Arrêtons de supposer - Prévention Santé
Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Arrêtons de supposer

Dans son livre « Les quatre accords toltèques », Don Miguel Ruiz énonce comme 3ème accord : « Ne faites pas de suppositions ». J’aime particulièrement ce principe car il est totalement complémentaire avec la « philosophie » de la sophrologie.

Que veut dire supposer ? La définition proposée par le Larousse est la suivante : admettre quelque chose comme hypothèse, comme prémisse d’un raisonnement, d’une démonstration. Croire, juger probable, vraisemblable.

Faire des suppositions, c’est donc imaginer que telle ou telle chose se passe, ce que telle personne pense peut-être. Faire des suppositions, c’est vivre dans un monde d’hypothèses.

Ainsi, faire des suppositions, c’est vivre loin de soi, loin de sa réalité, loin de ses ressentis, loin de sa vérité, à distance des autres, dans un monde virtuel…

La sophrologie est une méthode phénoménologique. Elle s’attache à développer notre capacité à ressentir, à prendre conscience de nos sensations corporelles ici et le maintenant. Étymologiquement, phénoménologie signifie « la science de l’être ». La sophrologie permet d’accroitre notre regard intérieur en prêtant attention à nos perceptions. Elle nous rend conscient de notre Être et nous aide à être au monde.

En sophrologie, nous évitons les suppositions. Nous « cherchons » des preuves, des éléments réels, vécus et ressentis. Nous sommes en quête de notre réalité vécue et de notre vérité d’être. Nous marchons vers plus d’authenticité, vers moins de mensonge, d’hypothèses. Nous réunissons peu à peu notre vécu avec notre perception de celui-ci. Et cet équilibre nous permet de nous vivre tel que nous sommes, de nous situer, de nous ressentir, de nous positionner, avec bienveillance, avec cohérence, avec honnêteté envers nous-même et envers les autres.

Ne pas faire de suppositions, encourage chacun à être dans le concret et la conscience de lui-même. Ne pas faire de suppositions, amène à clarifier, à chercher des preuves, à ne plus se contenter du flou d’une situation, à aller plus loin pour trouver sa place, pour décider. Ne pas faire de suppositions, pousse à agir, à aller vers les autres pour dialoguer, demander, faire préciser et communiquer sur soi. Ne pas faire de suppositions, permet de développer l’écoute de soi et des autres pour un quotidien harmonieux et apaisé…

Arrêtons de supposer, vivons !

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés


Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce journalisme d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons que notre point de vue est important, car cela pourrait aussi être le vôtre. Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

1 Commentaire

  1. Tout à fait en accord avec l’auteur de l’article.
    La supposition, bien qu’indicatrice d’une tendance et sujette à anticipation peut en fonction de la perception de chacun être distante de l’instant présent.
    Ainsi, l’accès vers la réalisation de l’être est ralentie par l’observation de ce qui « pourrait » ou « devrait » être et devient par déformation ce qui « est attendu ». Ce qui n’a aucun lien avec ce qui « est » ou ce qui « vient » qui pour le coup est concret et ancre l’individu dans les multiples possibilités de sa réalisation. 😉
    Gratitude pour ce rappel essentiel… 😉 _/|\_

    Réponse

Réagissez ! Postez un commentaire

Share This