Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Vie très courte puis mort subite d’un vaccin à 1,5 milliards de dollars

Qui connaît le Dengvaxia ?
C’était pourtant la promesse du rayonnement culturel français à l’International pour plus longtemps que le pneu Michelin, que la 2CV Citroën, voire même que le Pastis Ricard qui a quand même traversé plus d’un siècle de réhydratation apéritive exemplaire sur tous les cinq continents! (1)

Certes, la France a perdu ses colonies. Mais s’agissant de SanofiLa dengue est une maladie virale très répandue dans les zones inter-tropicales induisant annuellement 50 millions de cas heureusement bénins pour une très large majorité de patients qui en sera finalement quitte pour une semaine de très fortes fièvres avec céphalées et douleurs arthro-musculaires. On s’immunise contre la dengue mais uniquement sur le sérotype viral contracté. Comme il en existe quatre différents dénommés DEN-1 à DEN-4, une malchance tenace vous expose à quatre accès de dengue possibles au cours votre vie. Avec en plus une probabilité accrue pour que l’accès suivant se révèle encore plus sévère que le précédent. On lui connaît deux charmants cousins et c’est important pour la suite, le virus de la Fièvre Jaune et le sinistre West Nile.

Environ 10% des cas de dengue peut prendre un tour rapidement grave avec une forme hémorragique, la pire. Elle peut tuer environ 5% des malades, plus particulièrement évidemment les patients les plus faibles, au premier chef les nourrissons.

Ce virus fait partie des arbovirus. Il est donc transporté par un moustique du genre Aedes et est injecté au moment de la piqure de l’insecte. L’énorme problème à venir c’est l’existence naturelle de nombreuses sous-espèces d’Aedes en Europe. Ce qui explique qu’en 2010 deux cas autochtones ont été diagnostiqué à Nice puis deux ans plus tard… 2000 à Madère. La maladie connaît une expansion constante évidemment à cause des échanges internationaux frénétiques de patients contaminés d’un continent à l’autre qui laisse à-peu-près toutes les régions tempérées chaudes du globe menacées par la maladie. Là où il y a des Aedes

Fig.1 : Aedes Aegypti, moustique vecteur principalement en cause aux Philippines.

 

Je sens que chez certains lecteurs le signe dollar commence à défiler à grande vitesse devant leurs yeux, tous les vaccinologues de la Terre ont fait le même calcul ! Dengue = énorme pactole pour qui saura fabriquer un vaccin. Et c’est Sanofi qui après quelques années de recherche et un milliard et demi de dollars d’investissement finit par accoucher d’un assemblage en 2016. Ainsi naît le Dengvaxia produit par recombinaison génétique (technique de l’ADN recombinant, autrement dit un OGM) entre le virus de la fièvre jaune (17 D) et les quatre sérotypes sauvages du virus de la dengue.

Après un essai sur 35.000 « volontaires » issus de 10 pays du sud-est asiatique et d’Amérique latine ( il s’agissait d’enfants de 2 à 16 ans, donc le consentement…), deux constatations évidentes. On ne pouvait immuniser cette population que contre certains sérotypes et surtout cette immunisation variait en fonction de l’état sérologique antérieur des populations (2). Mais on vaccine quand même tout de suite à grande échelle, Brésil, Mexique, Philippines, Salvador, etc… dans une liesse financière à peine dissimulée. 20 euro la dose.

Mais voilà, patatras ! Les salariés de Sanofi sont réunis le 16 Mars 2017 en Comité d’entreprise par la direction et c’est la douche froide. On leur explique que la fragilité économique des pays touchés par la dengue est telle que le choix a été fait de recongeler 350 millions de doses afin de ne plus s’exposer aux impayés des États intéressés. Emoi des salariés, 350 millions de doses, ne vaudrait-il pas mieux les vendre à un euro l’unité et continuer à sauver des vies? Refus catégorique, il faut soutenir le prix du vaccin pour pouvoir le vendre cher demain quand ces États deviendront enfin solvables.

Donc la thèse officielle de la direction était bien :

S’ils ne sont pas assez riches pour payer aujourd’hui alors qu’ils meurent, on les soignera quand ils auront les moyens de payer à la hauteur de ce qu’on leur impose

Ecoeurement général chez les salariés, qui s’en ouvrent largement dans la revue « Fakir » (3).

Cette histoire de défaut de paiement généralisé de tous les pays exposés ensemble paraissait pour le moins extrêmement curieuse. Et l’on peine à imaginer un instant Sanofi délivrer des millions de lots sans couverture bancaire préalable en béton armé…

Mais ce contre-feu n’était en fait qu’un leurre médiatique minable pour gagner quelques semaines avant que le vrai scandale n’éclate vraiment et qui finit par exploser en Automne 2017. Non seulement les patients vaccinés déclarent toujours des dengues, mais certains présentent des caractéristiques cliniques bien plus sévères que le reste de la population! Énormément plus. Au point que fin Novembre même Sanofi recommande que l’on ne s’expose plus au Dengvaxia, un comble (4)! Au point que l’Etat philippin, confronté à un désastre sanitaire prévisible sans précédent acculant 700.000 enfants et adultes jeunes à un péril mortel aléatoire finit par décider de porter plainte contre notre fleuron national afin de tenter de lui infliger une amende record.

L’explication de cette Bérézina vaccinale se révèle souvent identique d’un produit intellectuellement bâclé à l’autre (problématique des adjuvants mise à part)

il est souvent catastrophique de vouloir déclencher une réaction immunitaire violente contre une particularité biochimique du germe combattu quand celle-ci peut être partagée avec un groupe de cellules naturellement présent chez certains vaccinés. Car cette conjonction peut entraîner tout ensemble la destruction plus ou moins complète du germe visé ET du tissus humain incriminé.

Ainsi le vaccin anti-coqueluche provoque de définitifs diabètes de type 1 par destruction de certaines cellules pancréatiques (5), le vaccin anti-hépatite B attaque certaines myélines cérébrales (6), le vaccin anti-méningococcique certaines méninges et probablement le Dengvaxia certaines cellules endothéliales et certaines plaquettes (7).

Preuve qu’il ne faut pas être anti-vaccin, c’est stupide, mais qu’il faut se dresser absolument contre les vaccins mal élaborés et mal contrôlés! Non aux vaccins non scientifiquement vraiment élaborés! 

Revenons à nos moutons, donc; Un milliard et de demi de dollars en frais de développement partis en fumée, plusieurs centaines de millions supplémentaires à provisionner en vue d’ amendes records possiblement à venir… Quel gâchis ! Ce qui a fait dire à David Loew, directeur de Sanofi‑Pasteur (filiale vaccin).

Nous voulons rééquilibrer nos efforts vers des vaccins ayant un champ d’application géographique mondial. David Loew (8)

 

Fig.2 : David Loew, Vice-président executif, Sanofi Pasteur

 

Tout est dans tout, comprenez bien son raisonnement :

  • On a cherché à prévenir des maladies de pauvres et on est puni deux fois parce qu’on a investi pour rien et qu’au final on va en plus se faire étriller en amendes parfaitement méritées certes, mais on va quand même essayer de mentir comme d’habitude pour ne pas payer, (9)
  • Alors retournons dans les pays développés et imposons les marchés captifs à savoir les vaccins obligatoires, on sera sûrs d’écouler nos assemblages sans aucun risque car non seulement les problèmes de solvabilité sont nuls mais en plus chaque catastrophe sanitaire éventuelle générée par nos produits sera assumée par ces États qui se substitueront à nous pour éponger les conséquences financières que nous auront provoqué!
  • Adieu la zone inter-tropicale, vive Paris capitale du pays-des-droits-de-l’homme-la-bonne-blague, vive Rome et vive New-York!
  • On rentre à la maison et on se refera très vite nos stock-options dès qu’on ne sera même plus déclarés responsables des conséquences de nos actes !

 

(1) https://www.la-croix.com/Economie/Entreprises/Sanofi-lance-Dengvaxia-1er-vaccin-pour-pays-emergents-2016-04-11-1200752550
(2) https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/539-dengvaxia
(3) http://www.fakirpresse.info/les-vandales-de-la-sante
(4) http://www.liberation.fr/futurs/2017/12/04/vaccin-contre-la-dengue-sanofi-seme-le-trouble_1614310
(5) « Apport de la vaccination à la santé publique », Georget M., Dangles Ed.
(6) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2275415/pdf/CDI-12-217.pdf
(7) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28904127
(8) Les Échos, 29/3/2017
(9) https://www.sciencesetavenir.fr/sante/vaccin-contre-la-dengue-les-philippines-envisagent-de-poursuivre-sanofi-en-justice_118931

Source images :
https://specialty.mims.com/topic/market-watch—dengvaxia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aedes_aegypti
https://news.mb.com.ph/
http://mediaroom.sanofi.com/

S'abonner gratuitement à notre lettre