Le poids et vous - Prévention Santé
Grâce à vous : +1.000.000 vues +150.000 auditeurs +500 interviews

Le poids et vous

Parlons peu, parlons poids. Un chiffre qui suscite beaucoup d’inquiétude et de complexes, et à qui l’on donne une importance souvent démesurée. Nous sommes un grand nombre à l’avoir diabolisé voire même à le craindre. Sauf que le poids est loin d’être un indicateur santé ; à lui tout seul, il ne veut rien dire. Surpris ? Je vais vous expliquer pourquoi.

Pendant mes études et notamment pendant mes stages, j’ai pu apprendre ce qu’était l’impédancemétrie. Ce mot compliqué est un système alliant la balance et une analyse de notre composition corporelle à savoir notre masse grasse, musculaire, hydrique et osseuse. Vous l’aurez compris, ce qui importe dans cette méthode, ce n’est pas le chiffre mais ce qu’il y a derrière. Deux personnes faisant exactement la même taille pour le même poids et une silhouette semblable auront une composition corporelle totalement différente ! Plus que le poids, c’est l’état de santé qui est scruté sous ce bilan.

Tous les paramètres sont à prendre en compte. Les masses grasses et musculaires sont évidemment importantes mais il ne faut pas oublier la masse hydrique qui peut être révélatrice dans certains cas de surpoids. Ce bilan rend non seulement le poids à l’état de chiffre mais réduit également la fiabilité de l’IMC (Indice de Masse Corporelle). Il devient lui aussi un faux ami. Il suffit d’être un athlète de haut niveau ou un sportif aguerri pour que l’IMC nous place dans la marge du surpoids alors que notre morphologie et notre composition corporelle sont tout le contraire d’une personne ayant effectivement une surcharge pondérale.

Dans le cas d’une personne lambda, prenons un simple exemple ; un homme d’un mètre soixante quinze pèse 70 kilos l’année x et fait un bilan d’impédancemétrie. Ce test révèle qu’il possède 57 kilos de masse musculaire et 13 kilos de masse grasse. L’année suivante, il renouvelle l’expérience et fait exactement le même poids. Pourtant, le bilan va souligner une perte de deux kilos de masse musculaire et un gain de deux kilos de masse grasse ! Monsieur était en meilleure condition physique l’année précédente malgré son poids total qui n’a pas bougé d’un iota !

Bien sûr, ces tests sont complétés d’informations supplémentaires, notamment le niveau de risques cardiovasculaires. Pour ce faire, la masse grasse au niveau du tronc est notée selon un système qui va de 0 à 12. Plus la note est basse, moins le risque est important. Ceci aide à avoir un bilan quasi complet du corps et aide les professionnels de santé à comprendre et résoudre les problèmes liés au poids. Savoir que l’on fait de la rétention d’eau extracellulaire (eau retenue hors de nos cellules) par exemple, permet d’orienter le rééquilibrage alimentaire prescrit par la suite.

Pour finir, il faut bien se mettre en tête que pour être en meilleure santé physique, il ne faut pas rester fixé sur une perte de poids. Il faut plutôt penser à manger aussi sainement que possible et allier ceci avec la pratique d’un sport. La musculation est un bon moyen pour augmenter son métabolisme de base, donc ses dépenses énergétique au repos. Elle permet également de réguler sa masse hydrique et d’avoir une silhouette tonifiée. Les sports d’endurance sont en général les plus appréciés mais attention, il vaut mieux commencer doucement. La progression sera plus lente mais efficace (et sans blessure !).

Ne pensez donc pas au poids ! Déloger une idée reçue de son esprit est difficile lorsqu’elle est ancrée depuis des décennies et dans ces fameux diktats, mais il est primordial d’éradiquer ce simple chiffre de sa tête. Si vous faites du sport régulièrement, vous prendrez forcément de la masse musculaire tout en diminuant considérablement votre taux de masse grasse et c’est là le plus important. Ne vous fixez pas des objectifs impossibles à tenir non plus ; les progressions les plus lentes sont souvent les meilleures. N’hésitez pas à consulter et vous faire aider si vous en ressentez le besoin.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bon courage et au diable les chiffres !

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés