Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Réflexions naturopathique sur la prise de poids 

Chaque année au printemps, nous voyons fleurir dans les revues les toutes dernières révélations de spécialistes nutritionnistes, diététiciens ou autres faiseurs de minceur, toujours plus efficaces pour faire maigrir le porte monnaie. Nous rapportons, dans cet article, de façon brève les observations sur différentes idées reçues par André Girard, naturopathe à Lyon.

Pourquoi sommes-nous gros ?

Nous mangeons trop et déséquilibré (l’obésité n’existe pas dans le monde animal sauvage  »Konrad Lorentz »).La génétique n’est que très peu en cause, c’est l’épigénétique environnementale et ce dès la tendre enfance qui est responsable. Parents attention aux formulations des  »petits pots » et en général aux sucres et aux graisses dans l’alimentation de vos enfants.

 

Est-ce vraiment un problème de santé publique ?

Oui, le surpoids est reconnu comme maladie par l’OMS depuis 1997, car il favorise un grand nombre de maladies : diabète, hypertension, troubles cardiovasculaires, cirrhose du foie et différents cancers …A cette heure on compte près de 700 millions d’adultes et 110 millions d’enfants obèses dans le monde.

 

Comment définir mon poids (B.M.I) body mass index ?

Il se calcule en divisant notre poids (en kg) par le carré de notre taille.

Exemples : si je mesure 1m80 et pèse 72kg mon BMI sera de :
72 kg : (1,80 x 1,80) = 22,2
Parfait.
Si je mesure 1m75 et pèse 82kg mon BMI sera de :
82 : (1,75 x 1,75) = 26,77
Ce qui correspond à un commencement de l’embonpoint.

 

Elaborer son réglage alimentaire à partir de la notion de calorie ?

C’est tout simplement un  »piège » scientifique peu fiable à mes yeux.

En ingénierie, la K est égale à effectivement 4,18 joules, ce qui correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’1gramme d’eau dégazéifiée et sous pression atmosphérique normale de un degré centigrade. En général, on cherche à passer de 14°5 à 15°5.

D’un point de vue nutritionnel, le corps humain est déjà, lui à 37°. Cette définition des calories n’a d’ailleurs jamais été reconnue par le système international et tous les régimes basés sur cette théorie peuvent revoir leur copie.

Nous connaissons tous dans notre entourage des gens qui mangent comme des ogres et sont minces comme des fils et vice et versa. Qu’elles soient petites grandes ou mégacalories cette notion référentielle énergétique en diététique est une ineptie. On sait pertinemment par ailleurs que l’association des sucres et des graisses démultiplie le stockage cellulaire par hyperinsulinémie.

L’insuline étant l’hormone nutritionnelle par excellence. Il y a aussi plus grave, Madame le professeur Karine Clément (Inserm hotel dieu PARIS) a démontré que lorsque l’on accumule de la graisse, une réaction immunitaire se produit dans l’organisme et libère des messagers notamment de la cachectique (TNF alpha) .Cette hormone détricote en quelque sorte nos muscles pour aller chercher de la glutamine dont les globules blancs sont friands. Elle serait par ce biais à l’origine de nombreuses complications de santé.

 

Le yoyo des personnes en manque de volonté pour maintenir une discipline alimentaire, est-il dangereux ?  Mieux vaut pas de régime, qu’un régime raté ?

Oui, la plupart des toxiques rencontrés dans notre alimentation sont des molécules liposolubles (elles se fixent dans les graisses), ainsi à chaque fois que l’on mincit les cellules graisseuses libèrent à nouveau ces poisons dans le sang. Voyez ici une auto-intoxication permanente.. !

Par ailleurs, le Dr J.P  RUASSE a parfaitement montré le côté erroné, voire dangereux dans le temps du traitement de l’obésité par la restriction calorique, voir son tableau ci-dessous. Sa courbe démontre bien que les régimes hypocaloriques successifs aboutissent à créer une résistance à l’amaigrissement.

Le calvaire du sous-alimenté ou le martyre de l’obèse. Dr J.P Ruasse.

 

Aujourd’hui, outre le fait qu’il restera toujours nécessaire d’avoir des repas frugaux et équilibrés en sucres lents, lipides et phospholipides (poissons gras, huiles première pression à froid , colza, olive …) protéines associées céréales/légumineuses (ex : riz et petits pois, blé et pois chiches, maïs et haricots, etc…), et en limitant au maximum les viandes (autres que biologiques ou de provenance Bleu Blanc Cœur) tant les élevages intensifs ont  »dénaturés » celles-ci dans leur qualité. L’orientation nouvelle, intéressante qui s’impose, c’est la BARRIERE INTESTINALE.

En effet, cette barrière muqueuse très sélective avec sa couche en brosse et ses glandes immuno-hormonales nous permet avant tout de se faire du  »bon sang », une des grandes bases de la santé.. !

Depuis les travaux de Jeffrey GORDON, il y a une dizaine d’années, nous savons aussi que notre  »microbiote » ou  »flore commensale » est très important. N’a-t-il pas montré que le microbiote des individus obèses était différent de celui des individus minces.. ?

Ainsi, l’épidémie d’obésité qui nous arrive de l’occident par surconsommation globale et détérioration de la qualité des aliments, avec leurs répercussions sur la barrière et la flore intestinale, entraînent le principe des implants ou de greffes de microbiote adapté (1).

Réflexions : dans ce domaine comme dans tant d’autres, peut-on devenir un jour raisonnable, responsable c’est à dire adulte non soumis aux modes et pressions sociétales. Je me souviens lorsque je me suis installé en 1988 à Lyon, sur le plan médical, la mode était pour mincir :

  • extrait thyroïdien
  • tonicardiaque
  • diurétique

 

Cette méthode, après de nombreux déboires a été interdite fort heureusement. Les vraies questions a se poser devant des prises de poids abusives restent :

  • le morphotype de la personne
  • a qu’elle physiologie a-t-on à faire (métabolisme)
  • éduquer en hygiène de vie en général (pour du durable).*

 

A noter également qu’un probiotique, le lactobacillus gasseri, mérite les honneurs. Des chercheurs Japonais ont démontré l’impact de cette bactérie sur l’obésité. A partir de 87 personnes ayant un surplus notoire de graisse, un protocole randomisé (multi-centrique) en double aveugle et contrôlé face à un placebo .Certes, une gestion alimentaire et de l’exercice physique étaient associés. De plus, un point important a été repéré : un net renforcement de la barrière intestinale par  L-gasseri (2) ce qui pourrait apporter d’autres effets très bénéfiques.

Sources : 

  • Transplantation de microbiote fécal et syndrome de l’intestin irritable avec ballonnements… par Stanislas BRULEY des varannes.
  • J , Sato.M, Tsuchidat T (Eur J. Clin Nutr. Juin 2010).
  • Image : Adobe Stock

Auteur : André Girard

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

1 Commentaire

  1. Bertrand

    Merci André de nous rappeler ces évidences trop souvent camoufler par les effets de mode. Chaque année son lot d’incohérences et de miroir aux alouettes pour la promotion de régimes miracles ! Une bonne hygiène alimentaire est indispensable pour bien des raisons. Un grand Oui à une alimentation variée, équilibrée et vitalisante qui permet de rester en bonne santé..

    Réponse

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *