Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

La Santé Mondiale, Mortalité et Projections 2015/2030

Les études récentes réalisées sur la santé dans le monde et sur les principales causes de mortalité aboutissent à une conclusion effarante!
LA PREMIÈRE CAUSE DE MORTALITÉ DANS LE MONDE EST… LE MODE DE VIE


 

La majorité des décès constatés dans le monde est maintenant le fait de pathologies liées au mode de vie, reléguant les maladies infectieuses à un rôle minoritaire dans la survenue de la mort. Une évolution considérable qui s’est accentuée depuis dix ans.

Une étude de très grande ampleur a été menée par l’IHME (Institute for Health Metrics and Evaluation) , les résultats ont été publiés dans la revue The Lancet. L’organisme a compilé des données dans pas moins de 195 pays et territoires. Et la conclusion est lapidaire : la première cause de mortalité sur l’ensemble de la planète est la nature du mode de vie de chacun.

Un être humain a maintenant plus de chance de mourir à cause de la manière dont il mène son existence plutôt que d’un quelconque problème infectieux.

Le constat

⇒ Depuis les années 1990, le surpoids et l’obésité qui causent les maladies cardiovasculaires et le diabète ont bondi notamment dans les pays développés.

⇒ Dans les pays d’Amérique du Nord et d’Europe, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies coronariennes sont devenues la première cause de mort prématurée reléguant loin derrière les pathologies causées par des virus ou des bactéries.

⇒ Et sur l’ensemble de la planète, sur les 56 millions de décès recensés en 2015, 70% ont été causés par des maladies non transmissibles, pratiquement toutes liées au mode de vie, et dont les facteurs de risque s’appellent l’alimentation, l’activité physique, le tabac et l’alcool.

Derrière ce boulversement se cache aussi une bonne nouvelle: le recul toujours plus grand des maladies infectieuses, y compris dans les pays les moins développés. Si le sida fait encore plus de 1,5 millions de victimes en 2015, c’est malgré tout 33% de moins qu’en 2005.

La chute du paludisme est encore plus spectaculaire sur la même période avec un recul de 37% de la mortalité (730.000 victimes en 2015).

C’est une amélioration largement plus élevée que celle constatée pour d’autres maladies, comme les cancers, qui bénéficient pourtant eux aussi des progrès de la médecine.

Sur l’ensemble de l’échantillon étudié par l’IHME, l’espérance de vie moyenne s’établissait à 69 ans chez les hommes et 78,4 ans chez les femmes en 2015. C’est une progression de plus de 10 ans par rapport aux données de 1980.

L’espérance de vie a augmenté depuis le début des années 2000 et elle continuera sa progression, plus particulièrement dans les régions considérées « en développement ». Malgré cette augmentation, nous verrons encore une grande disparité dans l’espérance de vie à travers le monde.

Bien que certains domaines accomplissent de belles avancées médicales, d’autres se montrent plus préoccupants:

  • Parmis les maladies les plus mortelles en 2015, 7 causeront encore plus de décès en 2030.
  • Quatre des cinq maladies qui connaîtront les plus importantes croissances entre 2015 et 2030 sont des cancers; et elles partagent toutes des facteurs de risques similaires.
  • La maladie coronarienne et l’accident vasculaire cérébral seront les maladies les plus mortelles en 2030 et ce, dans presque toutes les régions du monde.
  • Bien que le nombre de décès lié au VIH/SIDA baissera à l’échelle mondiale, le VIH/SIDA demeurera la maladie la plus meurtrière en 2030 sur le continent Africain.

 

J’ajoute personnellement

Qu’aux principaux facteurs de risques que sont l’alimentation, l’activité physique, le tabac et l’alcool doit s’ajouter le stress qui en est probablement le dénominateur commun pouvant être à la fois une cause, un facteur aggravant ou une conséquence.

Par des mesures simples « d’hygiène de vie », nous pourrions éviter un grand nombre de décès lié à ce qu’on appelle « les maladies de civilisation » reposant sur des comportements et des habitudes de vie devenus délétères.
Posons nous la question : sommes-nous respectueux de ces trois piliers essentiels de la santé que sont:

› La gestion de notre alimentation

› La gestion de notre activité physique

› La gestion de nos émotion

Nous devons tous devenir acteur de notre propre santé et pour cela il parait indispensable d’en acquérir les fondamentaux.
Une prise de conscience doit s’imposer, on en ressent les premiers prémices, mais le changement inéluctable de notre mode de vie doit s’opérer de toute urgence.

 

Faisons de l’analyse de nos erreurs le socle de la prévention de demain

Je vous laisse découvrir, de façon originale, ce que j’ai synthétisé des études menées par l’OMS et l’IHME : bonne navigation!

 

Cliquer sur ce lien, patientez quelques seconde pour que le document se charge et bon voyage.

Sources: IHME,OMS
Support média : Prezi
Réalisation : Eric Cazin

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.