Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Homéopathie – Pratique de la nouvelle médecine

L’étude approfondie de l’Organon représente l’unique chemin pour former des homéopathes compétents, le volume I des Principes expose tout au long des 77 premiers aphorismes le raisonnement logique de Hahnemann – tiré de son génie de l’observation – qui mène aux notions fondamentales (Gestalt, Totalité des symptômes, Idéal thérapeutique, Force Vitale, Notion Dynamique de de la maladie, etc.). Il est temps maintenant de passer à la pratique !

Homéopathie – Pratique de la nouvelle médecine – Traduction et commentaires du 6è Organon par le Dr Édouard Broussalian.

L’idéal thérapeutique consiste à rétablir la santé d’ une manière rapide, douce et permanente, à enlever et à détruire la maladie dans son intégralité, par la voie la plus courte, la plus sûre et la moins nuisible, cela d’après des principes clairs et intelligibles.

L’étude approfondie de l’Organon représente l’unique chemin pour former des homéopathes compétents, le volume I des Principes expose tout au long des 77 premiers aphorismes le raisonnement logique de Hahnemann – tiré de son génie de l’observation – qui mène aux notions fondamentales (Gestalt, Totalité des symptômes, Idéal thérapeutique, Force Vitale, Notion Dynamique de de la maladie, etc.). Il est temps maintenant de passer à la pratique !

Nous commencerons par l’étude de la symptomatologie et l’établissement des critères pathologiques, avec notamment une présentation vivante et détaillée des miasmes chroniques. La seconde partie concernera l’étude des médicaments, la manière de les administrer et d’étudier les réactions de l’organisme après leur prescription. 21 éventualités réactionnelles seront décrites en détail, ainsi que la posologie liquide.

Très richement illustrée, la nouvelle traduction fait ressortir la clarté du langage de Hahnemann que le Dr. Broussalian aime à comparer à du Mozart. Ce n’est pas un secret pour aucun de ses étudiants que chaque nouvelle lecture d’un aphorisme donne des frissons et ouvre de nouvelles perspectives. En conséquence, il a vraiment fallu arracher des main de l’auteur le présent texte qu’il considère comme « encore très inachevé ».

Issus de 30 années de méditation sur le texte de l’Organon (toujours passé au feu de la pratique auprès de plus de 120.000 patients), et nourris par la lecture de pratiquement tous les auteurs classiques, les commentaires reflètent la langue vivante employée dans ses cours par le Dr. Broussalian et font de ces deux volumes un grand classique.

 

Édouard Broussalian est un dissident. Face à l’enseignement de l’homéopathie actuel, qui cherche à simplifier le message et la méthode, il a choisi de suivre le chemin le plus ardu et de croire aux capacités des étudiants, pour rester fidèle aux principes des vieux maîtres en homéopathie, et surtout guérir les malades. Médecin, il a appris l’homéopathie par imbibition au contact de son père, Georges Broussalian, qui avait suivi l’enseignement de Pierre Schmidt. Il s’en est détaché pour traduire le Répertoire de Kent, explorer la méthode des doses liquides et le 6è Organon. Considéré comme l’un des meilleurs homéopathes de sa génération, il enseigne l’homéopathie au sein de son école Planète Homéo depuis 1996 avec sa verve et son enthousiasme contagieux, parfois grinçant. Ses œuvres majeures sont les principes et la Pratique de la nouvelle médecine (2 volumes) et le répertoire de Kent.

 

Préface du Dr. Mamy Ralaitafika

C’est un grand honneur pour moi d’écrire la préface de cette œuvre encore inédite dans la littérature homéopathique francophone. La compréhension de l’Organon est une des grandes difficultés de la pratique de l’Homéopathie Hahnemanienne, et c’est la plus grande cause d’abandon de cette discipline par ceux qui ont voulu suivre cette voie, mais qui n’ont pas trouvé un véritable guide qui puisse les éclairer.

Mais enfin, le voila ! L’auteur qui est un grand défenseur de cette Homéopathie si chère à son fondateur, a fait un travail de titan en prenant un à un tous les paragraphes de l’Organon, et en mettant au clair tout ce qui est ambigu.

Encore mieux, il a illustré ses explications par des cas cliniques de certains grands auteurs ou de lui-même, tout en démontrant surtout que l’Homéopathie de Samuel Hahnemann, non transformée, est encore la meilleure médecine de nos jours… Et que l’Organon de l’Art de Guérir n’est pas encore obsolète comme le prétendent certains.

Je crois que tout homéopathe, au moins à ses débuts, est confronté aux problèmes de la difficulté de traiter les maladies chroniques, comme l’était Hahnemann lui-même à son époque.

Le Dr. Édouard Broussalian nous montre ici les difficultés de la compréhension des miasmes, et comment les résoudre.

Pour moi, personnellement, j’étais ébloui par la façon dont l’auteur a réussi à « dynamiser », avec des schémas très explicites, ce que le fondateur a découvert il y a de cela deux siècles.

Il nous démontre aussi que l’homéopathie, bien que médecine de l’individu, peut être utilisée en tant que médecine de masse, sans négliger pour autant les caractéristiques individuelles permettant d’orienter très rapidement vers le remède.

C’est ce qu’il nous a enseigné et démontré ici à Madagascar, quand on a fait avec lui des consultations en brousse plus de 100 patients à traiter en une demi-journée. On croyait que c’était impossible en homéopathie.

Mais avec la méthode du « Bottom-up », dont il nous dévoile le secret dans cet ouvrage, tout cela ne relève plus de la fiction. Il est capable de résoudre un cas aigu en une minute, rien qu’en voyant l’attitude d’un enfant dans les bras de sa mère, avec juste une ou deux questions de confirmation. Le remède étant administré, le résultat ne se faisait pas attendre. En un quart d’heure, le petit patient ne pleurait plus, la température avait baissé d’un ton et l’écoulement du nez avait presque disparu. On avait encore trouvé le temps de visiter le village avant de prendre le chemin du retour. Tout cela dans la bonne convivialité avec toute l’équipe. Travailler avec lui est un véritable plaisir si vous avez la soif d’apprendre.

On apprend en s’amusant avec lui. Je me souviens de notre long voyage à Tuléar (dans le sud de Madagascar) en 2005. La route était longue (1000km), on faisait un jeu avec les rubriques répertoriales. Il nous donne la rubrique, et à nous de lui fournir la réponse, surtout les principaux remèdes de cette rubrique. Ainsi que d’autres enseignements de ce genre comme « Comment différencier Belladonna, Stramonium, Hyoscyamus et Lyssinum« . Après 2000km, vous devez avoir grandement enrichi votre connaissance de la Matière médicale.

cela ne nous avait pas empêché de faire du tourisme, à Sahambavy, dans l’Isalo, ou à Ifaty. Ni de jouer au tarot quand nous étions exténués de ces magnifiques exercices de Répertoire.

Toutes ces sorties studieuses se font dans l’ambiance très détendue. Le soir, les cours sur la plage au coucher du soleil, est à faire pâlir d’envie tous les malheureux qui ont raté le voyage. Et surtout, on ne peut pas oublier l’art culinaire de la région, avec les fruits de mer, dont notre Ed était si friand (Ah, j’allais l’oublier, nous l’avons adopté et on a malgachisé son prénom: on le reconnait sous le nom de Raedy ici).

Malgré tout cela, on n’avait pas oublié le côté humanitaire de notre périple en faisant des consultations gratuites dans certaines localités le long de notre trajet.

L’avantage de voir des malades dans les coins reculés comme cela, c’était de voir la nature humaine s’exprimer dans toute sa simplicité. Les patients qui venaient nous voir n’étaient pas comme ceux de la grande ville. Leurs symptômes étaient encore très nets, n’étant pas encore modifiés par les différentes prescriptions chimiques et d’automédication. Et le remède était facilement mis en évidence.

Et des cas il y en avait: allant de Petroleum à Syphilinum, tout en passant par Crotalus cascavella, Euphorbium, Baryta muriatica. Sans pour autant chercher loin si le cas qui se présente relève tout simplement de Pulsatilla, de Sepia ou de Natrum muriaticum.

Ceci dit, ce livre sera aussi précieux pour le patient soucieux de prendre enfin en main sa santé, laquelle était habituée à bénéficier de la prise en charge « trop rapide » par la médecine officielle, avec ses corollaires logiques de suppression et de transfert de la maladie vers un niveau plus profond, que pour l’étudiant en Homéopathie, et finalement pour le praticien homéopathe chevronné.

Il nous guide dans le chemin qu’il faut suivre, et nous rappelle les erreurs qu’il ne faut pas commettre: de ne pas mélanger les différentes strates, de se précipiter pour renouveler la prise du remède à chaque modification des symptômes, de méconnaître les indices de changement de niveau de santé dans lequel le patient se trouve.

L’auteur ne s’était pas contenté de nous clarifier certains paragraphes de l’Organon, dont la lecture pour nombre d’entre eux est assez rébarbative. Mais, il a aussi trouvé le temps et l’espace de nous enseigner les différentes techniques, avec en appui la démonstration dans sa pratique quotidienne.

En bref, c’est un ouvrage qu’il ne fallait surtout pas manquer.

Ainsi, j’incite tout médecin digne de ce nom à reconnaître qu’on peut se tromper de direction dans une vie mais il n’est jamais trop tard pour se reconvertir.

Il ne faut jamais prendre à la légère ce que Samuel Hahnemann avait dit:

 » Lorsqu’il s’agit d’un art sauveur de la vie, négliger d’apprendre est un crime ! « .

Merci Ed.

Dr. Mamy Ralaitafika

Antanarivo

Mars 2017.

 

« Ma conscience est pure: elle me témoigne que j’ai toujours cherché le bien de l’humanité souffrante, que j’ai toujours fait et enseigné ce qui me paraissait être le mieux, et que je n’ai jamais eu recours aux procédés allopathiques pour complaire aux malades et ne pas les éloigner de moi; j’aime trop mes semblables et le repos de ma conscience pour agir ainsi. » Samuel Hahnemann

Après avoir défini les indispensables Principes généraux de la nouvelle médecine dans le volume I et démontré avec une logique infaillible pourquoi l’homéopathie représente l’unique moyen de guérir par les agents médicinaux, le Fondateur va exposer la mise en Pratique de l’art médical que l’auteur a scindée en quatre sections principales:

  1. Critères pathologiques.
  2. Étude des propriétés des médicaments.
  3. Application thérapeutique des médicaments et individualisation.
  4. Posologie nouvelle du 6ème Organon et les nouvelles doses LM.

Source image : https://www.ouvertures.net/pour-le-dr-edouard-broussalian-la-detention-de-produits-homeopathiques-sera-bientot-un-delit/

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *