Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

La colère, une émotion qui nous est famillière!

Les quatre émotions de base sont la colère, la peur, la tristesse et la joie auxquelles vont venir s’ajouter des nuances émotionnelles comme:

  • pour la colère: l’irritation
  • pour la tristesse: le désespoir
  • pour la joie: l’exubérance
  • pour la peur: la terreur

Une émotion se définie comme une réaction de notre organisme au niveau physiologique (le corps), cognitive (l’esprit) et comportementale (action). On peut la comparer à un mouvement qui transforme notre corps et qui vient agiter notre esprit. Si l’émotion se prolonge , on parlera alors de sentiment ou d’humeur.

Les émotions sont ni mauvaises et ni bonnes.  La gestion des émotions est souvent très difficiles en raison de la confusion que nous faisons des niveaux rationnels et émotionnels. Ces niveaux vont devenir une source de frustration et de souffrance pour celui ou celle qui se trouvera être dans l’émotionnel. Pour ce dernier, entendre des arguments rationnels lorsqu’il se trouve dans une situation émotionnelle est un sentiment très désagréable.

Dans cet article, nous parlerons de la colère. Nous la définirons dans un premier temps et nous ferons connaissance avec les différents facteurs extérieurs qui la provoque.

1. Définition de la colère :

La colère se définit comme une émotion qui a sa place  en nous et qui est désagréable à vivre. Elle nous fait connaitre qu’un de nos besoins n’est plus satisfait et nous fait agir. Cependant, ce n’est pas la colère qui est problématique mais ce qui en découle!

2. Fonctions de la colère :

Elle a une double fonction:

  • préparer à l’action ou se préparer au combat
  • communiquer ou chercher à intimider l’autre

Lorsque nous sommes en colère, nous cherchons à montrer à l’autre que si ce dernier se maintient dans son comportement, nous allons agir en devenant plus combatifs voire de façon violente. Nous cherchons à intimider l’autre en lui montrant notre puissance afin que celui-ci change ce comportement qui nous met en danger.

Il existe trois sortes de colère :

  • La colère contre soi: Ici, nous sommes en mode culpabilité. Ex: Je suis nul, je n’y arriverai jamais! Nous devons accepter que nous sommes tous et toutes imparfait afin de l’accepter plus facilement chez les autres.
  • La colère chez les autres: Ici, nous nous trouvons dans une problématique d’affirmation de soi et de respect. Nous devons apprendre à nous affirmer auprès des autres et nous faire respecter.
  • La colère contre le monde: Ici, nous sommes dans une situation où nous sommes incapable de changer la réalité. Nous désirons que la réalité corresponde à nos désirs.

Les différents évènements extérieurs qui provoquent la colère sont :

  • Notre territoire est envahi : Nous pouvons réagir par la colère quand quelqu’un ne respecte pas nos valeurs c’est à dire ce que nous pensons être acceptable.
  • La peur :  Les quatre émotions de base : « Tristesse, peur, joie et colère » se construisent à l’intérieur de nous les unes sous les autres comme un gâteau. La peur se situe juste au dessous de la colère.  Ex: La peur de ne pas être reconnu.
  • La fatigue et le stress : Nos activités (famille, amis, loisirs, travail ou sport) fait que nous avons l’impression d’être sous pression et que nous allons jamais y arriver. Cela peut engendrer une colère violemment agressive.

Que faire lorsque nous sommes sous l’emprise de la colère ?

Il est important pour chacun d’entre nous dans un premier temps de mettre des mots sur notre ressenti afin d’analyser notre cheminement. Ensuite, nous allons prendre un temps pour explorer cette colère en conscience sans chercher à la maitriser.

Nous allons accepter sa présence en déclarant :  » J’ai de la colère en moi ».

Ainsi, nous pourrons alors utiliser des exercices de sophrologie destinés à éliminer cette colère. Il sera important de les répéter aussi souvent que possible  pour permettre une diminution de l’intensité de la colère et laisser la  place à une stratégie qui consistera à développer des émotions positives dans notre corps. Ainsi, plus je ressens du bien être et du bonheur, moins je donne de la place à la colère.

Source image : Pixabay

S'abonner gratuitement à notre lettre