Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Etre bien dans son corps en vivant ses émotions

Le registre des émotions est vaste, il y a autant d’émotions que de réactions corporelles associées : estomac noué, fringales, tensions dans le dos ou la tête etc…

Nous sommes des êtres sensibles, voir hyper sensibles donc il est important, pour vivre en harmonie avec soi même et les autres de pouvoir identifier, accepter et comprendre nos émotions pour mieux les gérer. Je vais aborder ici les émotions négatives car c’est souvent celles qui sont le plus difficiles à vivre (mais il arrive aussi que des émotions positives emmènent à des débordements difficiles à maîtriser).

Quand tout va bien, l’énergie circule de façon harmonieuse dans votre corps, votre esprit est clair et votre respiration est fluide. Il faut partir de cet état là, cet état où tout va bien.

Identifier vos émotions :

Faites une pause, assis sur une chaise par exemple. Inspirez et expirez 3 fois lentement; vous pouvez compter 5 secondes par inspiration et 5 secondes par expiration au début, après ne comptez plus mais respectez ce tempo. A ce moment là, ce moment où vous faites un « stop » sur vous-même, l’émotion et/ou la douleur physique associée va se réveiller. Vous pouvez la ressentir à un endroit très précis (en haut du dos par exemple) ou dans l’ensemble de votre corps (une grosse peur fait trembler de la tête aux pieds).

Une fois que vous avez localisé votre émotion, essayez de savoir de quel type d’émotion il s’agit: ressentez vous de la colère, de la tristesse, de l’amertume, du chagrin ? Si vous ne trouvez pas « votre » émotion dites à voix haute ou dans votre tête les émotions précédentes. A un moment une des émotions va raisonner en vous, se sera l’émotion que vous êtes en train de ressentir.

S’il y en a plusieurs essayez de les isoler pour les traiter une par une. Prenez le temps de dialoguer avec vous-même, intérieurement. Identifier votre émotion, mettre un nom dessus va vous permettre de l’accepter plus facilement et de pouvoir travailler dessus. Si vous refoulez trop longtemps vos émotions les troubles physiques associés vont devenir de plus en plus forts.

Accepter vos émotions :

Cela ne signifie pas que vous devez être content d’être en colère ou triste. Cela signifie que vous êtes simplement humain. Si vous n’aviez pas d’émotions négatives vous seriez associable et inconscient (sans la tristesse vous n’auriez pas besoin que l’on vous console et sans la peur vous sauteriez d’une falaise en pensant que vous allez voler par exemple).

La vie est faite d’émotions, si vous les trouvez qu’elles vous envahissent c’est le bon moment pour apprendre à les apprivoiser. Imaginez avec détails en face de vous un double de vous-même avec l’émotion que vous ressentez, cela vous permet déjà de faire baisser l’intensité de celle ci. La distance joue; comme un son baisse en s’éloignant, une émotion fait de même. Prenez de la distance et gagnez en sérénité.

Comprendre vos émotions :

Aujourd’hui il existe beaucoup d’ouvrages intéressants, pour analyser les émotions, je pense par exemple à « Transformer votre vie » de Louise Hay.

La libération des émotions passe par une compréhension de celles-ci. Cette émotion négative que vous vivez à un sens puisqu’elle vous fait réagir. Vous connaissez le nom de celle-ci, maintenant posez vous la question : quel est le problème et d’où vient il? De multiple chose vont vous venir à l’esprit, vous pouvez les écrire, soyez honnête avec vous-même, c’est un vrai travail d’introspection qui demande du temps et un peu d’entrainement. Vous portez les réponses en vous.

Entretien avec Dominique Meunier, sophrothérapeute à Pessac

-Dominique, comment vois tu le travail sur les émotions ?

Je vois cela comme quelque chose de vraiment essentiel qui devrait être inclus dans l’éducation des enfants. Connaître et savoir reconnaître les différents « visages » des émotions permet de conserver le lien avec soi et avec les autres. Il est également important de savoir différencier le ressenti de la façon dont on exprime l’émotion ; par exemple je suis crois que je suis triste parce que je pleure alors que je suis en colère.

-Aujourd’hui beaucoup de personnes reconnaissent être perturbées par leurs émotions et parallèlement de plus en plus de techniques de méditations voient le jour. Comment rapprocher les 2 ?

Tout d’abord cette prise de conscience est super car aujourd’hui tout est rationnel, chiffré, cadré si bien que l’on en perd sa part d’humanité. Je dirai que c’est à chacun d’oser explorer les différentes techniques (méditation pleine conscience, sophrologie, yoga, etc..) L’important est toujours d’être à l’écoute de ses besoins et de les respecter. La technique sera différente selon si vous cherchez à dépasser un trouble profond comme un deuil ou seulement à être plus détendu avec votre entourage.

-As-tu des outils simples et concrets à nous proposer ?

La respiration est primordiale, en cas de stress toujours prendre le temps d’inspirer et d’expirer à fond.

On peut aussi chaque soir identifier 3 choses positives (même si c’est juste avoir mangé une très bonne pomme ou avoir réussi à faire un super gâteau ; tout compte !) cela permet de se mettre dans une dynamique positive et d’entretenir l’estime de vous-même.

Exercice de la cible : Pour chasser le négatif. Debout les bras le long du corps. Visualiser une cible avec au centre l’objet de votre émotion. Inspirer et plier le bras droit et serrer votre poing, expirer avec puissance en projetant votre bras et votre poing vers cette cible imaginaire. Faites le 3 fois pour chaque bras.

Pour finir, as-tu une philosophie de vie ?

Toujours positiver et accepter de voir la réalité telle qu’elle est.

Merci à Dominique pour ses conseils.

Source image: The Atlantic

Auteur : Carole Tribon

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.