Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

La résistance 2.0 en 5 étapes ou comment refaire surface après les attentats

« Du chaos naît une étoile » Charlie Chaplin.

Devenons des résistants 2.0, des sages en marche vers un changement de conscience.

  1. L’amour

En ces heures sombres de notre histoire, je vois poindre une lumière particulièrement belle. Une lumière présente en chacun de nous. Une lumière qui, pour certains, s’avère être plus visible que chez d’autres.

Cette lumière c’est l’amour.

Alors que Paris vient d’être touchée en plein coeur. Alors que sa jeunesse, belle et fougueuse, vient d’être fauchée par des monstres sanguinaires, on peut entendre des messages de plus en plus nombreux d’amour et de paix.
Une sorte de résistance 2.0, fille moderne du mouvement Peace and Love [1] des années 60.

Certains penseront que ce mouvement est puéril et naïf. Pourtant il se passe véritablement quelque chose de notable, un mouvement spontané et collectif. Ce mouvement d’amour est peut-être l’illustration que le collectif a franchi un seuil de conscience et de sagesse.

Face à la violence, un certain nombre de personnes répondent par l’amour.

Pour exemple ce jeune homme ayant échappé de peu à la mort au Bataclan. Il a connu l’horreur, il a vu mourir des amis près de lui, et quand on lui demande ce qu’il ressent à présent après tout ça, il répond : « je ne retiens qu’une chose : aimer. Je veux aimer encore et encore »

Dans sa chronique du 20 novembre sur France Inter, Francois Morel en appelle à « ne renoncer à rien » et surtout pas à l’amour. Les internautes sur les réseaux sociaux postent chaque jour des messages de paix et d’amour : citations, photos, vidéo, dessins, etc.

Cet évident élan du cœur permet aux français de se sentir moins impuissants, moins terrifiés face à cette guerre qui se veut également psychologique.

Sur le site mademoizelle.com, une jeune femme échappée du Bataclan en appelle aussi à l’amour. Elle remercie les personnes qui l’ont sauvée mais surtout elle nous invite à aimer dès maintenant et sans retenue aucune. Elle cite un passage du film de Yann Arthus Bertrand « Human » : un homme qui ne veut pas se venger de la mort de son enfant alors que tout son entourage l’encourage à le faire. Mais lui ne veut pas se venger. Il ne veut pas être dans cette colère inutile car il sait que cela n’en finira jamais. La loi du Talion n’est qu’une spirale infernale, sans fin.

La jeune rescapée nous rappelle qu’il est indispensable d’aimer à chaque instant. Pour elle c’est ça le plus important : l’amour plutôt que la colère et la haine.

Les personnes qui viennent me consulter sont également très sensibles à ce point de vue. Témoins de près ou de loin, nous avons tous été touchés par l’ignominie de ces actions perpétrées contre les parisiens et les Français. Nous sommes tous plus ou moins blessés même si nous n’avons pas été directement exposés. Les personnes qui se sont confiées à moi, ont aussi à cœur de préserver et d’entretenir ce sentiment d’amour. Pour elles, il est plus que jamais important d’aimer. Selon ces personnes, l’amour peut être l’arme absolue contre toutes formes d’oppressions et de destructions. Aimer ses proches, les enfants, les autres tout autour de nous, les animaux, la nature, la Terre. Bref aimer la vie.

Cette posture pourrait ressembler à un mécanisme de défense permettant d’éviter la souffrance psychologique post-traumatique cependant toutes ces personnes passent par les étapes classiques du deuil et de la résilience : la tristesse, le désespoir, la colère, etc. Elles traversent chaque étape et elles ont cette conscience de l’amour, de la solidarité et de la paix. Peut-être cette conscience s’est-elle amplifiée avec les derniers événements, comme une sorte d’électrochoc menant vers plus de sagesse.

Il semblerait que toutes ces personnes aient auparavant effectué un certain travail sur elles-mêmes, psychologique ou philosophique. Ce travail leur a certainement permis de développer des ressources et des qualités internes faisant jour dans ces terribles circonstances.

  1. De la conscience de soi

Conscience et acceptation de soi sont les maitres mots afin de bien vivre ce processus d’après 13 novembre et devenir des résistants 2.0.

Dans de telles circonstances, alors que nous sommes sonnés par le choc, alors que le stress déclenche en nous diverses sensations et comportements, il sera indispensable d’effectuer un retournement sur soi afin de noter à quel point nous avons été affectés par les événements.

  1. Être conscient de nos ressentis

Qu’avons-nous ressentis face aux attentats? Avons-nous eu peur pour nos amis, nos proches, nous-mêmes ? Avons-nous eu de la difficulté à intégrer l’information ? Puis, dans les jours suivants : qu’avons-nous ressenti chez soi, dans la rue, dans les boutiques, dans les transports, etc. Comment avons-nous vécu la récurrence des informations dramatiques dans les journaux ?

  1. Nommer les émotions

Il est indispensable de pouvoir faire le tri dans nos émotions et de les nommer : je ressens quoi ? De la peur, de la tristesse, du désespoir, de la colère, de la haine ?

  1. Acceptation

Une fois les émotions nommées, il est très utile de les accepter, d’observer et d’accueillir ce qui se passe en soi. Juste sentir et accepter que cela soit en nous. Se souvenir qu’il est normal de ressentir cette palette d’émotions, que c’est le propre de l’être humain.

Si les émotions sont trop difficiles à accueillir, si les émotions nous ramènent à une souffrance du passé, alors il est préférable de se faire aider par un professionnel de l’accompagnement.

Solange fait appel à moi à peu prêt huit jours après les événements catastrophiques. Je constate assez rapidement qu’elle a tous les symptômes d’un stress post traumatique[2]. Solange habite juste au dessus de l’un des lieux des attentats, elle a donc tout vu. Malgré une séance d’hypnose et la pratique de la méditation, elle ne parvient pas à se libérer d’un fort sentiment de peur et de solitude. Au fur et à mesure que je l’invite à me décrire ce qu’il se passe en elle, émergent des souvenirs de son enfance. La violence de l’attentat l’a reconnectée à la violence qu’elle a subi étant enfant. La petite fille en elle est encore terrifiée. Le fait d’en prendre conscience a, dans un premier temps, libéré Solange. Le fait de comprendre que les récents événements dont elle a été témoin ont fait ressurgir cette blessure d’enfance, lui permet de prendre de la distance, de faire la part des choses entre la souffrance du passé et celle du présent. Puis j’invite Solange à donner à la petite fille en elle ce dont elle a tant besoin : écoute, sécurité, réconfort. Solange quitte la séance le coeur en paix.

Beaucoup pensent que seules les personnes ayant été présentes sur les lieux le jour de l’attentat sont celles qui sont traumatisées.

Ce n’est pas parce que beaucoup ont été témoin de l’horreur uniquement au travers de leur écran qu’ils n’en sont pas moins touchés et traumatisés.

Comme il s’agit d’une guerre également psychologique (pour atteindre notamment notre économie), les terroristes ont monté leurs opérations afin d’obtenir le plus grand nombre de victimes, en peu de temps, et en plein cœur de nos habitudes de vie parisienne. (Terrasses de café, restaurants, concerts, rues) Ceci afin de bouleverser tous les citoyens français (et européens), afin que chacun et chacune soit à présent terrorisés à l’idée de vivre normalement.

Davantage de conscience dans une situation de post-attentat c’est être conscient du choc, du traumatisme et des diverses émotions qui émergent en nous. Cela peut nous permettre de franchir peu à peu les étapes nous menant vers un mieux être.

  1. La détermination

Vincent Cespedes[3], lui est dans un autre processus. Il créé le mouvement #néorésistance. Dix jours après les attentats, sur les réseaux sociaux et sur les ondes, le philosophe nous invite à la saine colère. Il déplore la mollesse des français et il est très étonné du manque de mouvements collectifs, du manque d’expressions des citoyens. Il nous demande d’oser exprimer notre colère. Il nous invite à la regarder en face. Selon lui, nous pourrions l’utiliser pour avancer, nous battre et combattre une idéologie voulant nous démunir de notre liberté.

Mais derrière ce mot « colère » j’entends surtout « détermination ».

Et en effet le mouvement #néorésistance nous invite à être déterminé. A résister par l’art, l’écriture, la création, le débat d’idée, le partage, les actions, inventer ou réinventer un avenir… A être pleinement vivant et faire entendre notre voix.

Une fois le travail sur les émotions effectué, une fois un sentiment de paix retrouvé, il est possible de se connecter à d’autres sensations et de développer ce fort sentiment de détermination. Etre déterminé à ne pas avoir peur, à continuer à vivre normalement. Etre déterminé à rester fidèle à nos valeurs humanistes.

Amour et détermination ne peuvent que nous amener à des actes justes, humanistes et respectueux d’autrui.

Tandis qu’amour et colère semblent deux éléments difficilement compatibles.

  1. L’instant présent

Parmi les symptômes dus au choc et au traumatisme : la sur-activation du mental. Encore une fois, que vous ayez été témoin de loin ne fait pas de vous quelqu’un qui n’a pas été psychologiquement touché. Il est important que vous en ayez conscience afin d’accepter votre état.

Dans cet état de stress post-attentat, afin de pouvoir anticiper une autre catastrophe, le mental est en sur-activation (démarche utopique on le sait bien mais automatique et inconsciente): projection dans l’avenir, relecture du passé. Ce « va et vient » incessant, cette rumination quotidienne, fini par être particulièrement épuisant.

L’antidote est bien entendu la connexion à l’instant présent. Grâce à la méditation, qu’elle soit Mindfullness ou pas, qu’elle soit statique ou en mouvement, (Taï Chi, QI Gong ou Yoga) vous pourrez vous connecter à l’instant.

Pour ceux qui n’ont pas l’habitude pratiquer une méthode spécifique vous pourrez par exemple chaque jour dès que vous vous apercevez que votre mental est en surchauffe. Posez tout. Concentrez-vous sur votre respiration. Tentez de ne plus suivre vos pensées. Maintenez votre attention sur votre respiration ou sur un son extérieur ou une image apaisante. Tentez de faire ceci aussi souvent que nécessaire.

Profitez également des bons moments qui s’offrent à vous dans votre journée. Le sourire et la chaleur d’un commerçant, une plaisanterie d’un de vos collègues de bureau, un repas entre amis, les bras de votre amoureux (se), la solidarité de vos amis ou votre famille, un rayon de soleil, une fleur, la course des nuages dans le ciel. Bref tout ce qui fait que la vie est belle au quotidien.

  1. Puis vient l’espoir

Une fois la paix, la tranquillité intérieure un peu plus présente, alors vient le moment de se tourner vers un avenir radieux. La résistance 2.0 ne peut s’accomplir qu’avec un travail sur soi. Mais une fois ces étapes franchies nous pouvons sentir en nous un nouvel espace qui s’appelle Espoir. Une fois contactées notre force et notre détermination, nous pouvons enfin à nouveau espérer. L’espoir a toujours fait avancer les plus courageux dans des situations parfois terribles. L’espoir est également la liberté de notre esprit. On peut emprisonner des êtres, on ne les empêchera jamais d’espérer. L’espoir est la liberté de notre esprit et de notre cœur.

Auteur : Géraldyne Prévot-Gigant

[1] mouvement Hippie né aux US en 1960 issu de la jeunesse du baby boum de l’après-guerre.

[2] Insomnies, cauchemars, irritabilité, isolement, colère, peur, parfois violences ou conduites pathologiques et même dépression. Chez certaines personnes, le stress post-traumatique peut faire apparaître des troubles plus invalidants comme les évitements (éviter la foule, les transports en commun).

[3] philosophe et auteur entre autre de « Oser, le jeunesse » édition Flammarion 2015

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

2 Commentaires

  1. patricia

    « A la surface du monde actuellement il y a la guerre, la violence et des choses qui paraissent sombres.
    Mais calmement et sans bruit en même temps quelque chose de différent est en train de se passer sous la surface. C’est un révolution intérieure et certaines personnes sont appelées à une lumière plus élevée. C’est une révolution silencieuse, de l’intérieur vers l’extérieur, partant du bas.
    C’est une opération Globale, une Conspiration Spirituelle. Il y a des cellules dans chaque nation sur la planète.
    Vous n’allez pas nous voir à la TV, vous n’allez pas nous lire dans les journaux, vous n’allez pas entendre parler de nous à la radio. Nous ne cherchons pas la gloire. Nous ne portons pas d’uniformes. Nous arrivons en formes et grandeurs, couleurs et styles différents. La plupart d’entre nous travaille anonymement. Nous travaillons calmement derrière la scène dans chaque pays et culture du monde. Des villes grandes et petites, des montagnes et vallées, dans les fermes et villages, tribus et Îles lointaines.
    Vous pourriez nous croiser dans la rue sans remarquer. Nous sommes « undercover », nous restons derrières les scènes. Cela nous est égal qui reçoit les louanges. Mais simplement que le travail se fasse.
    Parfois nous nous remarquons mutuellement dans la rue, nous nous faisons signe et continuons notre chemin. Dans la journée beaucoup de nous prétendent avoir un travail normal. Mais derrière le faux étalage, la nuit le vrai travail se fait.
    Nous créons lentement un nouveau monde. Nous vivons avec passion et joie. Nos ordres viennent de l’Intelligence Spirituelle. Nous faisons tomber des bombes d’amour douces lorsque personne ne nous regarde : des Poèmes, des hugs., de la musique, des photos, films, mots gentils, sourires, méditations et prières, la danse, l’activisme social, les sites web, les blogs, des actes de gentillesses anodins …. Nous nous exprimons chacun à notre manière unique avec nos talents et cadeaux uniques.
    Soyez le changement que vous désirez voir dans le monde. Voilà le motif qui nous remplit le cœur. Nous savons que c’est la seule manière pour une vraie transformation. Nous savons que calmement et humblement nous avons la puissance de tous les océans réunis. Notre travail est lent et méticuleux, comme la formation des montagnes. Cela ne se voit pas au premier abord. Et pourtant des plaques tectoniques entières seront bougés ainsi.
    L’amour est la nouvelle subversion du 21e siècle. Il ne faut pas une grande éducation ou avoir des connaissances exceptionnelles pour le comprendre.
    Cela vient de l’intelligence du cœur inclus dans la pulsation évolutionnaire éternelle de tous les êtres humains.Soyez le changement que vous désirez voir dans le monde. Personne ne peut le faire à votre place.
    Nous recrutons maintenant. Peut-être vous allez nous rejoindre, où vous l’avez déjà fait. Tous sont les bienvenus. La porte est grande ouverte »
    Auteur inconnu.

    Réponse
  2. Virginie Lefranc

    Très belle article juste et pertinent pour nos émotions, le suivi, mais aussi très beau message. Merci

    Réponse

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.