La vaccination, ça ne se discute pas, sauf que... - Prévention Santé
Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews

La vaccination, ça ne se discute pas, sauf que…

… Sauf que dans une Démocratie indépendante mise à l’abri de toute influence mercantile ou dogmatique, absolument toute idée se pèse et se réévalue en permanence, ne serait-ce que pour éviter que la marche du progrès ne se déroule sans elle.

… Sauf que les Médecins vivant dans une Démocratie de ce type s’évertuent spontanément à réexaminer systématiquement et périodiquement, eux aussi, la pertinence de leurs certitudes.

Bon ! Ne rêvons plus ! Nous ne vivons pas un temps de Démocratie « parfaitement indépendante », sûrement pas sur le plan sanitaire en tout cas, pas plus aujourd’hui qu’après-guerre, je vous choque ?

Continuons à réfléchir à la problématique vaccinale, l’affaire Joyeux nous en donne l’occasion.

Puisque c’est l’été et qu’apparemment je suis le seul qui ne suis pas en vacances, (même Deborah Donnier a quitté le pays), petit quizz de plage, en forme de « qui a dit », prêt ?

« De nombreuses études ont ainsi alerté sur le possible potentiel cancérigène et perturbateur endocrinien des sels d’aluminium. […] La nature des adjuvants utilisés dans leur fabrication doit faire l’objet d’une attention particulière et doit être communiquée aux familles afin qu’elles soient pleinement informées. Elles doivent également avoir le choix de faire procéder aux vaccinations obligatoires par des vaccins sans sel d’aluminium, d’autant plus que cela était le cas jusqu’en 2008. » (2)

Voilà, deux fois que je cite notre Ministre de la Santé, pour deux déclarations d’un assez chouette niveau… Une fois pour dire combien elle était inquiète avant qu’elle n’accède au Gouvernement, puis une fois pour dire à quel point elle est d’un coup devenue sereine depuis qu’elle y est entrée ! 

J’arrête de rire, ce n’est pas drôle, cette histoire de vaccins. On veut savoir si vacciner nos Tout-petits les protège de maladies mortelles ou abominablement mutilantes, ou si c’est tout le contraire qui se passe. On veut comprendre la position française, isolée dans le monde avec ses trois obligations vaccinales quand quasiment toute l’Europe a abandonné ce dogme d’un autre âge. (4)

La France, ses 35 heures, ses 3 vaccins obligatoires, ses innombrables valences recommandées, ses 1200 variétés de fromages…

 

Evidemment, de manière très pragmatique et sans aucun a priori, comment juger sereinement en 2016 de l’intérêt d’une vaccination systématique puisque nous ne disposons pas d’une série d’enfants dite « témoin » qui n’en aurait subi aucun? La réponse vient peut-être d’Allemagne où l’obligation vaccinale est nulle depuis longtemps et où les autorités sanitaires ont passé au crible 17461 enfants sur 1500 thèmes, c’est l’étude KIGGS menée à partir de 2006 par l’Institut Robert Koch, la plus haute instance de santé allemande au service du Ministère Fédéral de la Santé.

Evidemment, les statistiques allemandes et françaises des mortalités infantiles sont strictement identiques dans ces deux pays malgré nos choix opposés sur le sujet de la vaccination obligatoire.

Disons-le tout de suite, une telle étude rétrospective ne vaudrait pas grand-chose aux yeux de statisticiens-épidémiologistes purs et durs. Ces Pros du doute ne peuvent admettre que des essais randomisés où tout est tiré au sort (pour toi, un vaccin, pour toi que de l’eau, tous les deux vous ne savez rien de ce que je vous injecte) et en double aveugle (même le médecin ne sait pas ce qu’il administre).

Bref, étude rétrospective seulement et que dit-elle, ça y est, je vais encore me moquer ? Officiellement, rien, puisque ce travail a fait l’objet d’une sobre parution qui dit en substance que les enfants vaccinés sont moins souvent malades des maladies infectieuses pour lesquels ils ont été vaccinés ( !!!!) et qu’ils n’ont pas plus développé d’allergie que les autres, fermez le ban, c’est là, (5) les vaccinateurs en lien étroit avec les firmes du médicament sont contents, on continue à vacciner comme avant, en France certains se calent sans sourciller sur la version publiée (6), dont le célèbre Professeur François Bricaire, ancien chef de service de Maladies Infectieuses et Tropicales à la Pitié-Salpêtrière (7).

Mais la polémique s’installe quand une mathématicienne Allemande du nom d’Angelica Kögel-Schanz s’achète tout à fait légalement les données brutes du registre, fort de 20 millions de données, et entreprend de laisser plus librement parler KIGGS. Elle s’en explique dans un article (8) et sur la chaine Suisse Alpenparlament TV dont voici une version sous-titrée en Français (9).

Et c’est le choc, selon les calculs de Kögel, les fréquences comparées d’un certain nombre de pathologies diffèrent considérablement dans les deux groupes. L’Institut Koch s’est élevé en 2009 contre ces résultats désastreux en promettant un prompt recalcul par leurs équipes. Qu’on attend toujours en 2016.

Avant de se pencher sur certains résultats il faut revenir sur l’énorme biais de cette étude, les enfants vaccinés ; quel milieu social, quel mode de vie, quelle alimentation ? Et ces enfants non vaccinés, bien moins malades ont-ils bénéficié de conditions de vies plus favorables ?

etude-KIGGS

Tableau 1- Etude KIGGS, fréquence comparée de certaines pathologies en fonction du statut vaccinal, D’après A. Kögel

La scoliose et l’Herpes chronique, des maladies uniquement dues à la vaccination…des pathologies dysimmunitaires à la pelle, des troubles neurologiques à foison…

On peut s’étonner que l’auteure n’aborde pas le sujet de l’autisme sous ses deux formes, précoce (rôle du Mercure présents dans certains vaccins) et régressive (ROR)

georget-tableau

Tableau 2 – USA, fréquence observée des troubles autistiques 1970-2008, comparaison France, D’après Michel Georget (10) et CDC (11)

Pour se convaincre de l’abominable lien entre vaccination et autisme, cette petite histoire. En Pennsylvanie les Amish refusent toute vaccination. En examinant leurs enfants, on décompte 4 autistes, là où on aurait statistiquement dû en trouver 130. On s’intéresse à ces 4 cas pour se rendre compte que l’un a été intoxiqué au Mercure quand il était petit et que les trois autres, en fait… ont été vaccinés. (10)

A ce stade de la réflexion, on ne peut plus éluder le problème. Il existe aux plus hauts niveaux de l’Etat un refus total de réévaluation du rapport bénéfice/ risque des pratiques vaccinales réalisées dans notre pays,

  • Parce que tant de pro-vaccinalistes médecins ou non se trouveraient en position insoutenable après tant d’années de désinformation systématique,
  • Encouragés (voire directement et grassement rémunérés) à tenir bon par une industrie pharmaceutique bien décidée à ne pas laisser s’envoler un marché qui pèse 500 millions d’euro en France et plus de 20 milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel pour le monde entier, en expansion constante.

 

Je vous ai proposé de lire la prose officielle de François Bricaire (7), vaccinologue acharné, bardé de contrats avec les industriels du vaccin. Le jour où il s’est fait coincer par Madame Michèle Rivasi sur France Inter dans l’émission « le téléphone sonne » du 21 Avril 2015, ce fut un vrai massacre ! (13) (14), à ne louper sous aucun prétexte, aller à Avril 2015)

Bref. On nous cache la triple toxicité immunologique, neurologique et carcinogène de nombreux vaccins, généralement par la présence d’additifs (inactivateurs, adjuvants, stabilisateurs, conservateurs…) indispensables à la réalisation finale des produits injectés.

Dire que quand un médecin réclame le respect de l’obligation vaccinale il se voit radié du Conseil de l’Ordre des Médecins, mais que me ferait-il à moi qui réclame l’abrogation de cette obligation, le libre choix des valences par les parents et le droit de retrait accordé aux vaccinateurs ?

Déborah, ne me cafte pas !

Bonnes vacances à tous… et n’oubliez pas d’éviter la crème solaire, pas meilleure que les rayons du soleil à haute dose !

(1) Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaire Sociales et de la Santé depuis 2012, le 29 Mai 2015

(2) Lettre du 20 avril 2012 de Mme la Députée Marisol Touraine à Monsieur Didier Lambert administrateur de l’association E3M, pendant la campagne présidentielle

(3) http://www.lemonde.fr/medecine/article/2015/06/29/les-vaccins-ca-se-discute_4664144_1650718.html

(4) Il y a un exemple bien pire que la France Métropolitaine, régalez-vous de la plume de Jérémy Anso, http://www.dur-a-avaler.com/injustifiable-calendrier-vaccinal-caledonien/

(5) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3057555/

(6) http://rougeole-epidemiologie.overblog.com/la-sant%C3%A9-des-enfants-vaccin%C3%A9s-%C3%A9tude-kiggs

(7) http://www.atlantico.fr/decryptage/retour-maladies-disparues-facture-militants-anti-vaccins-francois-bricaire-1018903.html

(8) http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/Angelika-Kogel–KIGGS-study.pdf

(9) http://initiativecitoyenne.be/article-les-enfants-non-vaccines-sont-en-meilleure-sante-100428041.html

(10) Georget M., l’apport de la vaccination à la Santé Publique, Dangles Ed.

(11) cdc.gov/ncbddd/autism/data.html Autism spectrum disorders. Data and statistics. 2013/06/27

(12) https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-21-avril-2015

(13) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/faut-il-avoir-des-doutes-sur-les-166452

(14) http://www.lemendiant.fr/vaccins/

 

La vaccination, pour ou contre?

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés