Le nouveau Lévothyrox expliqué par Anny Duperey - Prévention Santé
Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Le nouveau Lévothyrox expliqué par Anny Duperey

Anny Duperey est une  actrice unanimement appréciée du public depuis 55 ans. Elle se débat depuis quelques mois avec les effets indésirables de la nouvelle formule du Lévothyrox. Prévention Santé est parti à sa rencontre et a voulu en savoir plus sur toutes ces semaines riches en émotions médiatico-politiques. Découvrez notre échange en vidéo.

Interview

  • Anny Duperey, de quels symptômes souffriez-vous avec ce produit ?
  • Vous avez pu rencontrer directement Mme Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et lui faire part de votre colère, comment s’est passé l’entretien ?
  • Finalement, qu’est-ce qui vous a le plus mise en colère, de tomber malade de manière parfaitement évitable ou que les autorités sanitaires aient longtemps colporté l’idée que vous n’étiez, comme tous ces hypothyroidiens sous Levothyrox, que des malades imaginaires ?
  • On apprend dans la presse que vous avez personnellement porté plainte, contre qui et pour quel chef d’accusation ?
  • Finalement, avec quelle molécule vous traitez-vous aujourd’hui ?
  • Que souhaiteriez-vous déclarer à nos politiques, ministres… ?
  • Et à nos auditeurs, malades très souvent…
  • Parlons de votre dernier ouvrage « le rêve de ma mère » aux éditions Seuil

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce journalisme d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons que notre point de vue est important, car cela pourrait aussi être le vôtre.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

18 Commentaires

  1. Allo,

    Certains liens ne passent pas.

    ?

    Bien à vous,

    Réponse
  2. Chère Madame, cher Monsieur,

    Je vous envoie – avec son accord – copie du certificat établi par mon mari à la demande du Conseil de l’Ordre des Médecins.

    Il a été chirurgien pendant 40 ans, puis écrivain pendant 20 ans et a écrit de nombreux ouvrages publiés aux éditions Fayard et en Livre de Poche, sur fond d’histoire de la médecine et de faits de société.
    Il est outré par la détestable façon dont est gérée la « crise du lévothyrox » et espère que son témoignage pourra être de quelque utilité aux nombreux malades qui ont rencontré, comme moi, de nombreux problèmes thyroïdiens depuis le printemps dernier.

    Cordialement
    Michèle Schlogel

    Aix-en-Provence, le 10 novembre 2017

    Je soussigné, Dr Gilbert Schlogel, ancien interne des hôpitaux de Paris et ancien assistant à la Faculté, praticien en retraite, certifie que, depuis plus de vingt ans, mon épouse Michèle Schlogel est suivie pour une thyroïdite de Hashimoto. Je précise que ce certificat est justifié par le fait que je suis administrativement son médecin traitant.
    J’ai donc pu constater personnellement les affres de ce que la presse appelle « l’affaire du Lévothyrox » et suis en mesure d’en faire un compte-rendu vécu, précis et , donc, véridique.

    Au cours de ces dernières années mon épouse avait atteint, après quelques tâtonnements, un serein équilibre thérapeutique avec une dose journalière de 112,5 μ de Lévothyrox, sous la surveillance régulière de son endocrinologue.
    Mais, sans que rien ne l’explique, son état de santé s’est soudain dégradé au printemps dernier : crampes musculaires nocturnes insupportables, céphalées, gastralgies, fatigabilité et perte de cheveux. Je lui ai donc proposé, le 13 mai, de faire faire une prise de sang. Le résultat afficha des chiffres normaux. En particulier, le bilan thyroïdien ne montrait aucune modification par rapport à l’état antérieur.

    Pourtant, au cours de l’été, elle s’est sentie de plus en plus mal. Inquiet, j’ai prescrit un nouveau bilan sanguin le 23 août avec, cette fois, un dosage des marqueurs cellulaires. Ne s’agissait-il pas d’un cancer méconnu ? Encore une fois, les résultats s’avérèrent rassurants.

    La situation devenait franchement incompréhensible lorsque la presse nous révéla soudain l’origine de cette salve de malaises. L’affaire du Lévothyrox venait d’éclater, portée par les protestations des milliers de patients malades de la thyroïde. L’explication était simple : ils ne supportaient pas les modifications apportées à la formule du médicament dont ils ont un indispensable besoin quotidien.

    Modifications que personne n’avait annoncées : Mannitol et acide citrique, en lieu et place du lactose censé nuire au délai de conservation du médicament, une « amélioration »… souhaitée par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament qui se garda bien de prévenir les trois millions de consommateurs !

    Heureusement, l’ancienne formule du Lévothyrox continuant à être commercialisée dans les autres pays européens, une de nos amies voyageuses a pu nous rapporter d’Espagne quelques boîtes d’Euthyrox, médicament qui a fait disparaître, en quelques jours seulement, les détestables symptômes subis par mon épouse qui a retrouvé l’équilibre hormonal auquel elle est habituée.

    Ce certificat a été établi à la demande du Conseil national de l’Ordre des Médecins, pour témoigner de la réalité des troubles provoqués par le changement de formule chimique de l’unique médicament français destiné à rééquilibrer les insuffisances thyroïdiennes.

    J’espère vivement qu’il servira aussi à lutter contre les a priori de tous les bavards méprisants et, hélas souvent incompétents, qui ont osé affirmer que les victimes du nouveau médicament étaient atteints de « troubles psychiques ». Le psychisme ! Que ne lui attribue-t-on pas, depuis tant d’années ? L’ulcère gastro-duodénal ne trouvait-il pas là sa cause principale avant la découverte du rôle de « l’ hélicobacter pylori » ? Et on connaît l’histoire de cet interne de garde qui accueillit son patron féru de psychologie en lui annonçant, un matin : «Monsieur, la simulatrice est morte cette nuit ».

    Gilbert Schlogel

    Réponse
  3. je n’ai plus de thyroide depuis des années ,j’ai pris comme beaucoup le nouveau lévo et la TRES grosse fatigue générale et pourtant j’avais un Tres bon sommeil…..j’ai été me procurer en Allemagne  » l’euthyrox » mais la fatigue perdure ma prise de sang est bonne …je ne comprends pas…….

    Réponse
    • Bonsoir,

      Il faut peut être plus de temps à certaines personnes pour éliminer ce qui a rendu malade.

      Courage à tous, toutes,

  4. Cela fait 2 mois que je prends le nouveau levothyrox 125 pour Hashimoto,mais de maux de tête terrible qui avaient passes avant de prendre ce médicament suite à la visite chez un neurologue et malgré le traitement les maux de tête restent bien présents,vertiges et grosses fatigues et quelquefois des pointes au corps j’ai une monte qui prend les mesures tension couleur etc j’ai des montées à 120 en battements alors qu’habite l’élément je tourne plutôt autour de 50- 60.

    Réponse
    • Bonjour, J’ai ma maman qui est traitée depuis de nombreuses années avec le levothyrox, le changement a été flagrant chez elle et il a fallu vite trouver une solution. D’autant que Merx annonce qu’en 2018 ils arrêteraient la distribution de l’ancienne formule. Grâce à un couple de Français qui se trouve en Espagne nous avons pu nous faire envoyer par la poste deux ans de traitement, cela nous permet déjà de voir venir et de reculer l’échéance des problèmes. Tout est rentré dans l’ordre depuis! si cela peut aider quelqu’un les coordonnées en Espagne qui parle en français sont 00 34 647 462 244 dites-lui que vous appelez de ma part sinon il ne va pas comprendre pourquoi vous l’appelez ce sont des gens très sympas et très serviables

  5. 08/11/2017

    Levothyrox : le juge part vérifier lui même dans une pharmacie s’il peut acheter l’ancien médicament

    Scène surréaliste cette après-midi au tribunal de Grande Instance de Toulouse lors de la première audience tenue en France dans l’affaire du Levothyrox. Saisie par Me Jacques Lévy, avocat toulousain représentant près d’une centaine de patients victimes du nouveau Levothyrox, la justice examinait depuis le début de l’après-midi, dans le cadre d’une assignation « d’heure à heure » (1), une demande de remise immédiate sur le marché de l’ancienne formule du médicament pour la thyroïde lorsque le président a décidé de suspendre l’audience pour un motif pour le moins étonnant.

    Dès le début de l’audience, Maître Lévy a demandé au président du tribunal la remise immdédiate sur le marché de l’ancienne formule du Levothyrox.

    Maître Antoine Robert, l’avocat de la défense qui représente les intérêts de Merck a rétorqué que le laboratoire allemand ne disposait plus d’autorisation de mise sur le marché et que cette affaire ne relevait selon lui pas de la justice mais de la compétence de l’Agence française du médicament, qui avait demandé en mars dernier le retrait de l’ancienne formule.

    Il a par ailleurs expliqué que les patients qui ne supportaient pas la nouvelle formule, pouvaient, grâce à une ordonnance spécifique se procurer l’ancienne formule du Levothyrox dans une pharmacie.

    A l’énoncé de cet argument le président Marc Pouyssegur a annoncé qu’il suspendait la séance pour aller vérifier de lui-même dans une pharmacie voisine du Palais de Justice de Toulouse si, muni d’une telle ordonnance, les plaignants pouvaient également se faire délivrer l’ancienne formule.

    Vérification faite, le président du tribunal n’a pas pu se procurer le traitement prescrit. Ni ancienne formule, ni nouvelle formule n’étaient disponibles en pharmacie hormis une boîte de Levothyrox 75, ce qui contredit les dires du laboratoire.

    http://www.ladepeche.fr/article/2017/11/08/2680763-levothyrox-premiere-audience-aujourd-hui-france-devant-tribunal-toulouse.html

    Réponse
  6. Lévothyrox : une usine française produit toujours l’ancienne formule… pour le marché italien

    http://www.ladepeche.fr/article/2017/11/07/2680086-levothyrox-usine-francaise-produit-toujours-ancienne-formule-marche-italien.html?google_editors_picks=true

    L’avocat des milliers de patients qui ont rejoint l’action collective et conjointe dans l’affaire du Lévothyrox (1), est furieux. Ce lundi, Me Christophe Léguevaques peine encore à croire ce que les autorités italiennes lui ont pourtant confirmé. Contrairement aux déclarations des laboratoires Merck et du ministère de la Santé, l’ancienne formule du Lévothyrox continue d’être fabriquée en France, mais c’est sur le marché italien que la production est écoulée. « On se moque de nous », s’agace l’avocat toulousain du barreau de Paris. « Selon Merck, la fabrication de la formule originale du Lévothyrox a été stoppée en France au mois de mars dernier. Or nous découvrons aujourd’hui qu’une usine de Bourgoin-Jallieu, en Isère, continue de fabriquer sous licence ce médicament pour l’exporter vers l’Italie », explique Christophe Léguevaques.

    Un huissier au ministère de la Santé

    A sa demande, un huissier s’est rendu aux sièges de l’entreprise iséroise et des laboratoires Merck, mais également au ministère de la Santé. « Nous voulons savoir pourquoi les autorités sanitaires françaises n’ont pas exigé de Merck et de son sous-traitant que la production de l’ancienne formule soit écoulée sur le marché français. Nous voulons savoir s’il existe un accord secret entre ces deux parties. Nous voulons connaître les capacités de production du site de Bourgoin-Jallieu, si elles peuvent être augmentées et dans quelles proportions. Devant la multiplication de cas d’effets indésirables causés par la nouvelle formule, nous voulons savoir pourquoi Merck n’a pas ordonné à son sous-traitant d’augmenter sa production de Lévothyrox original. A ce jour, nous n’avons obtenu aucune réponse », indique l’avocat qui n’exclut pas de déclencher une nouvelle procédure judiciaire pour avoir les explications qu’il exige.

    « On laisse souffrir les patients français »

    Réponse
  7. Bonjour,
    pour ma part les symptômes ressentis avec le nouveau Levothyrox ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux décrits par beaucoup de malades. Ils sont, je le sais, beaucoup moins handicapants que tous ceux dont on entend parler : j’ai, bien sûr, eu des crampes dans les pieds beaucoup plus douloureuses que celles que j’ai habituellement.
    Je n’ai pas eu de maux de tête mais des soucis de vessie : je devais aller uriner toutes les heures, avec du mal à vider ma vessie complètement à chaque fois et des sensations de brûlures comme pour une cistite(imaginez sur la route des vacances !). Je ressens toujours ces « sensations » de cistite alors que j’ai réussi à me procurer des boîtes de l’ancienne formule. J’ai remarqué que ces problèmes revenaient à chaque fois que je bois ou mange quelque chose qui contient du citron ou de l’acide citrique même en faible dose. L’autre problème majeur est cette constipation qui est revenue en force alors que j’avais réussi à m’en sortir.
    Voilà, c’est tout. Mais, bien entendu, comme le dit Annie Duperey, on ne va pas voir son médecin si sa thyroïde est stable !

    Réponse
  8. Bonjour,

    Immense MERCI les filles, vous êtes des anges! Plein de bisous!

    Il y a vraiment de quoi se poser beaucoup de questions, vu le déroulé depuis le début de cette affaire. Questions qui resterons sans doute sans réponses. Pot de fer contre celui de terre.

    Tous ces maux, douleurs ne sont pas comparables en intensité avec ceux d’un début de traitement, même long pour trouver le bon dosage, après problème de thyroïde. Tout est amplifié. Et s’y rajoute d’autres symptômes qui ne sont pas stipulé dans les notices.

    Bon, étant un peu a côté de mes pompes, :), j’ai retenté, la nouvelle formule. Hé bé, cela n’a pas loupé, rebelote de forts maux de tête dans le quart d’heure suivant la prise. Dans la journée, nausées, vertiges, crampes, vue pas normale, piques dans les genoux, aux reins, au coeur, mal aux seins, et dans la soirée, douleur intense au niveau de la veine jugulaire. J’ai échappée, entre autres, aux bleus sur les cuisses, gros comme une omelette, constaté lors de la première prise.

    Tout comme Mme Buzin, je ne sais pas ce qui rend si malade tant de personnes, mais vu le silence assourdissant de ceux qui sont a l’origine du bazar, c’est que c’est voulu, et que les malades sont loin, loin d’être de leur préoccupation première.

    Bien à vous,

    Réponse
  9. BONJOUR, je prends depuis 13 jours l’ancien lévothyrox, le L thyroxine, et j’ai de nouveau des problèmes, je ne comprends pas, est-ce le Lévothyrox a boîte bleu, que j’ai pris depuis le mois de Mai, ou ce L thyroxine, j’aimerais un contact car je suis quand même inquiète, merci

    Réponse
    • Coucou,

      L Thyroxine n’est pas l’ancienne formule du Levothyrox. Ils n’ont pas les même excipients. Me trompé je? Si possible, procurez vous la « vraie » ancienne formule, dans un pays limitrophe.

      Les excipients de la L-Thyroxin Henning

      amidon de maïs
      amidon de maïs modifié (gélatinisé)
      cellulose microcristalline
      carbonate de sodium
      thiosulfate de sodium
      silice hautement dispersible
      huile de ricin hydrogénée

      Bien à vous,

  10. Suite à une ablation totale de la thyroïde 2015 je prend du levothyrox chaque jours et à vie tout se passait bien ,en mars 2017 j’ai constatée le changement de couleur du papillon sur la boite par reflexe je dit au pharmacien vous êtes entrain de vous trompez il me repond la couleur de la boîte à changer depuis mars je suis prise de vertige, tremblement, froid ,douleurs articulaires, muscle faible,crampes, oedemes pieds jambes ,cou ,pertes de cheveux,fatigue intense, j’arrête pas d’en parler à mon médecin traitant mais je doit continuée à avalée chaque matin le levothyrox ,en septembre je passe un doppler des jambes verdict athérosclérose débutante sans avoir du cholestérol mon cardiologue me confirme que ça provient du système hormonal j’ai 51 ans j’arrive plus à rien faire même ouvrir une bouteille d’eau ça me dépasse ,comment notre santé va évoluer avec du poison que nous sommes obligées d’avaler si on arrête notre traitement c’est direction le cimetière. .

    Réponse
  11. en avril j ai commencé le nouveau levothyrox sans savoir le changement car la pharmacienne m avait dit qu il avait changé la couleur de la boite.j etais queques jours apres tres fatigué v prise de vertiges je ne dormais plus des trouble s musculaires digestifs.j avais peine a prendre mon travail .je me forcais de my rendre car etant coiffeuse et travaillant seule je ne pouvais pas m arreter souvent chose que j ai quand même fais de temps de temps .
    c est horrible de nous prendre pour des cobails de la sorte. c est en août que j ai compris mon etat de santé et que le nouveau levothyrox etait responsable.

    Réponse
  12. En belgique depuis 2014 ils ont changer L ethyroxine une nouvelle formule,plus moyen d avoir l ancienne,je n ai plus de thyroide ,depuis la nouvelle formule je me plains en plus c est ma vue qui en prends le mauvais coup plus plein de symptones,deviens une catastrosphe

    Réponse

Prolongez le débat, donnez votre avis !

Share This