Contraception naturelle et vie de couple - Prévention Santé
Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews

Contraception naturelle et vie de couple

Nous sommes Audrey GUILLEMAUD et Marjorie CAMBIER, et dans le cadre de notre premier article à 4 mains (que vous pouvez dès à présent consulter ICI ), nous avons évoqué brièvement les bases de la Méthode de Contraception Naturelle.
Dans ce nouvel article, nous souhaitons mettre cette méthode en perspective avec la sexualité et la vie de couple. Nous verrons ensemble que ces deux dimensions peuvent, si on le souhaite bien sûr, se marier à la perfection !

A-t-on moins de désir en période naturellement infertile, et comment faire alors avec la méthode ?

Lorsque la femme est naturellement infertile, c’est le désir de reproduction « hormonal » qui est moins présent, car la femme produit à ce moment-là moins d’œstrogènes, que de progestérone.
Cependant, les œstrogènes restent toujours présents à cette période du cycle, comme le montre le schéma ci-dessous !

On parle donc simplement de la prédominance d’une hormone sur l’autre, dont le résultat est l’infertilité naturelle, mais cette dernière n’a alors rien à voir avec le désir sexuel, qui lui peut être présent à chaque moment !

La méthode n’empêche donc en rien d’avoir des rapports sexuels lorsque vous en avez envie ! Il s’agit alors seulement de s’adapter, en utilisant un dispositif local (préservatif ou diaphragme), ou en évitant le contact direct entre les zones intimes.

 Schéma 1 : évolution des hormones féminines, lors d’un cycle de 28 jours  :

 

A-t-on une sexualité moins épanouie, en ne s’unissant complètement, qu’en période infertile naturelle ?

Réserver les unions complètes à la période infertile peut aussi avoir ses propriétés et son sens.

Le facteur lâcher prise

En apprenant et en utilisant au quotidien la Méthode de Contraception Naturelle, il n’est plus nécessaire de défier la nature (« Je dois défier mon corps, pour une vivre la sexualité qui ne m’est pas naturellement permise à certaines périodes du cycle, si je n’ai pas envie d’être enceinte»).
Il n’est plus nécessaire non plus de devoir tenter le hasard pour vivre une intimité naturelle (retrait et autres méthodes n’ayant finalement rien de tranquillisant pour le couple, et s’avérant même plutôt anxiogènes) : puisque vous savez maintenant où vous en êtes dans votre cycle.

Vous pourrez alors vivre votre sexualité de couple de manière plus libre et sereine, dans la tête comme dans le corps, sans malaise ou culpabilité quelle qu’elle soit quant à l’absence de protection.

De fait, en vous sachant totalement infertile naturellement, le lâcher-prise total du couple pourra être expérimenté, et participera fortement à l’épanouissement, à ce moment particulier du cycle. Cet épanouissement pourra alors se manifester par un désir libéré, qui amènera à davantage de plaisir, et donc à des orgasmes de meilleure qualité, la sexualité se vivant sans angoisse aucune, dans l’ici et maintenant et la sérénité.

Le désir hormonal en période infertile (exemple pour un cycle de 28 jours)

Comme le montre également le schéma 1 ci-dessus, en fin de cycle, la progestérone entame une décroissance progressive (jour 23-jour 28), suivie de près par le début de la perte du bouchon muqueux (jour 26-jour 28).
Ce moment donne à la majorité des femmes un regain de désir, et souvent une intimité perçue tout aussi naturellement glissante, que lorsque la glaire fertile était présente. La seule différence est qu’à ce moment-là, vous êtes totalement infertile, et pouvez donc faire l’amour sans souci !

Le désir hormonal et le désir sexuel sont donc deux formes différentes de désir, que l’on peut retrouver en même temps également à ce moment particulier du cycle !

Enfin, n’oublions pas qu’en matière d’intimité féminine, la lubrification liée au désir sexuel (qui n’est pas la glaire fertile !), et qui rend les rapports plus faciles et agréables, apparait lorsque la femme est correctement préparée au rapport sexuel, physiquement, et émotionnellement, par un contexte, mots, caresses, etc. Et ça, quel que soit le moment du cycle !

Le facteur biologique

En période infertile, le PH vaginal est acide et n’a plus les éléments nutritifs et lubrifiants présents dans la glaire fertile. Toute union complète avec son compagnon est donc particulièrement adaptée à ce moment du cycle où la glaire fertile, tarie, n’est plus présente :

En effet, le sperme possède physiologiquement un PH basique similaire à la glaire fertile, et est rempli d’éléments aussi nourrissants pour l’intimité féminine, que la glaire fertile elle-même. Il participe alors à la préservation du confort, à la santé et à la lubrification de l’intime féminin à ce moment particulier du cycle.

Cette perspective participe beaucoup à nourrir le désir de certains couples pratiquant cette méthode : l’union sexuelle peut alors être vécue comme un véritable don, un cadeau d’amour du Masculin au Féminin, au moment où énergétiquement et physiologiquement, il sait lui être profondément nécessaire.

L’harmonie au naturel, le complémentaire masculin / féminin

Sous contraception hormonale, la femme est perpétuellement « chimiquement » infertile. Le couple ne bénéficie plus alors ni des hormones, parfums, fluides complémentaires qui au niveau des phéromones, boostent l’équilibre d’un couple au naturel, mais aussi préservent la jeunesse des organes intimes.

Choisir (quand bien sûr cela est possible, ce qui malheureusement n’est pas toujours le cas, certaines pathologies féminines nécessitant des traitements à base d’hormones … ) de connaître le cycle naturel et de le conserver, peut donc contribuer à un équilibre physique profond, qui rejaillit sur l’émotionnel, et sur la satisfaction du couple.

Quid de la satisfaction du couple ?

Il s’agit là d’une sexualité où l’Homme a le droit d’être Homme dans toute sa puissance fertile, créatrice. Il sait qu’il est accueilli et respecté comme tel, libre d’être Lui.
Il en est de même pour la femme : elle peut alors se sentir comprise, entière, complète, et acceptée dans sa dynamique cyclique. Son cycle vivant et sa puissance créatrice sont aussi accueillis dans cet amour.

C’est la rencontre de ces deux plénitudes créatrices complémentaires, qui est très nourrissante, spirituellement, comme dans les complicités, sur la durée.

L’Homme et la Femme qui peuvent se rencontrer sans s’effacer, et en s’acceptant pleinement tels qu’ils sont, se sentent profondément libres. Des échanges profonds peuvent alors avoir lieu, tant au niveau charnel, que psychologique et symbolique.


Nous venons de mettre ici en perspective la Méthode de Contraception Naturelle avec la vie de couple. Nous avons donc vu qu’elle pouvait totalement s’y prêter, dans une complémentarité et une belle complicité.
Si on ne la vit pas comme une discipline quotidienne imposée donc rébarbative, cette méthode peut être ressentie comme une solution enrichissante pour s’aimer pleinement, et dans le respect de sa santé.
Cela dit, loin de nous l’idée de proclamer que seule la Méthode de Contraception Naturelle garantie la pleine intimité et la pleine satisfaction du couple !
Chaque femme a le droit de choisir la contraception qu’elle veut et qui lui convient à elle, et peut tout-à-fait vivre une relation parfaitement épanouie sur tous les plans avec son partenaire, sans pour autant utiliser cette méthode !

Images sources

http://sain-et-naturel.com/couple-mari-rend-heureuse.html
https://penseesdamour.net/2015/12/04/le-4-decembre-2015/couple-mains-ombre-automne/
http://www.theblondemother.fr/la-contraception-naturelle-cest-quoi/

Notice :

Les informations diffusées sont données à titre non professionnel. Elles ne remplacent aucunement les visites médicales, les diagnostics et les traitements médicaux qui doivent être faits en fonction des situations particulières de chacun, et que seul un médecin, dont le titre est légalement reconnu en France, peut réaliser.

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés