Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Bien respirer

En naturopathie la respiration participe de la qualité de notre hygiène de vie et de notre équilibre. Prendre conscience de sa respiration, sentir si elle est haute, basse, souple, saccadée, courte, apprendre à « mieux » respirer apporte une meilleur oxygénation du système nerveux et de toutes les cellules du corps, offre un outil de contrôle du stress et des débordements émotionnels, enrichie quotidiennement la qualité de sa présence  et de sa conscience  à  soi même  et aux autres et développe des capacités de concentration, et beaucoup de calme.

On peut vivre 40 jours (maximum 75) sans manger, 4 à 6 jours  (maximum 7) sans boire, mais seulement 4 à 5 minutes sans respirer et nous partageons avec tous l’air que nous échangeons.

Comment respirons- nous ?

La mécanique est la suivante :

A l’inspiration : Baisse du diaphragme qui en descendant crée une dépression dans les poumons dans lesquels l’air s’engouffre. La quantité d’air inhalé est directement liée à l’augmentation du volume interne au thorax provoqué par l’action du diaphragme vers le bas. Au niveau des côtes hautes, il y a un changement de diamètre antéropostérieur qui agit comme un bras de pompe en orientant la partie haute du sternum vers l’horizontale, tandis que les côtes inférieures ont tendance à avoir une élévation sur le plan sagittal comme celle de l’anse d’un seau.Le sang artériel augmente  du thorax vers  l’abdomen, le périnée descend, l’encéphale se contracte.

A l’expiration : Le diaphragme remonte, assisté par tous les muscles ayant une insertion sur les côtes : crâne, ceinture scapulaire, iliaque et axe vertébral. Le sang veineux remonte des membres inférieurs vers l’abdomen .Le périnée remonte ; l’encéphale est en expansion

 Le diaphragme est un muscle plat qui sépare le thorax et l’abdomen. Il s’insère tel une coupole dans les parois inférieures du thorax, des côtes et prend appui comme sur un pilier sur les vertèbres lombaires.Il est plus large latéralement d’avant en arrière, il s’incline à l’avant vers l’arrière et remonte plus à droite qu’à gauche.

Piliers diaphragmatiques : Le pilier droit du diaphragme s’insère sur L1-L2-L3 et sur les disques intercostaux qui les relient. Le pilier gauche s’insère sur L1-L2 et sur les disques entre D12 et L3.

Deux piliers disposés en arcane de L2 remontent sur les apophyses transverses de L1 pour s’attacher à la 12ème côte afin de laisser le passage au psoas et au carré des lombes.

Le diaphragme est innervé depuis le plexus cervical par les nerfs phréniques (un pour la coupole gauche, un pour la droite) qui fonctionnent indépendamment mais en synergie

 C’est un muscle essentiel dans la respiration. Son rôle de piston (16 mouvements/mn) soutient et masse les viscères. Son mouvement perpétuel favorise la circulation du sang et de la lymphe.

Les autres muscles qui participent à la respiration :

Les grands droits sont des expirateurs annexes.Les transverses qui sont équivalent à une sorte de gaine que l’on  sent quand on met les mains sur les cotes et que l’on tousse,  aident à l’expire. Les obliques partent des cotes leur contraction provoque une torsion. Ils sont  expirateurs. Le carré des lombes  (le râble) est attaché entre la dernière côte, les lombaires, et la crête iliaque. Sa contraction provoque la levée de la hanche et de la fesse. Il est un petit expirateur. Les scalènes sont attachés sur les cervicales et les 1ères côtes, ce sont des  inspirateurs qui aide à lever le sternum Le rhomboïde (symbole de la marque Citroën) participe à l’inspire. Il aide également à se tenir droit et permet de gonfler la poitrine. Les intercostaux externes écartent les côtes hautes et sont inspirateurs. Les internes resserrent les côtes  hautes et sont expirateurs. Le petit pectoral s’appuie sur la pointe osseuse de l’omoplate (coracoïde) et sur les côtes : on tire sur les cotes donc on inspire. Le SCOM permet de tourner la tête (lieu du torticolis) Ce sont des muscles  inspirateurs.

La fonction respiratoire est le seul système sous double commande du système nerveux : à la fois volontaire et involontaire. On respire sans y penser mais on peut aussi moduler et agir sur sa respiration. Le diaphragme reçoit au niveau du centre phrénique des infos nerveuses. Au repos, l’inspire se fait sous l’impulsion de l’orthosympathique qui fait descendre le diaphragme. A l’expire c’est le parasympathique qui agit . Le plexus « solaire »  est un entrelacs de fibres nerveuses qui donnent des infos au diaphragme. Il permet la réception instinctive des information de l’environnement.

En situation de stress, en contrôlant volontairement la respiration il y a un effet de levier qui permet de réhabiliter le parasympathique : la respiration est lente, basse, régulière et ample ; elle redonne une info au système nerveux qui répercute ses bienfaits sur l’ensemble des symptômes du stress et apporte calme et détente.

Donc dans un premier temps prenez conscience de votre respiration, de ses lieux dans votre corps, de son rythme et sans rien modifier observez là !

Apprenez ensuite des respirations plus volontaires comme la respiration ventrale, complète, thoracique,

Respiration ventrale ou diaphragmatique

Toute respiration naturelle doit être ventrale. La respiration ventrale c’est la respiration diaphragmatique. Elle dynamise le « hara », est très bénéfique pour les stressés car elle calme rapidement,favorise l’endormissement et la récupération, la relaxation , améliore et participe activement au retour veineux et dynamise le système nerveux parasympathique.

Respiration thoracique

Elle est souvent la plus utilisée malheureusement, même si elle est très efficace pour répondre à une situation d’urgence à court terme, car elle est très puissante. Cette respiration est efficace pour répondre à une situation d’urgence à court terme, active le système  orthosympathique  et peut être bénéfique  pour les personnes timides, complexées, introverties

Respiration rénale

C’est une respiration ventrale doublée du gainage progressif des abdominaux pendant l’inspiration. La pression du diaphragme se trouve dirigée vers la région rénale ce qui active les surrénales avec un  effet massant remarquable sur toute la région lombaire, stimule la vigilance , et  soutient l’enracinement

Respiration complète

La respiration complète ascendante  est  la plus logique et la plus physiologique. C’est une respiration qui utilise  successivement la respiration ventrale, thoracique et claviculaire dans un mouvement doux et qui  est calmante, anti-stress, et antifatigue.

Vous pouvez apprendre ces différentes respirations dans un cours de yoga ou en quelques séances avec un praticien de santé naturopathe et ensuite les intégrer dans votre vie quotidienne pour votre plus grand bien.

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.