Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Fertilité, comment mettre toutes les chances de son côté

Actuellement, nous n’avons jamais autant planifié l’arrivée d’un enfant. La plupart des naissances sont décidées et font parties d’un véritable projet de famille. L’enfant, cet adulte en devenir, est au cœur de nos préoccupations. De ce fait, nous mettons, bien souvent, tout en œuvre pour accueillir notre bébé dan un véritable cocon.

Homme ou femme, la question de la grossesse nous concernent tous. Et nous aurions tendance à penser que l’aventure de la grossesse pour madame ou monsieur, démarre lors de la révélation du test de grossesse. Or, cela se prépare bien avant, autant pour les hommes que pour les femmes. Ce projet étant commun, chacun doit y mettre du sien ; bien que, mesdames, il faut le reconnaitre, vous faites le plus gros du travail.

Du coup, comment mettre toutes les chances de son côté pour donner un coup de pouce à sa fertilité et quels sont  les bons réflexes à adopter?

Variez votre alimentation

FamilleOn ne le répétera jamais assez, l’alimentation constitue l’un des piliers de notre santé. Pour booster votre fertilité, misez avant tout sur la variété et sur des menus riches en fruits et en légumes frais offrant un large panel d’anti-oxydants, de vitamines, de minéraux et d’acides gras poly-insaturés.

Ne suivez aucune complémentation alimentaire sans avis médical. En effet, la carence comme le surdosage de vitamines peuvent être délétères.

Si vous suivez un régime spécifique, par choix ou par nécessité médicale, un suivi et un soutien par un professionnel pourra se révéler d’une aide précieuse, ne serait-ce que pour s’assurer que vous ne manquiez de rien, et si votre alimentation est suffisamment élaborée pour les besoins du fœtus (que l’on consomme des produits animaux ou non).

Outre la qualité de votre alimentation, les quantités consommées seront également d’une grande importance pour préservez votre fertilité. En effet, un surpoids important ou une maigreur excessive peuvent entrainer chez la femme des troubles de l’ovulation et augmente le risque de complication lors de la grossesse tels que prématurité, retard de croissance intra-utérin, ou encore diabète gestationnel. Les hommes ne sont également pas en reste puisque chez eux, le surpoids diminue la concentration en spermatozoïdes en bonne santé, mais également leur mobilité et donc leur capacité à féconder les ovules.

Ainsi, que ce soit pour changer votre alimentation ou pour vous aider à pratiquer une activité physique, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour augmenter vos chances de concevoir un enfant. L’alimentation de la femme comme celle de l’homme a de l’importance. Messieurs, n’oubliez pas que vous fournissez également un patrimoine génétique, vos compagnes ne doivent pas être les seules concernées dans l’histoire.

Surveillez votre environnement

LégumesParmi les principales causes de la diminution de la fertilité dans le monde, on évoque bien souvent les modificateurs hormonaux également appelés perturbateurs endocriniens. Ceux-ci sont largement mis en causes dans divers troubles de la santé et peuvent modifier de nombreuses fonctions de notre organisme, même à faible dose. Malheureusement, force est de constater que ceux-ci ont complètement envahi notre environnement, que ce soit dans les cosmétiques, les produits ménagers, notre alimentation ou encore dans les divers plastiques alimentaires,  dérivés du pétrole.

Plus que la toxicité de l’un d’entre eux en particulier, c’est surtout l’interaction entre ces différentes substances chimiques qui pose problème, le fameux « effet cocktail » dont nous n’avons pas assez de recul pour en mesurer l’impact. Par mesure de précaution, autant se prémunir autant que possible de ces substances sans pour autant verser dans la psychose.

Au sein de ces différents perturbateurs endocriniens, on retrouve bien souvent les pesticides présents dans notre alimentation, les phtalates et le bisphénol A utilisés dans les plastiques alimentaire ( ce dernier étant interdit les produits infantiles depuis peu ), les parabènes contenus dans de nombreux produits cosmétiques, ou encore de nombreuses substances volatiles présentes dans les produits ménagers, d’entretiens, ou encore dans les cosmétiques.

Afin d’éviter dans la mesure du possible ces perturbateurs endocriniens, optez pour des aliments biologiques et non transformés, privilégiez les contenants en verre plutôt qu’en plastique, et choisissez des cosmétiques et des produits d’entretiens naturels.

Ne négligez pas votre hygiène de vie

Test

En plus d’une bonne alimentation et de la pratique d’une activité physique régulière, votre hygiène de vie sera primordiale afin de préserver votre fertilité.

Le tabac sera, par exemple, absolument à proscrire aussi bien chez l’homme que chez la femme pour ses effets délétères qui ne sont plus à démontrer, mais aussi pour éviter que le sevrage de la nicotine ne se conjugue aux bouleversements des premiers mois de la grossesse.

De plus, le tabagisme retarderait le moment de la conception chez l’homme comme chez la femme, mais aurait également pour conséquence de détruire les stocks de follicules, ce qui précipiterait l’arrivée de la ménopause chez la femme.

Si l’on parle principalement du tabac ici, il évident que d’autres toxiques comme l’alcool ou les drogues sont également à proscrire pour leurs effets néfastes sur la fertilité.

(Re)découvrez votre corps

Lorsque l’on désire avoir un enfant, la question du jour de l’ovulation peut se révéler primordiale pour maximiser ses chances de concevoir.

En effet, si en théorie une femme est féconde environ deux semaines après le début de ses menstruations, en pratique il en est tout autre. De nombreux facteurs peuvent intervenir et provoquer un décalage qui s’ajoute au fait que les femmes n’ont pas nécessairement le même cycle.

De plus, selon les observations réalisée lors de fécondations in vitro, un couple ne serait fertile que seulement 2 jours par mois et les spermatozoïdes auraient une capacité de fécondation qui n’excèderaient pas 48 heures.

Différentes méthodes peuvent ainsi vous aider à repérer le moment propice de l’ovulation comme, la prise de la température matinale ou les tests d’ovulation.

Ne tardez pas trop…

Prendre le tempsÀ l’heure actuelle, de plus en plus d’hommes et de femmes se lancent dans des études longues, ce qui ne laisse bien souvent pas trop la place ou le temps (ni les finances) pour avoir un enfant. À cela s’ajoute le fait de vouloir privilégier sa carrière professionnelle afin d’avoir une situation financière stable (crise oblige) sans compter que parfois, il n’est pas forcément évident de trouver le bon partenaire pour fonder une famille. La recherche du « moment idéal », ou de la « situation idéale » fait que nous repoussons toujours un peu plus la concrétisation du désir d’être parent. En effet, l’âge moyen où l’on a son premier enfant tend à être beaucoup plus tardif qu’il y a quelques années et se situerait aux alentours des 30 ans pour les femmes(source Insee). Par ailleurs, plus le diplôme de la femme est élevé, plus elle tardera à devenir mère (source Insee).

Si cette attente du « moment idéal »  est motivée par nos objectifs de vie, elle peut être aussi un frein à la fertilité du couple. Effectivement, à partir de 30 ans, la fertilité diminue, tant pour les femmes que pour les hommes.

Mais soyez patients

Une fois la décision prise de concevoir un enfant, on peut vite se retrouver déçus par les premiers essais infructueux. Ne perdez  pas espoir, ni votre patience! Il faut parfois un peu de temps pour observer un + sur un test. N’oubliez pas que la nature ne se commande pas comme un nouveau salon de jardin en ligne, livré en 3 jours!

Nous avons maintenant trop l’habitude de ne plus savoir patienter pour quelque chose. Lorsque nous décidons d’une chose, nous la désirons tout de suite, pour en jouir au plus vite. Mais si une grossesse dure 9 mois pour façonner un beau bébé, qu’elle nous demande d’apprendre à attendre, votre corps (ainsi que votre psyché) et celui de votre partenaire peuvent réclamer la même chose.

Réapprenons à apprivoiser le temps qui passe, sans pour autant qu’il devienne une source de stress.

Ne vous mettez pas la pression

En effet, si votre entourage, en plus de votre horloge biologique viennent vous titiller pour vous demander sans relâche « alors, à quand le bébé? », cela ne fera qu’augmenter votre stress (sécrétion d’adrénaline et cortisol), qui viendra alors perturber votre système hormonal. Rien de plus difficile de concevoir un enfant dans ces conditions. Sans compter que la pression que l’on se met soi-même est déjà bien suffisante pour venir perturber notre organisme, et nous enfermer dans une vision d’échec, si l’on essaie depuis plusieurs mois/années, sans y parvenir.

Dans ce cas, un soutien psychologique peut aider à dédramatiser la situation, et vous soutenir dans cet étape de votre couple.

Crédit de rédaction : Hermann Beaugrand

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.