Larguée ? Il fait le mort ? Vous êtes victime de « ghosting »
Grâce à vous : +1.500.000 vues +650.000 auditeurs +500 interviews

Larguée ? Il fait le mort ? Vous êtes victime de « ghosting »

Soudain, plus rien. Un silence fracassant. Une absence qui terrasse alors qu’on n’a rien vu venir.…. il s’en est allé. Du jour au lendemain, sans explications.

On ressent alors un vide immense. Un déchirement dans le cœur et les entrailles. Celui qu’on aime est parti. Il n’est pas mort mais c’est tout comme. Il a pris ses cliques et ses claques sans un mot, sans prévenir, sans menaces.
Hier tout semblait si beau. Aujourd’hui c’est l’enfer. Nous voilà seule avec l’absence. Sans avoir notre mot à dire. Une séparation brutale, imposée. Un départ sur lequel on ne peut donner aucun sens.

Cela s’appelle le « ghosting »….

Le « ghosting » est l’art de quitter sans aucune explication. C’est faire le mort : pas d’appels, pas de mails, pas de sms…
« Ghosting » est un terme apparu récemment, du mot anglais « ghost » qui veut dire fantôme.
Il y a donc bien une idée de mort qui plane dans tout ça : faire le mort, fantôme…
En effet pour la personne quittée, il faudra faire le deuil. Et difficile de faire le deuil sans pouvoir donner du sens à cette fin d’histoire.
Le « ghosting » est un phénomène de société ayant tendance à s’amplifier ces dernières années. Les nouvelles technologies numériques bousculent les comportements. La société consumériste accentue le comportement « je-veux-je-prends-je-jette ». La relation à l’autre devient de plus en plus une relation à l’objet. En un clic, j’entre en contact et en un clic je quitte la personne. C’est tellement plus facile. En un clic le tour est joué.

« Selon une étude menée auprès de 1 000 personnes par le Huffington Post et YouGov en 2015, 11% des personnes interrogées assurent avoir déjà fait le mort pour se débarrasser de leur moitié. Le nombre de ghostés s’élève quant à lui à 13%. »

Lors du « ghosting » la personne quittée se sent objet : jetée après usage.
Au delà de la blessure affective – elle souffre de perdre quelqu’un auquel elle était attachée, (voire qu’elle aimait) – il y a la blessure narcissique.
Non considérée comme un être sensible pensant et aimant, la personne quittée peut se sentir niée dans ses affects, niée dans sa personnalité.
Cette situation est d’une extrême violence psychologique d’autant plus si la victime du « ghosting » a une fragilité au niveau de l’estime de soi.
Cette situation sera destructrice pour les personnes souffrant d’un passé aux multiples abandons, d’une mésestime de soi, d’un non-amour de soi.

Lire l’article complet 

Auteur : Géraldyne Prévot-Gigant

Puisque vous êtes ici... avançons Ensemble

Prévention Santé est une plateforme Web gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être et de la santé.
Ce journalisme d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons que notre point de vue est important, car cela pourrait aussi être le vôtre. Nous avons donc une faveur à demander...
Vous aimez notre média ? Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés


Notice :

Les informations diffusées sont données à titre non professionnel. Elles ne remplacent aucunement les visites médicales, les diagnostics et les traitements médicaux qui doivent être faits en fonction des situations particulières de chacun, et que seul un médecin, dont le titre est légalement reconnu en France, peut réaliser.