Candida albicans : L'art de reconnaître ses alliés de ses vrais ennemis
Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews

Candida albicans, l’art de reconnaître ses alliés de ses vrais ennemis

Candida albican, un mal qui ronge de plus en plus individus.  La variété de symptômes qui accompagnent les candidas albicans , est tellement vaste et varié, qu’un diagnostic est très difficile à poser. Le candida touche à tout. Il est ce petit gamin mal élevé qui ne peut s’empêcher d’aller partout, de toucher à tout et de semer la pagaille partout il a fait son chemin. Pourtant si on l’avait mieux surveillé, il ne serait pas devenu un petit garçon aussi mal élevé.

Des candidas nous en avons tous. Ils font partie de notre flore intestinale. Sous forme de levure, ils sont tout à fait inoffensifs. Eux et leurs copains, les milliards de bactéries intestinaux, sont essentiels à notre corps et à son fonctionnement. Chaque bactérie, a une fonction spécifique. Celui du candida a une fonction de ramassage de déchets présents dans nos intestins. Il élimine les micro-organismes dont notre corps n’a pas besoin. Il n’est pas donc du tout notre ennemi, mais un allié qui nous aide à nous débarrasser de déchets.

Il prend cependant la forme d’un champignon vicieux lorsqu’il a accumulation de déchets dans les intestins. C’est-à-dire qu’il y a tellement de déchets qui t sont accumulés, des substances non assimilées par notre corps, que les candidas doivent changer de forme pour se nourrir de ses déchets. Ils se transforment alors des champignons se multiplient pour accomplir leur tâche et c’est là que les soucis commencent. C’est à ce moment précis, qu’ils deviennent  » nos ennemis  ». Pourtant ils restent toujours nos alliés. Ils ne remplissent que leur fonction ! Ce qui n’est pas normal c’est la sur-quantité de déchets. Le candida doit donc fournir la demande, donc il prolifère. Il répond à une demande naturelle du corps de lutter contre cet amas de déchets qui s’accumule. Il défend l’organisme, mais toutefois cela l’affecte aussi.

Changement de terrain, détoxination, évacuation , guérison

Beaucoup vivent pendant des années, avec les candidas sous forme de champignons. Ils ne font que soulager les symptômes gênants, ou incommodants dans la vie quotidienne. Lorsque l’on fouille sur internet, ou que l’on demande l’avis du médecin, il vous dira qu’il faut les tuer tous. Partir à la guerre contre les candidas albicans. Se munir des meilleures armes, pour les écraser. Erreur. Les candidas albicans font partie de la flore intestinale. Les tuer, revient à éliminer un puissant allié dans le ramassage de déchets de notre organisme. C’est un peu comme retirer un organe essentiel. Tout a une fonction, un rôle. Le respect de la physiologie de notre corps c’est le respect de la fonction de tout ce qui se trouve dans notre corps et travailler en harmonie avec chaque allié que nous possédons. Cependant vivre avec les champignons n’est pas normal. Il n’est pas normal que les intestins subissent une prolifération de champignon. Vivre 4 ans avec des candidas albicans qui ne sont plus à leur état initial n’est pas bon pour le corps et ce même en l’absence ou en diminution de symptômes.

La candidose n’est pas une maladie. Et n’est certainement pas incurable.

Le régime anti-candida ne fonctionne pas. Il apaise les symptômes pendant une certaine période mais ne guérit pas. On ne peut pas non plus priver son corps totalement de sucres. On peut le diminuer, mais pas s’en passer, le corps en a besoin pour bien fonctionner. Il est insensé de croire que l’on peut vivre des années sur le régime anti-candida. Pourtant ceux qui sont emprisonnés dans ce régime, dès qu’ils ont le moindre écart, les conséquences sont désastreuses, signe que le candida albican est toujours un champignon.
Alors comment faire la paix avec les candidas albicans, comment leur facilité la vie, pour qu’ils redeviennent des levures et qu’ils n’aient plus autant à cravacher pour ramasser ses déchets ?

Les candidas se nourrissent de ses déchets.; de sucre non assimilé, d’antibiotiques, de levures, de résidus de certains médicaments, comme la pilule contraceptive. Le stress également est un excellent facteur pour la prolifération du candida, puisqu’il ralenti considérablement la digestion, avec la production du cortisol, donc favorise l’accumulation de déchets.

La voilà, la cause des causes. L’ennemi n’est pas le candida. L’ennemi est bel et bien dans nos intestins mais ce n’est pas celui que l’on croit. C’est les déchets. Déchets d’une alimentation chimique, transformée, trop sucrée qui ne respecte pas la physiologie de notre corps et qui est difficile à digérer. Tout ce que le corps n’assimile pas, finit  dans les intestins, mais ne ressort pas automatiquement. Déchets  également dus à des médicaments, des antibiotiques ( les mots le disent anti-biotiques, s’attaquant donc au microbiote intestinal ), qui s’accumulent et attaquent encore et encore à chaque nouvel prise. Pour soigner un état, il ne faut pas soigner que les symptômes, mais la cause des cause. Hors ici la cause des causes ce sont les déchets, donc notre ennemi à abattre, à massacrer.

Pour  » guérir  », il faut modifier le terrain, le détoxiner, le permettre d’évacuer et viendra par la suite la guérison avec la reconstruction. Toutes ces étapes sont essentielles. Bien manger ne suffit pas quand le corps est intoxiqué ou engorgé. Et une détoxination, et l’évacuation des émonctoires du corps ne peuvent être faits sans un changement de terrain, un changement alimentaire. Il faut un corps une nourriture adaptée à sa physiologie. Des légumes, beaucoup de légumes verts, en jus, cru et cuits. Des fruits. Et oui des fruits. En très faible quantité, certains ont guéri avec un fruit doux , deux fois par semaine. Biologique, bien-sûre. Les légumes et fruits biologiques ont tout ce qu’il nous faut matière de minéraux, macro et micronutriments, même en vitamines et protéines.

Bannir le gluten et les produits laitiers, le café, le sucre, les levures. Toute nourriture transformée ne devrait pas figurer dans votre alimentation, cuisiner! La viande, avec modération, ainsi que le poisson et biologique. Manger avec modération, écouter votre corps.

Après un changement de terrain, le corps entrera en phase de détoxination. Il se détoxinera de manière naturelle, comme lui seul sait le faire. On peut forcer le corps, ni même le bousculer pour la détoxination. Cela demande de la patience, du repos et de la volonté/.
Détoxination et évacuation vont de paire. Il n’y a pas de réelle détoxination, sans l’évacuation des émonctoires du corps c’est-à-dire par les intestins, les reins, les poumons et la peau. Les crises de détoxination sont des crises durant lesquels les déchets du corps sortent, apparition de boutons, selles plusieurs fois par jour, mucus dans la gorge et les voies nasales etc… Beaucoup confondent ces fameuses crises avec une dégradation de l’état ce qui est absolument faux. Le corps a besoin d’évacuer les matières pour guérir et se reconstruire. On peut comparer cela, comme le fait si bien Thierry Casasnovas, à une ville dont les déchets ne sont plus collectés. On y verra apparaître des champignons, des vers, des bestioles de toutes sortes et la ville perdra de sa beauté en plus de sombrer dans la décrépitude. Il en est de même avec son corps. Il n’est pas normal d’accumuler des déchets dans l’organisme ou des repas. Norman Walker en parle dans son livre  » La santé de l’Intestin: Le colon  » ou même Bernard Jensen dans  » Intestins libres  », un repas devrait équivaloir à une selle, donc 3 repas, 3 selles par jour. Il est très troublant de voir de nos jours des gens allés à la selle une fois par semaine, accumulant ainsi donc au moins 20 repas dans leur colon!

L’alimentation vivante est un excellent moyen d’entamer, la détoxification/ évacuation. Les plantes médicinales également comme le psyllium, ou un mélange appelé Balai intestinal de chez ABC de la nature, permettent le balayage des intestins de leurs déchets. Les lavements ou irrigation du colon sont aussi de très bonnes solutions complémentaires. Graines de chia, graines de lin aussi parsemés dans votre repas est un bon coup de pouce ainsi que des tisanes de tout genre ortie, pissenlit, fenouil. Pour la lymphe, il existe également des plantes, mais l’activité physique et le brossage à sec dont deux très bons moyens pour la faire circuler et lui permettre d’évacuer les déchets par la peau. La lymphe n’est pas comme le sang, elle n’a pas de muscle qui lui permet de se propulser à travers le corps. Persil pour les reins avec modération, des plantes également comme de l’hydrangée, Juniperus communis, Zea Mai, par exemple, sont excellentes pour  les reins. Bien boire une quantité d’eau suffisante également. Et ne pas oublier le foie, qui cravache sans relâche en cas détoxination, un peu de chardon-marie pendant plusieurs semaines, lui donnera un sacré coup de main!

Puis viens la période de reconstruction/guérison celle où le corps évacuer de ses déchets, avec la nourriture vivante, recommence à se reconstruire. C’est l’étape clé ou les candidas diminuent en nombre, où les intestins se soignent, rendant aux bactéries leurs fonctions naturelles. L’étape ou il ne s’agit plus de détruire un ancien mode de vie mais d’en bâtir un nouveau.
Le sommeil, le repos est capital dans chaque étape en voie de toute guérison. Se coucher tôt, sommeil ou non, dans un environnement calme, sans appareil électronique, ni écran, ni de lumière. Un sommeil réparateur n’a pas de prix. Votre stress diminuera considérablement et votre corps reprendra des forces. Créer la paix autour de vie, dans votre environnement, dans vos relations. Cesser de vous inquiétez demain et vivez aujourd’hui.

Résumons …

Les candidas sont les symptômes d’une accumulation de déchets dans l’organisme, les intestins. Pour rendre le candida dans sa forme naturelle, de levure, il faut changer le terrain, nettoyer l’organisme, évacuer les déchets pour lui permettre de se reconstruire sur de nouvelles bases. Il n’y a pas d’autres chemins. Les candidas albicans sont un cri d’alarme, des lanceurs d’alerte que quelque chose cloche. C’est notre corps qui nous envoie un message.
Il ne s’agit pas de tuer, mais de travail d’équipe. Que ce soit avec  de l’huile d’extrait de pamplemousse, de l’huile d’origan, des aliments antifongiques, comme la noix de coco, que ce soit avec de l’ail, des légumes verts, des tisanes, des plantes médicinales, de l’aloès Vera, propolis, herbe de blé,  utiliser tout ces produits naturels pour ramener l’harmonie et non pour semer la guerre dans votre deuxième cerveau. Ramener la paix et les peuples qui colonisent vos intestins vous rendront la pareil.

Pour aller plus loin dans la réflexion

Petite boite à outils :

Au vert avec Lili  : http://auvertaveclili.fr/candida-albicans-jeune-et-arret-du-sucre/

http://www.maplante.com/candida-albicans-et-remedes/

http://guillaume-yoga.fr/2015/02/traitement-candidose-avis-conseils-naturopathe/

 

Candidose Buccale & Phytothérapie

 

Auteur : Sabryna Lefrançois Lachance

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés