Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Mobilisation massive en Italie pour le respect de la liberté vaccinale

Le 19 mai 2017, en Italie, le Conseil des ministres, sur proposition de son Président, Paolo Gentiloni, et de la ministre de la santé, Béatrice Lorenzin, a approuvé un décret-loi en urgence concernant l’extension des obligations vaccinales à 12 vaccins. Deux conditions devaient être réunies pour le rendre applicable et légal; la publication au journal officiel, et le vote par le Parlement. L’une de deux conditions est désormais remplie.

Le Président de la République, Sergio Mattarella, a signé le décret-loi le 7 juin 2017 et celui-ci a été publié au Journal Officiel¹ le jour même. Ce décret est applicable depuis le 8 juin 2017, toutefois, selon la législation, le parlement a dorénavant 60 jours pour le valider ou le rejeter.

Depuis l’annonce de la publication au Journal Officiel du décret rendant 12 vaccins obligatoires, plusieurs hauts fonctionnaires et élus régionaux se sont exprimés en défaveur d’une telle loi. Les débats parlementaires entre les défenseurs du respect des libertés fondamentales et les partisans de l’obligation vaccinale s’annoncent houleux.

C’est un pot de vin légalisé

Ferdinando Imposimato, avocat, magistrat, homme politique italien et président honoraire de la Cour suprême de Cassation, s’est adressé au Président de la République²-³ : « Monsieur le Président Mattarella, le décret du Conseil des ministres rendant obligatoires 12 vaccinations pour l’inscription à l’école est contraire à la Constitution : il viole l’article 32 de la Constitution qui prévoit que « nul ne peut être contraint à un traitement médical spécifique » … C’est un moyen d’imposer aux familles pauvres des frais et des charges. L’Italie est parmi les dix pays au monde ayant un des plus faibles taux de mortalité infantile. Instrumentaliser le pic épidémiologique de la rougeole pour imposer le décret sur le vaccin obligatoire pour les familles est inacceptable et contraire à la Constitution. C’est un pot de vin légalisé. C’est un fait criminel. Nous sommes opposés aux lobbies pharmaceutiques criminels ».

Selon Paolo Maddalena, ex vice président de la Cour Constitutionnelle⁴, « le décret est de manière flagrante anticonstitutionnel, la loi ne peut en aucun cas violer les limites imposées du respect de la personne ».

Adriano Zaccagnini, député, engagé depuis la première heure auprès des citoyens, a déclaré⁵ : « La majorité politique favorable à l’obligation ne se rend pas compte que ce décret est une attaque à la liberté et aux droits fondamentaux et ce sera un boomerang politique retentissant pour ceux qui le soutiennent ».

Dans la province de Côme, les directeurs d’établissements ont fait savoir qu’ils ne contrôleront pas les carnets de vaccination à la rentrée prochaine, cette lourde responsabilité est selon eux une charge de travail considérable. « Les directeurs d’établissements scolaires s’organisent pour contrer cette décision… ce sera impossible de réclamer les carnets de vaccination aux nombreux enfants étrangers qui durant l’année scolaire arriveront aux portes de Côme, pour s’inscrire à l’école, puisque c’est leur droit », explique Sonia Lulli, directrice des services de l’Éducation Nationale  de Côme Nord⁶.

Dans le Val d’Aoste, Chantal Certan, assesseur régional en charge de l’instruction et de la culture a déclaré⁷ :

Je n’aurai jamais pensé qu’on en arriverai à tant… et ici les vaccins ne comptent pas, la science non plus, le débat est d’un tout autre niveau, le niveau des expérimentations….

Roberto Rosset, président du Conseil de l’ordre des médecins du Val d’Aoste s’est indigné et a réagit dans une note⁸ : les déclarations de l’assesseur Chantal Certan « sont très graves parce qu’elles proviennent de source institutionnelle et sont des déclarations anti-scientifique contraire à la protection de la santé publique et à l’article 32 de la Constitution ».

Mais que disent les notices des vaccins concernant les expérimentations ? Prenons l’exemple de l’INFANRIX HEXA, vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections à Haemophilus influenzae type b, sa notice⁹ précise : « La tolérance et l’efficacité d’INFANRIX HEXA chez les enfants de plus de 36 mois n’ont pas été établies. Pas de donnée disponible ».

Prenons un autre exemple, l’INFANRIX QUINTA, vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et les infections à Haemophilus influenzae type b, sa notice¹⁰ précise : « Ce vaccin n’a été étudié que chez les enfants de moins de 36 mois ».

Et les notices d’autres vaccins rapportent la même absence de données disponibles.

Mais alors ça veut dire quoi ? Cela signifie qu’aucune étude clinique n’a été faite sur les enfants de plus de 36 mois. Ne connaissant pas la tolérance et l’efficacité du vaccin chez les enfants de plus de 36 mois, nous pouvons en déduire que ces enfants font l’objet d’expérimentations par l’industrie pharmaceutique.

Le Code de Nuremberg¹¹, extrait du jugement pénal rendu en août 1947 par la Tribunal militaire américain dans le cadre du “procès des médecins” liste les dix critères utilisés par le Tribunal pour apprécier le caractère licite ou illicite des expérimentations humaines reprochées aux accusés. Il précise notamment que « lors d’expérimentation le consentement volontaire du sujet humain est absolument nécessaire ». La personne concernée doit avoir reçu une information loyale pour prendre une décision éclairée. Ce jugement qui est une jurisprudence internationale pénale a amené l’Association Médicale Mondiale (WMA) à mettre au point des règles applicables à la pratique médicale courante. Édictées à Helsinki en 1964¹², ces règles furent encore amendées en 1975 à Tokyo, à Venise en 1983, à Hong Kong en 1989, etc. Le consentement libre et éclairé inscrit dans le Code de Nuremberg est également repris dans la déclaration d’Helsinki : « … aucune personne capable de donner un consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé ».

 

Les obligations vaccinales sont-elles l’avenir de la politique de santé publique, et ce en dépit des droits fondamentaux de la personne ?

Selon le président de la région de la Vénétie, Monsieur Luca Zaia, adopter une loi aussi coercitive pour obtenir une couverture vaccinale n’est pas la réponse adaptée face aux peurs des parents.

« On ne répond pas aux peurs des parents par des amendes ou des signalements, en Vénétie ou il n’y a aucune obligation, le taux de couverture est de 92%¹³ »

Le 13 juin, Luca Zaia a annoncé¹⁴ que la junte régionale de la Vénétie a décidé de déposer un recours devant la Cour Constitutionnelle concernant le décret introduisant l’obligation de vaccination. « Le recours devrait être prêt d’ici une à deux semaines ».

Cette annonce pourrait conduire d’autres régions à vouloir se libérer de l’obligation vaccinale et à rejoindre la position de la Vénétie. Ce décret-loi pourrait avoir l’effet inverse de l’objectif initial souhaité par la ministre de la santé.

 

La région de la Vénétie : une exception

L’histoire dramatique de Giorgio Tremante et de sa famille; le combat d’une vie

Père de 4 enfants, dont un enfant handicapé et deux enfants décédés suite à la vaccination antipoliomyélitique. Giorgio s’est battu toute sa vie avec son épouse pour faire reconnaître le lien de causalité entre vaccinations et effets indésirables subis par leurs enfants. Il a également œuvré dans la lutte pour la liberté de choix en matière de vaccination¹⁵.

En 1995, 3 ans après la promulgation de la loi d’indemnisation des accidents post-vaccinaux¹⁶, ses enfants sont reconnus victimes des vaccins obligatoires.

Treize ans plus tard, en 2008, la région de la Vénétie, dans laquelle il vit avec son fils Alberto, gravement handicapé, a annulé la loi d’obligation vaccinale au niveau régional. Depuis, dans cette région d’Italie, les citoyens ont la liberté de choix en matière de vaccination¹⁷.

Le 4 août 2011, a été inauguré à Vérone, le « Jardin Frères Tremante – Marco et Andrea décédés suite à des vaccinations obligatoires », soit 16 ans après que l’état ait reconnu ces enfants victimes de la vaccination, et 3 ans après la levée de l’obligation vaccinale dans la région de la Vénétie.

 

Le samedi 10 juin 2017, à Vérone, des centaines de personnes se sont réunis à la tombé de la nuit pour manifester leur désaccord vis à vis du nouveau décret d’obligation vaccinale. Dans cette région de liberté, personne ne souhaite céder ses choix de santé à l’état.

 

La mobilisation ne faiblit pas

Dimanche 11 juin 2017, sous un soleil de plomb, ce n’était plus des centaines mais des milliers de citoyens qui ont défilé à Rome¹⁸. Environs 20 000 personnes présentes. Parents, grands-parents, enfants, représentants d’associations, médecins, avocats et politiques marchaient ensemble pour la liberté vaccinale. Les forces de l’ordre, par mesure de sécurité et devant la foule immense, ont dû stopper le cortège.

Le 17 juin 2017, une conférence a eu lieu à Mosciano Sant’Angelo, médecins, avocats, représentant de l’Éducation nationale et présidents d’associations étaient présents¹⁹.

Dans toute l’Italie les familles s’organisent. Bus affrétés et points de convergence fixés, pour permettre aux plus grand nombre de rejoindre le rassemblement prévu le 8 juillet 2017 à Pesaro²⁰. Des milliers de personnes sont attendus.

Crédits photos : Magdalena, Andrea, Laetitia, Simona

Sources:
1- http://www.gazzettaufficiale.it/atto/serie_generale/caricaDettaglioAtto/originario?atto.dataPubblicazioneGazzetta=2017-06-07&atto.codiceRedazionale=17G00095&elenco30giorni=false

2- http://www.freedompress.cc/vaccini-mattarella-firma-decreto-legge-lorenzin-imposimato-tangente-legalizzata-un-criminale/

3- http://www.vetrinaservizi.it/pagina2501_inchiesta-vaccini.html

4- http://www.imolaoggi.it/2017/06/11/paolo-maddalena-il-decreto-vaccini-e-platealmente-incostituzionale/

5- http://adrianozaccagnini.it/2017/06/08/08-06-2017-vaccini-presentata-pdl-adesione-volontaria/

6- http://www.laprovinciadicomo.it/stories/como-citta/vaccini-obbligatori-nelle-scuole-i-presidi-non-controlleremo_1239400_11/

7- http://www.lastampa.it/2017/06/09/edizioni/aosta/vaccini-certan-sperimentazione-di-massa-come-nazismo-g7gCiQ74aXqE6IWxuXxdLO/pagina.html

8- http://www.lastampa.it/2017/06/09/edizioni/aosta/vaccini-ordine-dei-medici-dichiarazioni-certan-antiscientifiche-uCUQapx97tadXNkovhd6NK/pagina.html

9- https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/14-infanrix-hexa#vaccin_indications

10- https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/15-infanrixquinta#vaccin_indications

11- http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/10191/186011/Code_Nuremberg_1947.pdf/d29861b8-30a7-456e-9a83-508f14f4e6d5

12- https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-de-lamm-principes-ethiques-applicables-a-la-recherche-medicale-impliquant-des-etres-humains/

13- https://www.pressreader.com/italy/corriere-di-verona/20170609/281492161292085

14- http://www.ansa.it/canale_saluteebenessere/notizie/sanita/2017/06/13/zaia-veneto-impugna-il-decreto-per-obbligo-vaccini-davanti-alla-consulta_a687b4bc-6ada-4a28-88f1-18be01bfb3dd.html

15- http://www.unilibro.it/libri/f/autore/tremante_giorgio

16- http://www.salute.gov.it/imgs/C_17_normativa_1556_allegato.pdf

17- http://www.consiglioveneto.it/crvportal//leggi/2007/07lr0007.html

18- https://www.attivotv.it/sta-succedendo-ora-a-roma-ma-i-media-stanno-censurando-tutto-scoppia-la-rivolta/

19- http://www.cityrumors.it/notizie-teramo/cronaca-teramo/468846-mosciano-obbligo-vaccini-convegno-spiega-rischi.html

20- http://www.youreporter.it/foto_Si_alla_liberta_di_scelta_8_luglio_Pesaro?refresh_ce-cp

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.