de Lierre Keith s’inscrit dans cette volonté de Prévention Santé, de proposer différents points de vue, notamment en ce qui concerne l’alimentation, la diététique et la nutrition.

Vos commentaires

  • Bonjour à tous, je viens de visionner l’interview de présentation du livre, « Le mythe végétarien » par Lierre Keith, je suis très surprise des nombreuses affirmations erronées de l’auteure, c’est la raison pour laquelle, je me permets d’intervenir sur cette page. J’ai moi même été végan de 0 à 15 ans et je peux vous affirmer que j’étais en excellente santé, je pratiquais la gymnastique à haut niveau et n’ai jamais eu de problème de santé. En premier lieu, durant toute l’interview la confusion est faite entre végétarisme et véganisme! Lierre Keith affirme que le régime végan détruit la santé, ce qui est faux. Les gens affaiblis par ce régime ne savent pas s’alimenter et souffrent principalement d’un manque de diversité. L’auteure affirme qu’on ne trouve la vitamine D que dans les produits d’origine animale… c’est faux. Consommer des champignons et vous exposer au soleil vous apporte la vitamine D nécessaire, pour la vitamine B12, il existe des ampoules qui font très bien l’affaire. L’auteure affirme qu’être végan induit forcément un manque de graisse… Aie Aie Aie, c’est occulter complètement les valeurs nutritives d’un fruit comme l’avocat! Des fruits à coques comme l’amande, les noix du Brésil…hyper caloriques! C’est occulter la diversité des bonnes huiles qui sont à notre disposition, comme l’huile d’olive, de lin, de sésame, de noisette… Induire ensuite qu’une alimentation carnée vous protège des maladies graves tel que le cancer et les insuffisances mentales…est vraiment énorme, alors que justement beaucoup d’études tendent aujourd’hui à prouver que la consommation de viande favoriserait les cancers (cf site de la fondation contre le cancer: http://www.cancer.be/). En revanche, l’auteure a raison de mettre en garde contre la consommation excessive de céréales et de soja, et sur ce point je ne peux qu’être d’accord avec elle. Nos sociétés modernes souffrent d’une sur-consommation de sucres en tout genre à l’origine de la plupart des maladies modernes. (Les céréales en font partie). Quant au soja, c’est un aliment qui contient des phyto-œstrogènes capable d’influer sur le système hormonal humain. Une consommation excessive peut donc être dangereuse, et penser que parce que l’on est végé on doit se goinfrer de toffu est une grossière erreur. Je pourrai vous parlez de tout ca pendant des heures et si vous avez des questions au sujet de la nutrition je serai ravie d’y répondre, mais svp, faites preuve de discernement, diversifiez vos sources et ne prenez pas pour argent comptant l’ensemble des dires de cette auteure visiblement mal renseignée.

    Johanna Filiol 3 juillet 2016 20 h 21
  • Bonjour Solveig, si vous aviez visité le site, vous auriez vu que Prévention Santé est un concept d’émissions libres pour avoir les consciences sur la santé d’aujourd’hui sans conflits d’intérêt. Nous sommes tous des passionnés qui nous questionnons, à la rencontre d’experts santé.
    Bonne continuation,

    Deborah Donnier 9 juin 2016 21 h 04
  • Achetée par les lobbys de la viande pour dire n’importe quoi ;qui est « prevention-santé » ? Les lobbys.

    Solveig Halloin 9 juin 2016 1 h 01
  • Bon je relève un truc sympa : « le régime végétalien n’est pas viable à long terme, les athlètes prennent des protéines [végétales] en poudre pour construire cette masse musculaire ».

    Et donc, les body-builder ne prennent jamais booster, de whey… ? Faut arrêter de se moquer du monde. Tu peux faire de la muscu, sans prot comme tu peux en faire avec. Les gens qui font de la muscu, c’est en règle général pour avoir un physique attrayant et la majorité sera poussée à prendre de « poudres ».

    Jeff 4 mai 2016 10 h 19
  • Végétarisme et végétalisme sont entremélés tout au long de l’interview, ce sont 2 choses différentes.

    Je suis désolé pour ses problèmes de santé, mais aujourd’hui il existe beaucoup de moyens de remplacer les protéines et vitamines contenues dans les produits d’origine animale (Produits à bzse de soja, entres autres)

    Ceci dit, je suis d’accord avec le discours sur le colonialisme des occidentaux qui appauvrissent les populations qui n’ont pas accès à leurs propres ressources.

    Franck Ridel 1 mai 2016 11 h 22
  • «La première chose qui survient quand les gens adoptent l’agriculture, c’est qu’ils diminuent de 15 cm et perdent leurs dents» (Lierre Keith).

    Lorsque j’ai entendu parler de ce livre (je ne l’ai pas encore lu), je me suis dis, super, une analyse différente que celle des milliers d’études publiées sur le sujet et vantant les mérites du végétarisme. Pour autant et ayant regardé cette vidéo, j’espère y voir plus clair dans le livre car même si je ne suis pas un grand scientifique, les propos de Lierre Keith dans cette interview me semblent complètement incohérents et contradictoires.

    Premièrement, le titre du livre s’appelle le «le mythe du végétarisme» alors que Lierre Keith ne parle presque que du végétalisme. Je me suis amusé à compter, et en 24 minutes de vidéo, elle prononce pas moins de 21 fois le mot «végétalien». Je suis pourtant persuadé qu’elle connait les différences importantes entre ces deux régimes puisque comme elle le prétend, elle était végétalienne pendant 20 ans.
    Pendant toute cette interview, Lierre Keith fait l’amalgame et entretient un flou entre ces deux régimes, même la journaliste s’y perd.

    En effet, même si il est vrai qu’un régime végétalien mal maîtrisé peut entraîner des carences en vitamines B12 ou D, ce n’est pas du tout le cas d’un régime végétarien !

    Voici quelques citations de cette interview qui montrent l’incohérence de ses propos sur différents sujets :
    -«prétendre que l’on peut nourrir les pays pauvres en leur vendant de la nourriture provenant des pays riches s’appelle du colonialisme».

    Chère Lierre Keith, je rappelle que chaque année 775 millions de tonnes de mais et de blé ainsi que 200 millions de tonnes de soja (90% de la production mondiale) sont utilisées rien que pour nourrir le bétail destiné à la consommation de viande alors que ces terres pourraient justement nourrir les habitants des pays où sont cultivées ces céréales.

    -«ce qu’est l’agriculture, on prend un morceau de terre et on le débarrasse de tout ce qui y vit et on plante quelque chose qui sert à l’être humain»
    -«98% des forets et 99% des prairies détruites par l’agriculture»
    -«l’agriculture détruit les sols»

    -«Nous devons restaurer les créatures que nous avons fait disparaître, les laisser revenir dans la mesure du possible»

    -«Nous sommes tous d’accord sur le fait que l’élevage industriel doit disparaître»

    Pour résumer, Lierre Keith est contre l’agriculture mais souhaite favoriser la consommation de viande. Cette femme est-elle crédible ?
    Quelle est donc sa stratégie pour nourrir 7 milliards de personnes aujourd’hui et 10 milliards en 2050 ? Une population de chasseurs cueilleurs comme elle l’évoque dans la vidéo? Remplacer les 60 milliards d’animaux tués chaque année pour la consommation humaine par des animaux sauvages ?

    Je serais heureux de pouvoir livre ce livre et d’apprendre par quelle formule magique elle peut répondre à ces équations.

    Un flou constant est présent dans cette interview, Lierre Keith associe en permanence le développement de l’agriculture et des problèmes de santé, en faisant croire que l’agriculture = végétarisme, voici quelques exemples :

    -«ces maladies suivent l’expansion de l’agriculture dans le monde, la polyarthrite rhumatoïde, est un exemple particulièrement frappant»

    -«au fur et à mesure que l’agriculture se propage en Europe […]»

    -«nos corps ne sont pas adaptés à une alimentation fondée sur l’agriculture»

    -«La première chose qui survient quand les gens adoptent l’agriculture, c’est qu’ils diminuent de 15cm et perdent leurs dents» . Oui, oui, elle a bien dit ça! (à 8min02 de la vidéo)

    Le lien entre développement de l’agriculture et végétarisme n’est pas si important puisque l’agriculture étant principalement destinée à nourrir les animaux d’élevage.
    Est-elle au courant que 60% des terres dans le monde sont consacrées à l’élevage ?
    Que pour faire 1kg de viande, il faut 10kg d’aliments qui pourraient nourrir les populations des pays pauvres qui les produisent ?
    1 hectare de terre peut nourrir 50 végétariens et seulement 2 carnivores. Pour produire 1kg de viande, il faut la même surface de terre que pour cultiver 200kg de tomates, 160kg de pommes de terre ou 80kg de pommes !

    Ses propos sur le système digestifs : Lierre Keith oppose dans cette vidéo le gorille et le loup pour affirmer que l’être humain serait carnivore. Mais nous ne sommes ni des gorilles, ni des loups.

    -«Notre système digestif s’apparente à celui des loups»

    A-t-elle déjà comparé la mâchoire d’un carnivore comme le loup et celle d’un humain ?
    Est-elle capable de tuer et manger sa viande comme le font les loups ou les lions ? En la tuant sans arme, en tuant la bête à mesure qu’elle la mange ? Peut-elle tuer un bœuf, un sanglier à force de le mordre avec ses belles dents ? Peut-elle déchirer un lièvre ou un agneau avec ses griffes et le manger encore vif ? «Aucun humain n’a jamais consommé de la viande comme un carnivore, on la fait bouillir, on la rôtit, on la transforme avec le feu et plusieurs drogues, altérant, déguisant et éteignant l’horreur du meurtre afin que le sentiment du goût trompé et déçu par tels déguisements ne refuse point ce qui lui est étrange» (citation de Plutarque)

    Le soja : Lierre Keith explique que le soja entraîne de nombreux problèmes de santé notamment chez les enfants :
    -«on a constaté que les enfants nourris au lait de soja montraient des signes très alarmant de puberté précoce».
    Je demande à voir ces études, mais même si les méfaits du soja étaient vérifiés, les végétariens ne nourrissent pas tous leur enfants au lait de soja !
    Le soja n’est pas obligatoirement présent dans une alimentation végétarienne. Nos besoins en protéines sont largement satisfaits par les protéines végétales que l’on trouve dans de multiples sources, comme les céréales (riz, blé, pâtes, millet, boulgour, semoule, etc…), les légumineuses lentilles, haricots, poix chiches…), les fruits oléagineux (noix, amandes, noisettes…), les graines (quinoa, graines germées), etc.

    Lierre Keith dit :
    -«Les aliments tel que le fromage, la crème, les saucisses et le lard nous permettent de rester en bonne santé»
    Évidement, tout le monde sait que tous les nutritionnistes au monde conseillent de manger du lard et des saucisses… Sans commentaire…

    Voici les positions officielles et bien plus crédibles :
    L’association Américaine de Diététique (ADA), fondée en 1917, est la plus grande association de professionnels de la nutrition au monde avec plus de 70 000 membres diététiciens et nutritionnistes. C’est une institution indépendante de toute association de végétariens ou d’organismes de protection animale, et dont les avis font autorité dans le domaine médical en ce qui concerne la nutrition.
    Voici sa position : «La position de l’Association Américaine de Diététique est que les alimentations végétariennes (y compris végétaliennes) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs.»

    Voici également la position de l’APSARES, association française des professionnels de santé :
    Une multitude d’études médicales mettent en cause la consommation régulière d’aliments d’origine animale dans l’apparition de nombreuses pathologies. L’apport excessif d’acides gras saturés et de cholestérol, ou encore de protéines animales sont les principaux facteurs néfastes d’une alimentation centrée sur des produits animaux, comme l’est l’alimentation « moyenne » des Français.
    Parallèlement, un nombre croissant d’études médicales montrent que les alimentations végétariennes (sans viande ni poisson), y compris végétaliennes (aucun aliment d’origine animale), menées de façon appropriée, sont non seulement adaptées à toutes les périodes de la vie, mais en outre bénéfiques pour la santé humaine en général, et la prévention et le traitement de nombreuses maladies en particulier.
    C’est donc en toute cohérence que de plus en plus d’organismes officiels de santé publique et d’organisations de professionnels de santé renommées recommandent une alimentation centrée sur les aliments végétaux et non animaux.
    Ce type d’alimentation est également recommandé par l’OMS.

    Passons les propos de Lierre Keith sur les déficiences mentales des végétariens.
    Rappelons simplement qu’il y a sur Terre environ 900 millions de végétariens dont en voici quelques uns qui se portent bien ou se sont toujours très bien portés :
    Einstein
    Pythagore
    Léonard de Vinci
    Voltaire
    Gandhi
    le Dalai Lama
    le Professeur Théodore Monod
    le Dr Schweitzer
    Lincoln
    Paul McCarthney et tous les Beatles…
    Carl Lewis
    Sophie Marceau
    Francis Huster
    Leonardo DiCaprio
    Alec Baldwin
    Kim Basinger
    Woody Harrelson
    Candice Bergen
    Richard Gere
    Terence Stamp
    Daniel Day Lewis
    David Duchovny
    Marguerite Yourcenar
    Montserrat Caballé
    Marie-Claude Pietragalla
    Edwin Moses

    Et bien d’autres !

    Rémi 24 avril 2016 18 h 32
  • J’ai arrêté à 12 min car ses bêtises m’ insupportaient déjà trop… On est des carnivores plus proches du loup que du gorille… Flute alors, elle a révisé toute la théorie de l’évolution de notre espèce à elle toute seule… C’est pas rien quand même! 🙂
    Bon, encore elle aurait dit « omnivore », je veux bien mais « carnivore », je rêve de la voir bouffer des bouts de chair tout crus pour la peine… 🙂
    A-t-elle seulement déjà vu une mâchoire de carnivore? Le mouvement ne peut se faire que de haut en bas. Hors les herbivores peuvent également bouger leur mâchoire de gauche à droite. Alors notre mâchoire à nous elle fait comment chère madame?
    Un petit lien en cadeau pour cette brave dame :

    http://www.unjoursansviande.be/anatomiecomparee.html

    Grandi 19 mars 2016 21 h 59
  • Je ne suis pas sûre de comprendre… Elle a dit que le lait maternel ne contient pas assez de graisses pour les bébés. Si elle parlait des mères végétaliennes, cela peut être possible. Mais si ce n’est pas le cas, je ne suis pas d’accord car le lait maternel contient tout ce qu’il faut pour les bébés: anticorps, vitamines tout ce qui manque dans certains laits en poudre. On oublie trop souvent la présence des ANTICORPS dans le lait maternel.
    Sinon, ce vidéo est intéressant. Je ne suis pas anti ni pro végétarisme, je respecte des choix, personne n’a à juger. C’est vrai que la santé est un sujet toujours délicat comme les vaccins, le végétarisme, l’allaitement etc.

    Clara 29 février 2016 11 h 58
  • Difficile d’éviter la polémique avec des prises de positions aussi radicales. Il s’agit pourtant là d’une belle opportunité de tenir un débat salutaire pour dépasser les intégrismes alimentaires de tous ordres. L’alimentation n’est pas une religion; elle est source de vie, créatrice d’énergie et pourvoyeuse de plaisir. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres aujourd’hui, il conviendrait de faire preuve de tolérance et de respect de la diversité.
    Jean-Pierre

    Jean-Pierre Garitte 6 février 2016 16 h 12
  • Juste pour préciser le commentaire de Laurène ci-dessus « Rien que d’entendre qu’elle conseille les produits laitiers alors que c’est une pure aberration, qu’elle affirme que le végétarisme est nocif alors que des millions d’indiens le sont »….Euh Laurène, les indiens végétariens dont tu parles ont une alimentation extrêmement riche en produits laitier, ils utilisent abondamment le tchaï et le ghee. Et oui les indiens utilisent les produits laitiers et mangent assez gras pour les apports en vitamine A,D et K2 et l’apport en cholestérol.
    Désolée mais ces vitamines liposolubles ne se trouvent que dans les produits animaux.

    Sinon, très bonne interview. On a vraiment besoin de ce genre d’info en France pour réparer les dégâts fait par ce type d’alimentation. Je sais de quoi je parle, j’en reviens et pas en grande forme.
    Comme j’ai été éduquée dans une famille de végé, je pense surtout aux enfants victimes de ce genre de dogmes, les dégâts apparaitrons surtout au moment de la puberté lorsque le système endocrinien se met en place. Bienvenu dans le monde de la dépression et de l’anxiété!
    Alors les végans même si vous êtes convaincu d’avoir raison, même si votre santé ne s’est pas encore effondrée comme la fait la mienne, garder l’esprit ouvert pour vos enfants, ne les enfermez pas dans ce régime qui n’est absolument pas naturel.

    Pour ceux que ça intéresse ça va mieux depuis que je mange des œufs, du beurre et de la viande

    kloé 4 février 2016 22 h 20
  • On peut certes reprocher à Lierre Keith d’avoir la dent un peu dure (surtout le titre, mais peut-être est-ce la traduction?) et d’être peu nuancée, mais ces arguments me semblent solides dans l’ensemble et elle ne fait que rappeler un fait simple: nous avons passé notre existence d’espèce à être des omnivores… Quant aux populations végétariennes, elles le sont plus par pauvreté que par choix et les populations de l’Inde consomment peu de viandes, mais vous voyez des poulets dans tous les villages, donc, au moins pour les oeufs… idem avec les vaches et les produits laitiers. Même des populations dont la religion incite au végétarisme le sont rarement en pratique. Le Dalaï Lama a ainsi reconnu que deux tentatives de végétarisme avaient provoqué chez lui de gros problèmes de santé.
    On entend souvent dire que les végétariens sont en meilleur santé que la moyenne: c’est normal, la moyenne bouffe n’importe quoi!
    Quant à ceux qui arguent de l’exemple des singes, ils devraient regarder les documentaires sur les chimpanzés lors de leurs chasses: à déconseiller aux âmes sensibles…
    Enfin, aucun animal n’est végétarien: même une vache avale une quantité non négligeable de protéines animales en broutant: insectes, mollusques ou même en buvant.Les chevaux font la même chose, et j’ai pu observer que ce n’était pas toujours involontaire.
    Bref, je pense que je vais acheter ce livre.

    ERIC 1 février 2016 17 h 00
  • Cette femme, qui sans arret fait l’amalgame entre végétarisme et végan, doit etre, sans nul doute, payée par le lobby agroindustriel.
    Je suis végétarienne depuis 53 ans et me porte tres bien, merci!

    Odette Clanet 29 janvier 2016 18 h 19
  • Intéressant et non crédible pour moi!
    Je suis Vegan et je ne compte pas changer mon mode d’alimentation. Par contre je prends des compléments alimentaires qu’elle a entre autres énumérés . Ces compléments sont nécessaires non pas à cause de mon régime sans animaux qui m’aurait créé des carences quelconques mais plutôt pour remédier à celles accumulées par une alimentation appauvrie , déminéralisée, en perte vitaminique que j’ai eu pendant des années de régime appelé  » normal »… Il est évident que la nourriture n’a plus le même apport nourrissant qu’au siècle dernier….Il est sage de dire qu’un Vegan doit prendre de la vitamine B12 en supplément, celle ci n’étant pas présente dans une diète sans produits animaliers.
    À l’entendre je me suis demandée si elle ne faisait pas partie d’un mise en scène financée par les gros industriels de viande, poissons et produits laitiers….??

    Chantal 29 janvier 2016 15 h 54
  • Je suis vraiment perplexe en écoutant cette vidéo qui contient des assertions dont j’aimerai bien connaitre l’origine.
    Dire de manière peremptoire que les bébés de mères végétaliennes meurent est une hérésie.
    Dire et affirmer que le végétarisme crée des problèmes de santé me laisse aussi perplexe car lorsqu’on entre dans cette voie normalement on va combler certaines déficiences par d’autres apports qui ne seront pas obligatoirement des compéments alimentaires.
    En écoutant je me dis que cette femme est payée par les éléveurs c’est pas possible d’oser affirmer ce qu’elle affirme sans l’étayer. Je suis ébahie.

    Béatrice 28 janvier 2016 20 h 48
  • Rien que d’entendre qu’elle conseille les produits laitiers alors que c’est une pure aberration, qu’elle affirme que le végétarisme est nocif alors que des millions d’indiens le son, que nous sommes plus proches de loup (que de l’agneau) et que le soja est dangereux (alors que l’étude l’accablant a été complètement démontée car les données étaient fausses), ne donne aucune valeur à son argumentaire scientifiquement bidon.

    Comment se fait-il qu’elle dise que le végétalisme soit dangereux alors que des études montrent que cela permet d’avoir une espérance de vie 15% supérieure aux non végétaliens ? Tout simplement parce que les études se contredisent, et que la seule chose à savoir, c’est si le végétalisme est viable ou pas, ce qui est le cas.

    David Jenkins est titulaire de la chair de nutrition au Canada (soir le plus haut poste en nutrition), il a inventé l’indice glycémique, est vegan, et préconise à ses patients de le devenu. J’aurais tendance à accorder infiniment plus de crédit à ce dernier qu’à cette femme qui ne se base que sur son propre vécu et qui n’a aucune compétences de nutritionniste, diététicienne ni même professionnelle de la santé.

    En tout cas, elle doit bien faire le buzz et se faire une paquet de fric avec son délire vegan = morts vivants.

    Laurène 27 janvier 2016 14 h 01
  • Du grand n’importe quoi depuis notre cousin le loup jusqu’à l’agriculture intensive soit-disant provoquée par le végétalisme (alors que c’est justement la conso de produits animaux qui surexploite les ressources végétales et donc épuise les sols), en passant par méfaits du soja, dont l’étude qui l’accablait a été littéralement démontée par des médecins nutritionnistes (et même pas végétariens)… Enfin bref, on fait dire et on interprète les études comme on veut, mais faudra quand même chercher à comprendre comment une alimentation vegan peut ne pas être viable alors qu’il est de plus en plus démontré que l’espérance de vie des végétaliens est supérieure à ceux qui ne le sont pas (de 15%, dans certaines études).

    Et gardons toujours a l’esprit que le véganisme ne vise pas à être en meilleure santé, mais simplement en bonne santé, car c’est prioritairement de l’éthique et des droits des animaux dont il s’agit et non pas de la santé, pour laquelle il convient simplement de connaître la viabilité d’une alimentation végétalienne, et non pas sa supériorité, même si certaines études le démontrent (mais d’autres non, donc en se basant là dessus, on aboutit à rien).

    LAurène 27 janvier 2016 13 h 53
  • Ahahah ! Cette nana est une vraie blague !!!!
    On raconte bien des conneries en faisant croire à un discours scientifique.
    Tout est réducteur et caricatural. C’est incroyable de tenir un discours pareil. Elle dénonce des fausses vérité avec des choses à moitié fausses. Qu’on dénonce un régime que l’on pense mauvais, je le comprends… Mais là c’est juste un paquet d’ânerie et fait tenir des positions aux végétariens qui pour la plupart sont éronnées.
    Y a pleins de végétariens et de non-végétariens cons, c’est pas nouveau, et pas une affaire de régime.

    Dimdilidim 27 janvier 2016 11 h 14
  • Je n’ai jamais entendu autant d’inepties en 24mn.

    Marie-Eve 27 janvier 2016 7 h 35
  • Beaucoup de références douteuses de généralisation et une grande contradiction. Si tout le monde n’observait que ce régime parfait de produits issus d’animaux, comment se passer de l’agriculture industrielle?
    Les études sur le fameux œstrogène de soya on été contredites à de nombreuses reprises…et à l’entendre parler les milliers de végétaliens à travers le monde tombent comme des mouches! non vraiment je suis choquée de voir à quelle point elle joue les victimes (les méchants et violents végétaliens)et à quel point elle ramène tout à elle. Moi aussi je pourrais dire que je connais plein de végétaliens qui vont bien et qui ne sont pas dépressifs. Leur cerveau ne semble pas affecté…
    Côté vedettes, Einstein, Edison, Leonard de Vinci… tapez végétariens célèbres et vous verrez que ces personnes ne semblent pas avoir eu un cerveau plus petit. Au contraire, leur grande intelligence leur a permis de voir que leur alimentation causait de la souffrance et ils ne voulaient plus participer à ça.

    Nata 27 janvier 2016 6 h 26
  • Super ! merci beaucoup pour cette interview, vraiment, ça change des conneries que l’on peu entendre partout…Je le vérifie chaque jour en sortant ma fille de son polyhandicap…Plus de crises d’épilepsies, plus d’hyperventilation , plus d’apnées ( plus aucun médicament…), elle est de plus en plus présente ( autisme, faisant partie de son polyhandicap…) , elle ne hurle plus de douleur…elle n’est plus grise de peau…elle recommence à faire des pas en trotteur, elle à même la reprise de ses règles ( on joue aussi sur le côté hormonal…)( elle est en fauteuil roulant atteinte d’un syndrome de rett à la base…)…contrairement au régime végétarien à la limite végétalien que j’ai suivis pendant environ 8 mois….ou nous étions en train de tomber au fond du gouffre…Mélanie récupère et moi aussi…vue que j’ai fini à l’hôpital…

    Je joue aussi sur d’autres points, mais les produits animaux sont nécessaire ++, surtout pour des pathologies lourde, n’en déplaise à certain….

    Le tout est de manger sain et local, le plus possible, sans additifs alimentaires ( ref : additif alimentaire danger de Corinne Gouget ), sans soja , sans maïs, sans pesticides ( bio, aux minimum pour les fruits et légumes )….ça c’est du bon sens…après ! en ce qui concerne le lactose, et le gluten, tout dépends de chacun. Je n’en prends plus de mon côté, par contre nous avons gardées la protéine du lait  » la caséine  » , sous forme de fromage de plus de 8 mois d’affinage car il est important de lier plusieurs protéines ( animales…les autres c’est du vent…si on peu vraiment appeler ça des protéines…non complète… ), pour multiplier leur propriétés, une part de 30 gr de fromage ( x 2 , maximum par jour )+ oeufs, ou poulet, ou autre…le mieux est le porc pour l’apport de l’histidine. Intégré à des crudités si possible, pour les vitamines et les enzimes…mais au moins dans un régime de type équilibré…Certain vont en avoir besoin plus que d’autres, mais dans tous les cas, elles sont indispensables..

    Après ! je n’ai rien contre les végé…chacun est libre de faire ce qu’il veux avec son corps, mais de tel propagandes, ce n’est en aucun cas possible, voir même criminelles, il faut que ça cesse rapidement..

    quelques références

    ==> http://www2.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/pascal/fya/chimcell/notesmolecules/proteines_3.htm
    ==> http://myzap.info/blog/2015/10/31/viande-pas-viande-retour-vers-le-passe/?fb_action_ids=896668117113462&fb_action_types=og.comments

    *************************************************************
    A LIRE !
    On regroupe sous ce terme : viande, volaille, poisson, fruit de mer et œuf.
    En permanence, des cellules meurent dans notre organisme, il faut donc les remplacer. C’est à partir des protéines que le corps extrait les éléments dont il a besoin pour reconstruire ses cellules. Sachant que les protéines NE PEUVENT ÊTRES STOCKÉS dans l’organisme, il faut donc en consommer à raison de deux fois par jour pour être capable de renouveler correctement nos cellules (os, peau, intestins, globules rouges, …).
    Pourquoi doivent-elles être présentes aux 2 principaux repas ? Si un individu mange 300 gr de viande le midi, il utilisera les 100 à 150 gr dont il a besoin. L’excèdent sera transformé en urée, acide urique et éliminé par les voies urinaires. Donc, toutes les cellules qui « vont mourir » dans l’après-midi et la nuit ne seront pas renouvelées avant le prochain aliment protéiné.
    Une insuffisance entraîne : l’anémie, l’ostéoporose, l’impuissance, la frigidité, la stérilité, la fonte musculaire, la CHUTE IMMUNITAIRE. Cela entraîne également une carence totale en A, D3, en B12, carence en acide folique et en fer.
    Un excès entraîne :l’urémie, l’hypertension, la dilatation du cœur gauche, la lithiase urique.
    Les graisses saturées contenues dans les protéines apportent de la vitamine A et D3. La cellule humaine combure du glucose mais aussi des acides gras saturés notamment lors d’efforts musculaires d’endurance. Le FRENCH PARADOXE (Mythe du cholestérol) Les esquimaux, avant l’arrivée de « la civilisation », ignoraient les cancers, les maladies cardiovasculaires, les rhumatismes, les affections pulmonaires etc, malgré une nourriture extrêmement carnée.
    Les graisses de coprah et de palme sont hautement indigestes et sont responsables de : digestions difficiles, de troubles hépatiques, de dermatoses et de catarrhes.
    Le Professeur Gilbert CARRAZ a pu observer que chez certaines populations d’Afrique ayant une alimentation pauvre en protéines, la rougeole était très souvent mortelle. Cependant, lorsque l’on apportait à cette même population une supplémentation protéique, la maladie redevenait bénigne comme en Europe. Donc elles participent pleinement à maintenir une bonne immunité.
    La protéine régule aussi la glycémie. Par exemple, un dessert pris en fin de repas ne peut créer un pic de glycémie. Le PH stomacal est monté à 5 (digestion de la protéine). Le sucre se digérant à PH 2, il mettra donc plusieurs heures pour passer dans le sang. Une fois de plus, la gastronomie est en accord avec la santé.
    Un apport régulier de GLUTATHION aide à stimuler son corps et à redonner de la vigueur à l’organisme. Les acides aminés, GLUTAMINE, CYSTÉINE et GLYCINE sont les PRÉCURSEURS essentiels à la production de glutathion au niveau cellulaire, dont les sources naturelles se trouvent principalement dans les viandes, les poissons et les oeufs.
    Le glutathion est une protéine anti-oxydante qui protège les cellules, les tissus et les organes contre la maladie, le vieillissement. Il est l’antioxydant interne le plus abondant dans l’organisme, il est synthétisé dans le foie et à l’intérieur des cellules. Il est à la base de notre système immunitaire et de nos cellules qui doivent constamment se réapprovisionner en glutathion afin de pouvoir soulager les problèmes de notre organisme. Il joue plusieurs rôles : antioxydant, immunostimulant, détoxifiant et énergisant.
    Les globules blancs dépendent essentiellement du glutathion pour pouvoir fonctionner correctement et défendre le corps contre toute agression. De même le glutathion protège les globules rouges contre les dommages et améliore ainsi le transport de l’oxygène dans l’organisme. Il soulage le système cardiovasculaire, aide le système digestif. Il est utile pour combattre toutes les maladies infectieuses et immunologiques. Il intervient dans le processus d’élimination des métaux lourds et des toxines.
    Les protéines ingérées sont transformées en peptides dans l’estomac puis en un acide aminé dans les intestins d’où ils traversent la muqueuse intestinale pour être acheminés par le système sanguin jusqu’aux cellules. Seul le collagène n’est pas digéré et 15 à 20 grammes/jour atteint le côlon. Ce qui est insignifiant car notre intestin est refait à neuf tous les 3 ou 4 jours et donc nous desquamons 250 g de cellules mortes toutes les 24 heures.

    ==> http://www.yvescassard.com/Proteines-animales-ou-vegetales.html

    il y à bien d’autre référence, c’est loin d’être tout…

    Fillerette 26 janvier 2016 16 h 56
  • Cette femme parle constamment de VEGETALISME !!! attention, le titre de son livre « le Mythe Végétarien » crée une confusion dangereuse! Elle s’attaque au végétalisme et non aux végétariens!!! faites la part des choses!

    Fanny 26 janvier 2016 11 h 31
  • Keith, j’entends que tu devais dire beaucoup de bétises en tant que végétalienne adolescente, mais…ne tombe pas dans le même écueil en tant qu’adulte carnivore, c’est assez réducteur ce que tu dis parfois quand meme, fais attention, des gens pourraient t’écouter, et avoir comme bible ton livre !
    1) « l’agriculture: on prend un morceau de terre et on le débarasse de tout ce qui y vit, y compris les bactéries  » euuuuuuuh non en fait là tu parles d’agriculture INTENSIVE Keith donc tu fais l’amalgame que tu refuses pourtant pour l’élevage….Une agriculture saine ne détruit pas les bactéries Keith, tu dis des bêtises chérie.
    2) « puis on y plante quelque chose qui servira à l’être humain » 398%des forêts sont détruites et 99% des prairies » Keith chérie, dans le monde actuel l’agriculture qui dévaste les forêts ne sert pas aux humains, non non non. On y fait certes pousser des céréales dégueulasses mais….70% des terres agricoles sont destinées à nourrir le bétail de l’élevage intensif…. alors Keith, comment peux tu dire que ça sert aux humains qui consomment trop de céréales ??? tu fais exprès ? allez avoues tu es financée par l’industrie de la viande pour dire des énormités pareilles?
    3) « prétendre qu’on peut nourrir les pays pauvres en leur vendant de la nourriture provenant des pays riches ca s’appelle du colonialisme » Ah c’est pour ca qu’on rabache aux végétariens qu’ils veulent nourrir le monde avec du soja ? Nan Keith, en fait si tu rends les 70% des terres agricoles que par colonialisme, les pays riches ont « volé » aux pauvres pour y faire pousser la nourriture de leur propre bétail, alors ces pauvres pourront à nouveau jouir de leurs terres, et y faire pousser ce qu’ils veulent pour nourrir leur population. C’est l’élevage intensif qui contribue au colonialisme Keith.

    Fanny 26 janvier 2016 11 h 22
  • Mais on s’amuse bien par ici ! Chouette !
    Joli travail Déborah, j’aurais pu le dire depuis longtemps, mais là impossible de me retenir ! 😉
    Bonne continuation

    Vévé 25 janvier 2016 22 h 32

Je poste mon commentaire

X
- Entrez votre position -
- or -
Menu