Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Nos pieds nous parlent ?

La réflexologie plantaire consciente (RPC). Peu connue, la Réflexologie plantaire est pourtant très pratiquée en France et prend un essor considérable au sein des médecines complémentaires. La Réflexologie Plantaire Consciente adjoint à cette méthode d’autres sciences énergétiques et psycho métaphysiques pour faire d’elle une thérapie pluridisciplinaire.

Un peu d’histoire

MANDALALa Réflexologie plantaire est née pour certains en Chine (plus de 5000 ans), pour d’autres chez les Incas (1200 ans avant J.C).

Au cours du 16ème siècle, la réflexologie est associée en Europe à la recherche sur la thérapie par les zones du corps. En 1917, au Etats-Unis, le médecin William FITZGERALD, spécialiste ORL, publie un livre sur la théorie des zones. Celui-ci démontre qu’en exerçant une pression sur certains points du corps, on peut se dispenser de la cocaïne, qui est à l’époque utilisée comme anesthésique. Il réalise alors une véritable carte des différentes zones sur le corps qui consiste à diviser celui-ci en 10 zones longitudinales et verticales d’égale largeur et allant du haut de la tête à l’extrémité des pieds.

C’est toutefois en 1930, que la réflexologie va naître de la manière dont on la connaît aujourd’hui. Eunice Ingham, considérée comme la « mère » de la réflexologie moderne utilise la théorie des zones, mais est convaincue que les pieds du fait de leur extrême sensibilité, doivent faire l’objet d’un traitement particulier. Elle établit donc un schéma de ceux-ci correspondant aux zones et à leurs effets sur l’anatomie jusqu’à ce qu’elle soit parvenue à une carte complète du pied où est représenté chacun de nos organes.

Même si les découvertes de Eunice Ingham vont constituer les fondements de la réflexologie plantaire moderne, il reste encore bien des progrès à faire.

 

Le principe de la réflexologie plantaire

Microsoft Word - La rÉflexologie PLANTAIRE CONSCIENTE.docLe pied se compose de 26 os, 107 ligaments et 19 muscles, ils n’ont pas moins de 7200 terminaisons nerveuses. Vous pouvez voir sur la photo la représentation des organes sur chaque pied de manière très logique en partant des orteils jusqu’au talon. Pour chaque organe, nous nommerons « Zone réflexe » la localisation de celui-ci sur la voute plantaire.

Le point de départ des réflexes nerveux du pied est en lien avec nos différents organes. Les pieds sont le siège du système circulatoire et vasculaire, les stimuler permet un meilleur retour veineux vers le cœur. Si la circulation sanguine s’effectue de manière optimale dans l’organisme, les organes sont mieux irrigués et oxygénés.

Cette stimulation s’établit par des effleurements ou des pressions localisés appelés reptation. Ce sont de petites stimulations rapprochées, effectuées avec le pouce ou l’index parfois, qui produisent un mouvement ondulatoire sur la zone reptée. En fait, tout l’art réside dans la nature du mouvement qui transmet les impulsions aux zones réflexes, qui elles, envoient à leur tour un influx nerveux jusqu’a la moelle épinière se répercutant par l’intermédiaire de celle-ci sur l’organe correspondant.

Lors d’une séance de réflexologie plantaire, le corps réagit sous la pression spécifique et adaptée des doigts. Le corps sait produire ses propres analgésiques, que l’on appelle « endorphines », bien plus puissants que la morphine. Le système nerveux ainsi stimulé, il se produit alors des modifications chimiques dans tout le corps dont la première réaction est bien souvent une détente, puis une diminution de la souffrance physique causée par la maladie.

Cette approche est une thérapie holistique (du grec holos, « entier ») car elle agit sur la personne de manière à atteindre son intégralité physique, psychique et émotionnelle. Ce n’est pas sur le symptôme que le reflexologue intervient, mais plutôt de façon à induire un état d’homéostasie et de détente suffisante nécessaire à tout mieux-être.

Le corps et nos émotions

Nous ne sommes pas qu’un corps physique, nous somme aussi de l’énergie, un corps de pensées et d’émotions. Rien de ce qui se vit sur le plan physique ne peut être dissocié de notre plan mental et émotionnel.

Par exemple, le simple fait d’être enrhumé pourrait laisser à penser que nous n’y pouvons rien. On nous a toujours appris, comme le veut l’expression, que le rhume ça « s’attrape ». Mais si on porte un peu d’attention à ce que l’on vit à ce moment de notre vie, on peut se demander : Suis-je bien avec moi-même, Est-ce que je me sens fatigué ? Suis-je préoccupé dans un domaine de ma vie ?

 Nous ne sommes bien souvent pas conscients de l’influence de nos pensées sur nos organes et des émotions que celles-ci génèrent. Pourtant, cette influence est bien réelle. Reprenons l’exemple de la personne atteinte d’un rhume. Si elle s’interrogeait pourquoi son corps n’est-il pas en mesure d’affronter cette maladie, peut-être serait-elle surprise de constater qu’il y a quelque chose en elle qui n’est plus en accord soit avec sa façon de penser, de s’alimenter ou encore dans sa façon de faire… qu’elle est coupée de son être profond, de ses vrais besoins.

Aujourd’hui il n’est plus à démontrer le lien entre nos émotions et notre corps. Tout ce que nous vivons, quelque soit le domaine de notre vie, a une conséquence sur nos pensées, nos actes et la réaction physiologique de notre organisme par l’intermédiaire de celles-ci.

Lorsque on développe une maladie, ou vivons un accident, si on observe un tant soit peu ce qui dans notre vie est difficile à vivre, si une situation nous pèse, hante nos pensées, nous perturbe… on obtient alors très vite des réponses qui sont en correspondances avec l’organe ou la partie du corps atteinte et nos émotions vécues. On peut se sentir coupable par rapport à notre conjoint(e) ou un(e) collègue de travail, vivre de la dévalorisation parce que l’on ne se sent pas capable de…un conflit d’autorité avec un enfant…

Si déjà, le simple rhume nous indique un état de fatigue, nous montre que nous ne nous respectons pas dans notre rythme de vie, notre sommeil ou notre alimentation, que dire alors de sentiments négatifs envers nous-mêmes ou envers une autre personne enfouis dans notre subconscient parfois depuis des années…

La RPC : du corps vers la conscience

L’observation du pied dans sa globalité, l’étude de ses formes, de ses défauts et irrégularités permet de comprendre que le corps peut transmettre un message concernant le vécu, les mémoires émotionnelles, la généalogie ou le potentiel en devenir d’une personne. Toute information est un message à décoder sur des émotions refoulées, des sentiments non exprimés et des blocages bien souvent inconscients. Le corps est le reflet de tout notre être.

C’est ce que j’ai, au fil des années, cherché à approfondir en laissant mes mains et mon ressenti me parler. J’ai porté également une attention particulière sur tout ce que la personne me confiait de sa vie personnelle tout en observant ce qui pouvait « se lire » sur ses pieds, chaque détail ayant son importance. j’ai continué à apprendre et à me former à d’autres techniques comme l’énergétique chinoise et le décodage symbolique du corps. J’ai entrepris une démarche spirituelle afin d’élargir ma vision à d’autres concepts de pensées. De tout ceci est né la Réflexologie Plantaire Consciente (RPC).

Les fondements de cette approche

La RPC garde les bases fondamentales de la théorie de Eunice Ingham, mais se complète par une dimension métaphysique, énergétique et thérapeutique.

Pour cela, trois médecines douces et naturelles complémentaires entre elles sont associées afin de proposer aux différents corps un soutien, pour qu’ils retrouvent leur équilibre et santé vitale.

Ces trois médecines sont :

  • La réflexologie plantaire
  • L’énergétique chinoise
  • La médecine nouvelle (et la métaphysique du corps)

Microsoft Word - La rÉflexologie PLANTAIRE CONSCIENTE.docPourquoi consciente ? Parce que nous avons tout en nous, nous gardons en mémoire chaque événement mais de façon inconsciente pour la majeure partie de ceux-ci. Prenons une image : lorsque l’on vit un traumatisme physique, accident, ou intervention chirurgicale, celui-ci laisse une trace sur la peau que l’on nomme cicatrice.

Il en est de même pour nos agressions morales, conflits ou chocs psychologiques. Cette cicatrice est enfouie dans notre subconscient, elle ne laisse aucune trace apparente pourtant elle existe. Il va se former alors une mémoire que l’on nomme la mémoire du corps. La maladie se manifeste bien souvent pour réactiver cette cicatrice et nous dire que quelque chose ne va pas en nous.

Pour retrouver la cause de cette cicatrice, la lecture symbolique du pied est un outil majeur dans l’accompagnement du consultant. Pour cela, j’ai établi une cartographie spécifique psycho-émotionnelle du pied. Elle permet de percevoir ce que le corps a enregistré comme émotions et surtout les croyances qui en ont découlées. Car c’est avec celles-ci que nous agissons dans notre quotidien. Quelles soient bonnes ou mauvaises, peu importe, notre mental nous amène à nous comporter de manière quasi automatique car ce qui a été « efficace » une fois l’est forcément ensuite… pour lui.

Sophie, petite fille se retrouvait souvent seule chez elle car sa maman avait un travail qui lui demandait d’effectuer beaucoup d’heures à l’extérieur de la maison. Son sentiment de solitude affectait son système de défense qui réagissait soit intensément soit pas du tout aux variations climatiques. De ce fait, Sophie était souvent malade. Et chaque fois maman devait rester à la maison. Sophie a enregistrée dans sa mémoire émotionnelle que « pour ne pas se sentir seule, je dois être malade. » Une fois adulte, ce mécanisme s’est perpétué. Seulement la conséquence est devenue problématique car elle en a perdu son travail et a généré des conflits dans son couple aussi. Son mari devant se déplacer souvent, Sophie ne supportait pas la séparation (sa mémoire émotionnelle se réveillant). De ce fait, son cerveau de par sa croyance, envoyait une information au corps pour qu’elle soit malade… Ce n’est quand faisant la démarche de vouloir « se sentir mieux » suite à des maux d’estomac incessants et migraines, que Sophie a pu prendre conscience de son fonctionnement et s’en libérer surtout.

Pour cela, la pluridisciplinarité de l’approche prend de nouveau tout son sens. Car en agissant sur le corps par la réflexologie plantaire, on a stimulé son système parasympathique et provoqué une grande détente permettant de diminuer ses douleurs physiques liées à ses migraines et brûlures d’estomac.

Lui indiquer ce que reflétait son corps de part la forme de ses orteils, le petit étant complètement replié sur lui, l’emplacement de maman étant marquée par une couleur foncée et sa voute plantaire relativement creuse laissaient à penser que maman avait dû être peu présente, a permis à Sophie de constater que son corps ne mentait pas. Il se faisait porteur d’un message. La prise de conscience l’a ramenée vers son passé de petite fille avec lequel par imagerie mentale et en état modifié de conscience nous sommes allées. Nous l’avons rassurée, désamorcé le sentiment enregistré par le passé et conforté l’enfant dans l’amour que sa mère lui vouait malgré son absence. Sophie s’est servie de ses propres ressources pour montrer à la petite fille qu’elle avait tout en elle pour ne plus s’abandonner et se sentir seule. Ayant donné du sens à ses pathologies, elle comprit qu’elle les créait elle-même.

Le thérapeute en RPC, aide la personne à prendre conscience des fonctionnements de son mental, préprogrammé par des schémas de pensées ou de croyances quelconques. Ensuite, si elle le désire, il l’amène à se détacher des blocages et des peurs qui en découlent par un travail de libération de sa mémoire émotionnelle. Parallèlement, il agit sur les zones réflexes correspondantes aux organes affectés, apportant ainsi une diminution des symptômes liés à l’émotion enregistrée dans notre cerveau limbique, siège de notre mémoire émotionnelle.

Microsoft Word - La rÉflexologie PLANTAIRE CONSCIENTE.docLes organes des sens servent à transmettre des informations vers celui-ci. La peau est en l’occurrence le plus grand de ces récepteurs d’informations. Toutes les stimulations recueillies par les corpuscules et terminaisons nerveuses arrivent donc au cerveau qui interprète, traduit et coordonne l’information avant de la retransmettre vers les organes.

Ceux-ci sont donc en lien étroit avec notre état émotionnel (Nos expressions populaires le confirment : « Ça me fait mal au cœur. », « Je me fais de la bile. », « J’ai le souffle coupé », « Ça me bouffe le foie », etc.).

La façon de toucher le pied doit donc être agréable, douce et rassurante afin que s’établisse une forme de dialogue entre les différents systèmes. La personne va ressentir l’harmonie s’installer dans les trois dimensions de l’être que sont les corps physique, mental et émotionnel.

Cette approche pluridisciplinaire amène la réflexologie plantaire à évoluer vers une thérapie globale. Pour cela, il m’a fallut tout de même réaliser :

  • une cartographie métaphysique du pied
  • un protocole de reptation en lien avec la roue des 5 éléments (MTC)
  • un concept différent d’écoute et de toucher du pied allant au-delà de la technique
  • une lecture symbolique du pied, des orteils ainsi que des organes

L’énergétique chinoise

L’énergétique chinoise est basée sur les études menées en Médecine Traditionnelle Chinoise dont le but est de redonner à l’être humain toute sa vitalité afin d’être en harmonie avec l’univers dans lequel il vit. Pour les Chinois, l’énergie vitale, ou ch’i, circule dans le corps selon un système de méridiens analogues aux réseaux sanguin, nerveux et lymphatique. Cette force vitale contrôle les fonctions de tous les systèmes organiques et donc imprègne toutes les cellules.

Les méridiens relient l’intérieur du corps avec l’extérieur, ce qui constitue la base de l’acupuncture. Travailler sur des points à la surface du corps a une incidence sur ce qui se passe à l’intérieur puisque l’on active la circulation énergétique qui passent par les méridiens.

Nous agissons pareil en RPC lorsque nous reptons les zones réflexes des organes. Nous développons un toucher thérapeutique, une écoute vibratoire des messages du corps et ses déséquilibres. On va ainsi moduler ou intensifier ce toucher précis pour ramener vers l’équilibre de base (énergie Yin ou Yang principe du Tao) le système ou l’organe concerné par la pathologie ou le déséquilibre émotionnel.

Par exemple, une céphalée peut être diminuée ou amenée à disparaître en travaillant avec l’énergétique chinoise : le trajet du méridien de la Vessie et de la Vésicule biliaire passent sur une partie du crâne. En reptant sur ce tracé, situé sous la voûte plantaire, puis en portant une attention particulière aux zones réflexes des organes correspondants, l’influx vital peut de nouveau circuler librement. La douleur disparaît très rapidement, le travail se complète ensuite avec le questionnement pertinent au sujet de vécu de la personne consultante.

Le langage du pied

La réflexologie consciente se sert de la logique du corps pour décoder les maux de la personne en commençant par une vue d’ensemble de chaque pied (tout a son importance : forme globale, longueur, largeur, aspect doux, rugueux etc.), on établit un découpage précis par zone :

  • coussinet : futur
  • voute plantaire : présent
  • talon : passé 

Suit une lecture plus subtile qui fait appel au décodage biologique, on observera la zone centrale du pied ainsi que la voûte plantaire, qui permet de « lire » la manière dont nous avons imprimé notre relation avec nos parents.

schema_reflexo

 

Le reflexo-thérapeute peut alors :

  • observer l’influence éducative, les croyances parentales durant l’enfance et ses répercussions dans la vie de l’adulte
  • affiner ces observations par une lecture symbolique des orteils, complétant la lecture de l’ensemble, reflet de l’état psychologique et émotionnel de la personne

Ce bilan permet à la personne consultante de comprendre sa problématique majeure en lien avec ses blocages, ses peurs et ses émotions qui l’empêchent d’être elle-même, lui causant ainsi troubles physiques et/ou psychologiques.

Exemple (photo callosités sur voûte plantaire) : Des callosités, qui forment une couche apparemment protectrice sur la peau, situées sur la zone réflexe des poumons peut laisser penser que la personne a vécu, dans son passé, une très grande dévalorisation qui, dans sa vie actuelle, génère encore de la souffrance et un refus de s’affirmer. Elle se coupe du monde extérieur en se créant une carapace, en l’occurrence ces callosités. Cependant, tout ce qu’elle fait pour se protéger ne l’empêche pas de souffrir physiquement et émotionnellement.

Microsoft Word - La rÉflexologie PLANTAIRE CONSCIENTE.doc

Les gros orteils sont incurvés vers l’extérieur du pied et le dernier orteil se cache sous le 4ème (à savoir le gros orteil représente notre personnalité, et le petit orteil, l’écoute intérieure) : Se pourrait-il que ses pieds viennent lui dire qu’il est temps de se libérer « des protections » qu’elle se met ? Aurait-elle à se débarrasser de ses souffrances liées à sa dévalorisation ?

En prenant conscience de son fonctionnement et de ce que lui dit son corps, cette personne peut se libérer de ses mémoires du passé, lourdes en blessures émotionnelles.

Une clé vers la connaissance de soi

Au-delà de cet outil merveilleux qu’est la réflexologie, ce n’est pas la technique qui importe, mais la manière dont le reflexologue la pratique : être accompagnant et non soignant.

Avec la réflexologie plantaire consciente, le ressenti par le toucher est développé pour que, au travers des mains, les messages du corps puissent être utilisés de façon pertinente afin d’accompagner la personne vers sa propre autonomie sur le chemin de sa vie.

Le reflexologue doit utiliser une écoute active afin d’amener la personne à comprendre ce qu’elle vit, pourquoi elle le vit et quel sens cela a pour elle. Elle seule alors, pourra changer certains schémas de pensées et prendre soin de ses différents corps, source de mieux-être intérieur, clé de tout épanouissement personnel.

Présentation Réflexologie Plantaire Consciente

S'abonner gratuitement à notre lettre