Thyroïdite de Hashimoto : quel rôle pour l'alimentation ? - Prévention Santé
Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Thyroïdite de Hashimoto : quel rôle pour l’alimentation ?

En 2011, à l’âge de 27 ans, j’ai été diagnostiquée avec une thyroïdite de Hashimoto.

Thyroïde ? TSH ? Maladie auto-immune ? Ces mots prononcés par les médecins m’étaient étrangers. Quelques semaines plus tard, j’avalais mon premier comprimé de Levothyrox, dont l’objectif est de remplacer une hormone naturelle qui n’est plus sécrétée en quantité suffisante par la thyroïde.

Je me sentais perdue et anxieuse. Face à une maladie qu’ils qualifiaient de « très courante chez les femmes aujourd’hui », les médecins ne s’intéressaient ni à mes questions, ni à des solutions alternatives au Levothyrox.

L’intestin : quel lien avec la thyroïde ?

A l’époque, j’avais éliminé le gluten de mon alimentation depuis 6 mois, dans l’espoir de calmer des désordres digestifs très handicapants au quotidien. J’avais fait cette démarche seule, lasse de l’incompréhension des médecins. En l’espace de 10 jours, mes douleurs vieilles de 25 ans avaient entièrement disparu. Intriguée par ce « miracle »,  j’ai commencé à me documenter sur le gluten et plus généralement le rôle de l’alimentation dans le développement des maladies.

En Amérique, la recherche sur les maladies digestives et auto-immunes s’intensifiait. De nombreux régimes existaient déjà, visant à soulager les personnes souffrant de maladies digestives telles que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse ou le syndrome du colon irritable. Ces régimes reposent sur la croyance que la majorité des maladies, digestives ou auto-immunes, ont pour origine un intestin devenu ‘poreux’ (« leaky gut » en anglais). En effet, sa paroi serait fragilisée principalement par la consommation régulière ou prolongée de médicaments (principalement d’antibiotiques) et de la pilule contraceptive, et par les intolérances et allergies alimentaires. Cela détruirait les villosités de l’intestin, sortes de replis de la muqueuse qui facilitent le passage des nutriments dans le sang à travers la paroi.

Une fois l’intestin devenu poreux, des fragments de protéines ou de médicaments, ou des métaux lourds que l’on consomme, traverseraient sa paroi et entreraient dans le circuit sanguin. Ces éléments n’y ayant pas leur place, ils seraient perçus par le système immunitaire comme des « agresseurs » et le corps réagirait en attaquant ses propres tissus. Selon la personne, le corps pourrait se retourner contre la peau (psoriasis, eczéma…), les cheveux (alopécie…), les muscles (fibromyalgie…) ou encore la thyroïde (thyroïdite de Hashimoto, maladie d’Addison…).

Par conséquent, ces régimes visent à reconstruire la paroi intestinale afin de calmer l’attaque du système immunitaire. Cela permet de soulager les symptômes liées à ces maladies, éventuellement réduire les dosages des traitements et, dans certains cas, mettre la maladie en rémission.

Régime sans gluten : une solution ?

Pain sans glutenLe point commun à tous ces régimes : l’élimination du gluten. Cette protéine désormais bien connue du grand public semble être responsable de nombre de nos maux.  En effet, des chercheurs américains affirment que la consommation de gliadine, présente dans tous les produits à base de gluten, augmente la perméabilité intestinale chez toutes les personnes, sensibles ou non au gluten.

Un régime pauvre en (ou sans) gluten serait donc bénéfique pour les personnes souffrant de maladies auto-immunes dans la mesure où cela leur permettrait de reconstruire la paroi de l’intestin plus rapidement, et ainsi de calmer l’attaque du système immunitaire.

Toutefois, si l’on part du principe qu’il faut retirer de son alimentation tout élément irritant pour l’intestin, l’élimination du gluten n’est qu’un début. En effet, d’après mes recherches, mes lectures et l’étude de milliers de témoignages dans les groupes de soutien aux malades, nombre de personnes souffrant de Hashimoto affirment se sentir partiellement soulagées par l’arrêt du gluten mais véritablement mieux après l’arrêt des produits laitiers : encore un point commun entre les régimes cités précédemment. En effet, les produits laitiers, en plus d’être très acidifiants et difficiles à digérer, contiennent beaucoup d’oestrogènes qui viennent perturber un équilibre hormonal déjà défaillant chez les personnes souffrant de Hashimoto.

Aller plus loin dans la nutrition : mon témoignage

Depuis 2011, mon alimentation a beaucoup évolué. Quelques mois après l’arrêt du gluten, mes symptômes digestifs sont revenus, bien que moins intenses. J’ai décidé de ne plus consommer de produits laitiers et mes symptômes ont à nouveau disparu, jusqu’à réapparaitre quelques mois après. Avec le recul, j’ai compris : les intolérances se créent à cause d’un intestin poreux et irrité. Si l’on élimine les aliments auquel on est intolérant dans également reconstruire la paroi intestinale, d’autres intolérances continueront de se créer. En 2012, j’ai donc décidé de dépister d’éventuelles allergies et intolérances grâce à un test critiqué par certains. Les résultats m’ont toutefois permis d’être réellement soulagée au bout de 3 semaines. Toutefois, il restait peu de choses à manger et je me sentais perdue et isolée.

Sur le conseil d’un proche, j’ai consulté un médecin généraliste qui travaille sur la perméabilité intestinale. Avec lui, j’ai suivi un régime proche du régime Paléo, que j’ai poussé jusqu’au régime Autoimmune Paléo, conçu pour les personnes souffrant de maladies auto-immunes. Mon médecin m’a également imposé un régime sans sucre, fruits compris. Trois mois après le début de son régime, je retrouvais une digestion « normale », chose que je n’avais jamais connue auparavant. En parallèle, j’ai également pris de la glutamine, acide aminé indispensable à la reconstruction des tissus musculaires. Pendant un an et demi, je me suis nourrie exclusivement de viande et de légumes faciles à digérer. Ensuite, j’ai doucement réintroduit des aliments.

fruits et légumes bioAvec le temps, je me suis rendu compte que ce régime draconien, bien qu’il m’ait permis de rétablir ma digestion, avait également fatigué mon corps, mon foie et mes reins. J’avais perdu 10 kilos que je n’avais pas à perdre. Je craignais également de réintroduire des aliments, de peur de voir mes douleurs réapparaître. Doucement, j’ai quand même décidé de réintroduire des féculents sans gluten, des œufs, des pommes de terre, des fruits…et de réduire ma consommation de viande. Au fil des trois années qui ont suivi, j’ai appris à m’écouter et je suis arrivée à une alimentation variée, riche en végétaux et pauvre en produits animaux. En effet, j’avais compris qu’une bonne digestion nécessitait de s’alimenter en majorité de produits basifiants (végétaux..), accompagnés d’un peu d’aliments acidifiants (produits animaux, noix..). Depuis un an, mon alimentation se rapproche du végétalisme. J’ai également pris conscience de l’importance d’un alimentation bio et « entière » (non transformée) dans la mesure où les pesticides, les additifs et les conservateurs agissent comme de véritables agresseurs du système immunitaire.

Très progressivement, presque sans m’en rendre compte, le rétablissement de ma digestion m’a permis de combler d’anciennes carences en vitamines et minéraux, ce qui mis un frein à ma perte de cheveux, qui commencèrent à repousser, de voir réapparaître la pointe de mes sourcils (caractéristique de la thyroïdite), de voir repousser mes ongles sans qu’ils se cassent, de retrouver une belle peau sans acné ni rosacée et qui n’était plus sèche.  J’ai retrouvé un poids normal, la fatigue que je ressentais au quotidien s’est estompée jusqu’à disparaître et mon cycle s’est régularisé. Le symptôme le plus complexant de mon hypothyroïdie, avoir régulièrement le visage et les yeux bouffis, est devenu très épisodique au lieu de quasi quotidien.

Naturellement, une partie des tissus de ma thyroïde ont déjà été détruits et ne pourront se reconstruire. Par conséquent, je continue à prendre mon Lévothyrox, mais j’ai pu baisser un peu mon dosage et le stabiliser. Certaines personnes témoignent même d’un arrêt du Lévothyrox suite à la baisse des anticorps anti-TPO (> 30), grâce à un changement d’alimentation et de mode de vie.

Quelle conclusion en tirer ?

Si je dois tirer une conclusion après le chemin que j’ai parcouru les 5 dernières années, je dirais qu’aucun doute n’est permis quant au rôle que joue notre alimentation sur le développement des maladies. Un régime sans gluten et sans produits laitiers me parait être un bon point de départ pour toute personne souhaitant apaiser les symptômes d’une maladie auto-immune. Que ce régime soit alcalinisant me parait également primordial. Pour certains, l’élimination des œufs, des produits animaux ou des céréales, le passage à l’alimentation bio ou l’alimentation vivante (crue) sont d’autres pistes à explorer, qui ont fait leur preuves. A retenir toutefois : une maladie ne se créée pas en un jour ; il est donc important de s’accorder le temps d’expérimenter, de se documenter, de trouver ce qui nous convient personnellement pour aller mieux. Si vous avez la possibilité d’être soutenus par un professionnel de la santé ouvert à ce discours, c’est encore mieux !

Marcher dans la natureEn revanche, je suis convaincue que la nutrition n’est qu’un des leviers sur lesquels il faut agir afin de gérer une maladie auto-immune. Il a été prouvé que la gestion du stress et l’environnement sont également des facteurs importants à prendre en compte.
Des études montrent que le stress est un des éléments déclencheurs des maladies auto-immunes, ainsi que les agressions environnementales (pollution, bruit, ingestion de métaux lourds, produits nocifs présents dans les produits de beauté…). Suivre une thérapie, avoir une activité physique épanouissante, respirer le grand air, s’entourer de personnes positives et qui nous soutiennent : toutes ces choses aident à accepter la maladie et à mieux en gérer les symptômes.

M’intéresser à la nutrition et modifier mon mode de vie m’ont permis de reprendre le contrôle de ma maladie. A présent, j’ai le sentiment de bien me connaitre et de mieux savoir comment prendre soin de mon corps pour qu’il fonctionne au mieux avec cette maladie. Adolescente, j’avais un mauvais rapport avec mon corps.  Aujourd’hui, j’ai envie d’en prendre soin et je suis fière de la persévérance dont j’ai fait preuve pour apaiser ses souffrances.

En espérant que cet article apportera de nouvelles connaissances et de l’espoir à nombre de lecteurs et lectrices, je vous dis à bientôt !

Céline

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

17 Commentaires

  1. christine Theron

    Bonjour, vraiment vous êtes une personne avec une grande conscience , du courage et avec une envie d’être enfin en accord avec la vraie vie! Ayant aussi un parcours similaire mais avec d’autres soucis et toujours en recherche car nous sommes tous différents . Je fais aussi l’alimentation suivant son groupe sanguin. je peux me tromper mais a mon avis vous devez être du groupe O ou A. Encore bravo à vous !

    Réponse
    • Celine Dewaele

      Bonjour Christine,
      Je suis ravie de votre retour ! Vous serez surprise d’apprendre que je ne connais pas mon groupe sanguin mais je dois absolument le demander lors de ma prochaine prise de sang, j’ai effectivement entendu parler de ce mode d’alimentation selon son groupe sanguin.
      Merci encore !

    • Vincent Sieux

      Bonjour, je viens de lire les differents commentaires et je constate que chaque cas n’est identique…
      J’ai hashimito depuis 2 ans et je ne voulais pas prendre de lévotirox en voulant me soignez naturelement chez un herboriste.
      Pas facile, je me suis donc resolue de prendre 62,5 de lévotirox contre 75 prescrit par mon medecin lol
      j’ai revue mon alimentation alimentaire avec des complements alimentaires ainsi que des cures de plantes…
      De la fatigue de temps à autre..
      Je fais beaucoup de sport et le soleil me reussi.
      Cependant, je constate sauf erreur que le nouveau lévotirox reste moins efficace.
      Bon courace à tous.
      Vincent

  2. Leila

    Merci pour cet article et ce témoignage, dans lequel je me reconnais ! 6 ans que l’on m’a diagnostiqué hashimoto et pendant 5 ans je me suis entendue dire « mais ne vous inquiétez pas, avec le levothyrox tout va très bien aller », ces 5 ans ont été catastrophique, constamment de nouveaux symptômes que personne n’expliquaient, et ma maladie qui empirait
    J’ai rencontré un naturopathe il y a plus d’un an qui a pris en charge TOUS mes symptômes et qui a fait le lien. Depuis que j’ai arrêté le gluten, diminué les produits laitiers et adoptée une alimentation saine, j’ai vu mes anticorps diminués…et mes doses de médicaments avec…je n’y croyais pas !
    Du coup je suis meme devenue diététicienne 🙂
    On sous estime trop peu l’influence de notre alimentation !
    En tous cas bravo, et plein de courage et de belle chose pour la suite !

    Réponse
    • Celine Dewaele

      Bonjour Leila,
      Un grand merci pour votre retour très encourageant 🙂
      Je suis heureuse d’apprendre que vous avez pris le chemin de la diététique pour aider d’autres à s’y retrouver !
      N’hésitez à me contacter via mon blog; on me demande souvent si je connais une diététicienne !
      Bonne journée 🙂

    • steph

      Bonjour,
      Si vous suivez encore le fil de cette conversation, j’aimerai bien que vous me donniez vos tuyaux.
      12 kg de pris depuis 3 ans, traitée au levothyrox 75, sans gluten, sans lait, sans soja, sans chou, sans radis et maintenant sans viande, je ne sais plus quoi faire pour perdre tout ce poids qui m’encombre. Je fais un peu de sport car je viens de me faire opérer et j’ai des complications.
      Ras le bol de ces symptômes qui ne s’arrêtent jamais. Bien triste de vivre avec une hashimoto…

  3. christine Theron

    Bonsoir Céline, oui je vous encourage a faire votre prise de sang. Tenez moi au courant et encore félicitation pour cet élan de vie!

    Réponse
    • CAUVIN STEPHANIE

      Bonjour,
      avez vous supprimé le sucre blanc ? c’est une vraie cochonnerie,perte de poids assurée ! faites des recherches sur youtube, on l’appelle la mort blanche.

  4. Elodie

    Bonjour Céline, merci pour cet article!

    Merci de nous avoir fait partager ton expérience. J’ai la « chance » de m’intéresser à la nutrition, et c’est d’ailleurs ainsi que j’ai entendu parler d’Hashimoto pour la première fois. Néanmoins je déplore le manque d’informations une fois le diagnostic établi ; il existe plus de sources d’informations significatives à propos d’Hashimoto sur les sites US qu’ici en France :/ C’est notamment grâce à un podcast (en anglais) qui avait traité du sujet Hashimoto et du lien Hashimoto Leaky Gut que j’ai ouvert les yeux.

    Cela fait quelques années que je me bats avec différents symptômes que les médecins n’expliquaient que par un « c’est peut-être ce que vous mangez » sans que cela ne soit une réponse suffisante. Même lorsqu’on met les symptômes bout à bout personne n’a fait le lien pendant longtemps jusqu’à ce que je montre 3 ans d’analyses à un nouveau médecin qui a « tilté » (ENFIN).
    C’est déjà un soulagement en soi que de savoir que l’on peut avancer et passer à autre chose qu’une enfilade de symptômes a priori non liés à un diagnostic et des pistes de traitement.

    Tout ça pour dire que j’ai rencontré un gastro-entérologue avec qui j’ai discuté de la possibilité de passer au sans gluten mais il n’a pas souhaité encourager ce comportement alimentaire « à la mode » sans vouloir tenir compte de l’impact de la thyroïdite = déception. J’espère trouver un praticien « compétent » à ce sujet, mais là c’est un autre combat!
    Je suis prête à passer à un régime AIP s’il le faut mais j’aimerai ne pas le faire seule! Et a priori ce n’est qu’une question de temps avant que je ne passe de moi-même à un régime sans gluten ; j’avais déjà éliminé le lactose depuis 2 ans, ne mange que très peu de fruits car j’ai déclaré beaucoup d’allergies, et puis parce que les fêtes arrivent et que j’ai envie une dernière fois d’être gourmande 😉 – je sais c’est un péché! :0

    Bref merci pour ce témoignage!

    Au plaisir de te relire, et désolée pour ce si long commentaire 😉

    Réponse
  5. pompon

    Bonsoir Céline, quel courage! Votre ‘prise en main’ réussie démontre qu’on peut donc se sortir de ces fichues maladies auto-immunes…je vais tenter de vous imiter pour réduire mon Hashimoto (sûrement accompagnée ou plutôt précédée d’une maladie coeliaque de famille). Bien à vous, et encore bravo!

    Réponse
  6. matt

    J’ai lu avec attention votre article, je suis un homme vers la 40 ène avec hashimoto avec problème de manque de t3(oui cela existe traité euthyral avec 1,25 comprimé par jour soit 1 et 1,5 pour 2 jour, levothyrox pendant 15 ans et euthyral a différente dose) diagnostiqué depuis 20 année par hasard par prise de sang pour un régime que ma diététicienne voulais que je fasse car yoyo a répétition depuis l’enfance.Mes anticorps étaient au plafond avec plusieurs milliers chacun, je me rappelle plus exactement.
    Ceci dit mes premiers symptômes remontent a bien plus tôt encore autour de l’age de 7 ans environ, soit plus de 30 années de galère a n’en plus finir.
    J’ai la maladie de raynaud aussi depuis la naissance qui est auto immune aussi aux mains et pieds et nez et oreille.
    Pour ma maladie de hashimoto(je pense), j’avais des pertes de mémoire pour apprendre(cela a bousiller ma scolarité entre autres), lenteur des gestes et de l’esprit(pas bête pourtant), frilosité générale, faiblesse musculaire, douleurs musculaires renforcé par le surpoids aux pieds et genoux cagneux et le dos avec lyse ishmique bilatérale et hernie discale en base du dos et sacro illiaque(traité depuis 4 ans et demie chez kiné et médicament que je ne prends plus ou que je reprends rarement quand je reprends le travail), doigts gonflé, dépression(pourtant pas dépressif normalement de nature), cheveux gras et qui tombaient, psoriasis au niveau sourcil et cheveux par plaque.
    Ancien obèse morbide boulimique(ne vomissant pas) et hyperphagique avec mes maladies et je suis mince maintenant après des régimes personnel et la volonté même si je peux faire certains yoyo de bien moindre ampleur( yoyo 20 kg maxi depuis 1 an, sinon 10 kg depuis 5 ans).
    De toute façon, j’avais des problèmes gastriques 5 fois par semaine avec mal au ventre et plus le trone du wc, a la fin avant le début mes régimes, c’était catastrophique.
    J’ai perdu 70 kg en 2 régimes et stabilisation entre les deux.
    Je suis grand(1,85m) heureusement et j’ai pratiqué des sport pendant 20 années environ depuis mon enfance en compétition( mon refuge) ou je portais très peu (natation, tennis de table, etc) donc j’ai du arrêter depuis 10 ans mais remplacé par d’autres en loisirs seulement car en compétition trop dur avec manuel travail physique que je ne peux même pas tenir sur la longueur d’ailleurs car épuisé et ne récupère plus et faiblesse musculaire, etc personne ne veut me reconnaitre en handicap donc pas de travail adapté.
    Donc quand au bout d’un moment même la meilleure volonté fini par me faire sombrer et je n’arrive plus rien a faire.
    Ça a fini par foutre en l’air mon couple définitivement entretenu depuis des années par épisode, pourtant une personne fragile aussi qui pouvait plus comprendre mais non, mais je ne veux pas faire d’enfant, ayant une enfance difficile, je ne veux pas en plus faire souffrir pour rien un enfant qui n’aurait rien demandé et c’est déja dur sans alors avec non, cela ne plait pas aux femmes, je peux le comprendre mais du coup, je n’ai même plus envie de séduire car avec mes problèmes d’alimentation, ce n’est pas très tentant pour une femme.
    Car le comble c’est que je ne suis toujours pas bien traité depuis 30 années après avoir vu plusieurs endocrinologues et médecin complètement …
    On a découvert par hasard aussi que j’avais un problème de t3 y a seulement 5 ans quand j’ai fait mon deuxième gros régime pour revenir mince car je me suis aperçu qu’il fallait que je mange très peu pour me maintenir mon poids et encore plus pour perdre, j’ai du insister lourdement pour l’analyse de sang t3 et t4, la tsh uniquement pendant 15 années.
    Je suis passé a l’euthyral après a différente dose car mes analyses bougent.
    Comme je voulais essayer de recoller les morceaux avec mon ex ou m’en sortir, j’ai réussi a travailler pendant 2,5 ans d’affilé(un record) ou presque avec boulot manuel en horaire décalé 3X8 mais j’ai du augmenter l’euthyral a de mauvaises doses(sans l’avis du médecin pour test au départ 2 euthyral) pour tenir au travail mais pour finir en hyperthyroïdie a la fin ou la médecine du travail et ma boite m’a arrêté de force malgré que je voulais continuer de travailler.
    Mais au moins c’était la première fois de ma vie que j’avais beaucoup trop chaud en été et même désagréable, et les symptômes de l’hyperthyroïdie mélangé aux symptômes d’hypothyroïdie, le summum, j’en avais même oublié comment je faisais mon travail et mes contrôles avec perte de mémoire, ma vue avait même chuté en peu de temps avec des grosses migraines heureusement corrigé depuis changement de verre pour la vue.
    Je ne pouvais plus m’arrêter de manger en plus et j’ai grossi beaucoup en peu de temps mais j’ai réussi a limiter la casse et redescendre depuis fin décembre 2016 par un régime.
    Au final, 2 mois et demie ou j’ai passé mon temps au lit a dormir et manger toute la journée et nuit, etc
    J’ai fait modifié mon traitement par mon médecin cette fois a 1 euthyral ou je suis redescendue en hypothyroïdie presque d’après mes prises de sang et symptômes uniquement d’hypothyroïdie en presque 2 mois.
    J’ai fait donc corrigé mon traitement a 1,5 d’euthyral et je suis revenue en hyperthyroïdie fin décembre d’après mes analyses de sang mais cette fois j’ai toujours que des symptômes d’hypothyroïdie avec frilosité extrême(habiller comme en station de ski) malgré après avoir repris du poids avec Noël et le jour de l’an pour voir si cela changeait quelque chose , sans compter la grande fatigue aussi, etc, c’est dire le n’importe quoi de cette maladie hashimoto.
    Depuis quelques jours, j’ai refait changer mon traitement a 1,25 de euthyral en 2 jour soit 1 et 1,5 en 2 jour.
    Le problème c’est le t3 est efficace 12 heures au maximum et ne peut pas être partager mes doses de t3 pour la journée de 24 heures et mon endocrinologue ne veut pas me prescrire autre chose que l’euthyral car il me dit que le cynomel est valable pour 4 heures dans la journée avec 1 comprimé donc trop compliqué a prendre.
    Je vais voir un spécialiste de hashimoto ou très sensibilisé a brive la gaillarde au mois de février pour voir au cas ou, j’ai contacté même l’association de France des maladies de la thyroide pour avoir des informations et je compte allez faire des réunions avec d’autres personnes dans mon cas.
    Comme pour mes régimes et après, j’ai du modifier mon alimentation bien sur avec beaucoup de légume et fruit et de protéines avec peu de calories et des aliments qui calent.
    Il y a eu la débandade d’il y a quelques mois au niveau alimentaire avant mon régime, mais je prends de la caféine par le café et beaucoup de coca light pour me caler en plus et me réveiller, ce que je prenais déjà avant car sinon trop de fatigue.
    Par contre, mes analyses ont montré que j’étais en grand manque de vitamine d a 40 au lieu de 70, et remonté a 60 avec ampoule et complément alimentaire mais je continu a être en carence 6 mois après et je ne sais si je dois continuer a prendre des ampoules de vitamine d.
    Me renseignant ses derniers jours beaucoup sur internet pour voir si je consomme des produits alimentaires me convenant pas, j’ai décidé de faire une cure de san pellegrino et luchon pour alcaniser et faire baisser le taux d’acidité que j’ingurgite tous les jours, il parait que cela pourrait être bien pour ma maladie de hashimoto.
    Y a t’il des test pour voir si on est intolérant aux gluten ou lactose?
    Le problème, au vu des prix des aliments sans gluten, j’aimerais pas avoir ce problème ce serait vite un problème pour moi.
    Pour le régime sans laitage, comme il me faut de la vitamine et bien…et le soleil en hiver chez moi…

    Je viens de remarquer une chose très étonnante, dès que je mange un bounty, j’ai tendance a avoir peu de temps après bien plus chaud alors que j’ai froid normalement.
    Cela a un effet limité en temps d’une journée maximum voir moins si j’arrête d’en prendre alors a voir.
    Je sais que ce n’est pas bien bon normalement avec du sucre et graisse en quantité et saturé mais bon je vais testé avec parcimonie.
    J’ai testé avec d’autres sucreries que je peux apprécier pour voir et bien pas du tout le même effet.
    Je vais d’ailleurs testé avec de la noix de coco rapé pur sur plusieurs jours voir quelques semaines ou bounty ou rocher distinctement pour voir.
    Je suis a tester d’autres trucs, tant que j’arrive a me caler pour ne plus avoir trop faim entre les repas et aux repas, j’aimerais arrêter le coca light le vrai mais c’est trop dur actuellement.
    J’ai testé le selenium et le zinc, etc sans résultat.
    Il y a aussi une chose qui marche un peu pour la chaleur, j’ai un mieux juste après pendant 1 heure voir moins avoir pris une grosse douche bien chaude.
    J’ai eu habitué dans mon enfance a avoir des températures basses dans ma chambre ou autre dans le logement sans un résultat catastrophe car toujours enrhumé dans l’année, donc ce n’est pas la solution.
    J’arrive un peu a maitriser ma maladie de raynaud quand je me chauffe beaucoup et habiller avant de partir dans le froid en hiver.
    Je n’ai jamais travailler dehors en hiver ou par température fraiche ou froide.
    Station de ski, non merci,etc.

    J’ai mis 3 heures pour écrire mon message et je m’excuse a tout ceux qui vont me lire si des fautes ce sont logés dedans ou absence de mots.
    Il fallait que je vous explique de mon calvaire depuis tant d’années même si je sais que je ne suis pas le seul.
    Il est très tard, heureusement j’ai beaucoup dormi dans la journée.

    Bon courage a tous.

    Réponse
  7. matt

    Après avoir écris un long message sur le site, on message a été supprimé alors que je n’avais insulté personne et enfreint des règles, je demandais de l’aide sur mon cas et j’expliquais que je ne trouvais pas de solution pour me soigner et supprimer ou fortement réduire mes symptômes gênants depuis une 30 années de galère pour une maladie d’hashimoto avec problème de t3 traité depuis 20 ans sans succès et maladie de raynaud.
    Je suis un homme, donc peut être cela choque.
    C’est dommage que le site modère ce genre de commentaire, finalement on n’est pas plus aidé par internet par les endocrinologues incompétent ou médecin que j’ai rencontré.
    Je vais donc continuer mon chemin de croix tout seul encore.

    Réponse
    • Deborah Donnier

      Bonjour
      Votre message est bien présent. Vous avez dû avoir un problème technique. Vous devez attendre que le commentaire soit publié puis actualiser la page.

  8. Lespinasse

    Marie,
    Bonjour en 2010 après avoir été traitée pour la maladie du siècle, j’ai constater que la fatigue que je ressentais était permanente, dès le matin pas encore les pieds au sol que déjà j’étais fatigué. J’ai donc consulter mon généraliste qui m’a prescris une prise de sang et la le résultat ne laissait pas de place au doute c’est une Hypothyroïdie je suis donc mis sous Levothyrox 75mg mais quelques mois plus tard pas de changement donc nous sommes passer à 100mg mais le résultat est identique si ce n’est une fatigue encore plus grande.
    Le temps passe et rien ne change au fil des mois. Et il y a quelques mois en parlant avec l’épouse de mon employeur celle ci me dit Marie demande une prise de sang avec les Anti-corps et aller consulter mon endocrinologue avec le résultat, ce que j’ai fait, et la surprise elle avait raison c’est bien la maladie d’ HASHIMOTO. ouf enfin un diagnostique sérieux et ferme évidemment traitement modifier et suivi alimentaire car bien sur en un peu moins de 7 ans j’ai pris 13 KG. certe l’arrêt du tabac en est aussi la cause plus la ménopause.
    Donc quand l’endocrinologue m’a dit on va commencer par descendre votre dosage et suivre votre alimentation pendant 6 semaines et on se revois avant les départs en vacances pour vous donner un régime alimentaire adapter à cette maladie il m’a dit je garantie que vous aller perdre pas vos 13 kg mais au moins 6 ou 7. Donc j’attend le résultat avec impatience.
    Je vous informerait de l’évolution.

    Bonne journée.

    Réponse
  9. houda

    Bonjour,
    Je viens d’apprendre que je suis malade de la thyroidite de hashimoto. En lisant cet article, je vous savoir quels aliments à éviter contenant du gluten.
    Merci

    Réponse
    • Céline D

      Bonjour,
      Je suis désolée d’apprendre que vous venez de découvrir votre maladie ; restez confiante, il y a beaucoup de choses à faire pour se sentir mieux !
      Les aliments contenant du gluten sont très nombreux.
      Vous pouvez chercher sur internet, comme sur ce site qui donne une liste : http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2003/mag0530/nu_regime_sans_gluten.htm

      N’hésitez pas à acheter un livre de recettes ou à regarder des blogs de cuisine sans gluten pour vous aider !
      Bonne journée 🙂

  10. céline D

    Bonjour Vincent, merci pour votre témoignage. C’est vrai que chaque cas est différent ; il y a de nombreuses facettes à cette maladie. Parfois le Lévothyrox est nécessaire car le corps ne peut pas faire sans, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas réduire sa dose au long-terme ou au moins faire disparaitre ou alléger ses symptômes grace à un changement d’alimentation et des compléments, comme vous le faites. Bravo et bon courage ! 🙂
    Céline

    Réponse

Prolongez le débat, donnez votre avis !

Share This