Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

Les pervers narcissiques : les reconnaître et les éviter

Ecouter l’émission radio Prévention Santé sur la thématique Les pervers narcissiques, les reconnaitre et les éviter. Deborah donne la parole à Géraldyne Prévot-Gigant, psychopraticienne et auteur.

Dans l’émission

  • Qu’est qu’un pervers narcissique?
  • Y’en a t il plus qu’avant? si oui pourquoi?
  • Pourquoi et comment devient-on PN?
  • Quels sont les signes pour les repérer?
  • Peut on être légèrement PN?
  • Un pervers peut il rendre pervers?
  • La victime du PN est-elle en partie responsable?
  • Une guérison possible?

Son site Web : www.geraldyneprevot.com

S'abonner gratuitement à notre lettre

Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web non professionelle, gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce travail d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons qu’il est important de questionner, débattre et transmettre des informations.
Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

43 Commentaires

  1. Bernard

    Je m’appelle Bernard. Cette histoire est vraie, seuls les prénoms ont été changés…Gaëlle est belle avec son sourire éclatant et ses yeux clairs. Elle était devenue mon âme sœur, celle qui aimait tout ce que j’aimais, tout ce que j’espérais elle l’attendait aussi…elle voulait une fille de moi…le temps de se séparer de son conjoint et nous nous marierons…il lui faisait mal quand il lui faisait l’amour et n’aimait pas sa culture. Ses deux fils, Saul et Ludo, étaient les plus beaux du monde, ils s’entendront si bien avec Alice leur future sœur ! Puis le grand jour est arrivé…nous étions ensemble…doucement elle a pris les rênes, s’est montrée possessive, autoritaire, me rejetant quand je me m’approchais d’elle…j’avais tous les défauts du monde, elle prenait le parti de ses deux fils, de trois et sept ans (avec des troubles du comportement : le petit se tétanisait à la moindre frustration et le grand ne voulait plus vivre, souffrait d’encoprésie…) me faisant passer pour un irresponsable. J’avais tout quitté pour elle et rien n’était assez beau ! Elle provoquait des disputes incessantes, mes économies disparurent puis je perdis treize kilogs en deux mois en apprenant qu’elle venait d’avorter, en cachette, de notre (?) enfant …elle m’appris qu’elle voulait pratiquer le candaulisme puis qu’elle couchait avec Dominique, le père de Saul et Ludo ainsi qu’avec un autre ex…Benoit. C’est Benoit qui me sauva…je n’étais plus qu’une loque quand elle me quitta pour lui …pauvre Benoit, pauvres enfants…il vient de divorcer pour Gaëlle, sa fille n’a pas deux ans…

    Réponse
  2. Pascale Simeoni

    Bonjour,

    J’ai écouté plusieurs fois votre émission. Je pense être victime d’un pervers narcissique.Je vis depuis 30 ans avec un homme très brillant, talentueux et charismatique. Je suis très admirative de cet homme qui m’a apporté énormément et qui est le père de mes deux enfants. Depuis 4 ans nous vivons une grosse crise.Il m’a trompée et je m’en suis rendue compte immédiatement. Malgré des preuves flagrantes, il a nié pendant 2 ans. Nié l’évidence à me rendre complètement dingue et hystérique. J’ai sombré dans une grave dépression. Mes crises, mes pleurs, ma dépression le laissaient complètement froid. Devant ce déni et ses mensonges grossiers et puérils, j’ai commencé à comprendre que ces attitudes relevaient de la pathologie. Je me suis donc renseignée sur le net et c’est là que je suis tombée sur la notion de pervers narcissique. Ca a été une révélation. Ma vie avec cet homme avait été depuis le début très fusionnelle mais conflictuelle et je comprenais pourquoi. Il était toujours dans le rapport de force, dans les reproches, dans la non-reconnaissance. Il n’avait jamais de gestes gentils et affectueux. Il me manipulait, réussissant toujours à ce que je fasse les choses qu’il ne voulait pas faire et cela sans aucune reconnaissance. Si je faisais quelque chose de bien c’était grâce à lui et si quelque chose se passait mal c’était toujours de ma faute. Il critiquait tout et tout le monde en permanence, cassant tout. Mais tout cela avec des arguments et un discours si convaincants.
    Au bout de deux ans il a fini par avouer sa relation avec une autre femme et s’est comporté de manière odieuse. Il a continué sa relation avec cette femme, repoussant toujours pour de faux prétextes la séparation. Il est parti 3 fois, et est revenu chaque fois en m’assurant avoir quitté l’autre femme. A chaque fois , il a replongé dans cette relation au bout d’une semaine, reprenant ses mensonges. Il ne s’est jamais excusé pour ses comportements (en 30 ans il ne s’est jamais excusé), me rendant responsable de tout. Cela a déclenché chez moi de grosses crises de nerfs. Il était facile pour lui de déclarer que c’était moi la dingue qui devais aller consulter un psychiatre. Nous avons d’ailleurs consulté à plusieurs reprises des conseillers conjugaux, qui à chaque fois, se sont faits piéger.En consultation, il mentait, démentait tout ce que je disais et se faisait passer pour la victime. Je perdais mes moyens, faisais des crises et à chaque fois c’était moi qui passais pour la dingue qui devrais consulter un psychiatre.Je leur disais qu’il était pervers narcissique. Ils me faisaient comprendre que c’était la réaction typique de toute femme trompée.
    Devant mon insistance, mon mari a suivi une psychothérapie. Sa psychologue lui a dit qu’il n’était pas pervers narcissique. (Il n’a bien sûr jamais parlé à sa psy qu’il mentait tout le temps et qu’il était dénigrant avec moi car il n’admet pas ces faits.)
    Voilà mon problème. Comment être considérée comme victime d’un pervers narcissique si ce pervers n’est pas reconnu en tant que tel? J’aime cet homme malgré toute cette souffrance qu’il m’inflige. J’ai été très sensible à cette certaine empathie que vous avez pour eux car ce sont des personnes en grande souffrance, qui ont eu de gros troubles dans l’enfance et qui ne sont pas conscients de leur comportement destructeur. C’est ce discours que je tiens à mon mari (il a eu des traumatismes dans son enfance) et à mon entourage qui ne comprend pas cet attachement à cet homme que j’ai tant de mal à quitter. On ne quitte pas un conjoint malade. Ca fait 2 ans que je me bats pour qu’il prenne conscience de son état. J’aimerais aussi cette reconnaissance pour mes enfants. J’aimerais qu’ils sachent que leur père est un malade plutôt qu’un type odieux. Peine perdue. Il a sauté sur certains propos de votre émission.Je ne suis pas habilitée à dire qu’il est pervers narcissique, donc je ne peux pas me décréter victime. Il faut raison garder, il faut éviter les dénonciations à l’emporte-pièce… Sa psychothérapeute à décrété qu’il n’était pas pervers. Je lui dit qu’il a manipulé sa psy. La mienne dit que je suis victime d’un pervers narcissique. Il dit que je l’ai manipulée. De toute façon, il retourne toujours tout contre moi et dit même que c’est moi la perverse narcissique car je dis que je ne le suis pas et que les pervers narcissique ne reconnaissent pas qu’ils le sont donc c’est que j’en suis une.
    Est-il pervers narcissique? Suis-je victime?
    S’il va consulter un psychiatre, réussira-t-il à le manipuler?
    Il dit qu’il veut bien aller consulter et que donc s’il va consulter c’est qu’il n’est pas pervers narcissique car les pervers ne vont pas consulter!
    Merci pour votre réponse.

    Réponse
  3. Brigitte Hélou

    voilà je pense avoir été victime d’un PN une relation de 5 ans . pendant 3 ans nous habitions la région parisienne tous les deux mais ne vivions pas ensemble, mais venait régulièrement me voir, car il avait toujours besoin de moi. je me suis vite attachée à lui du fait que je venais de divorcée un an auparavant, donc il avait toujours besoin de quelque chose(finances, faire les papiers et autres) et je n’ai jamais pu lui dire non, je l’attendais des nuits entières car il sortait avec des amis et me disait toujours « j’arrive » et quand il arrivait c’était toujours « fait moi à mangez j’ai faim » je le faisais car pour moi c’était normal. et pendant ces 3 ans s’était toujours comme sa. et en 2011 monsieur ne voulait plus rester sur la commune d’ou on résidait et moi non plus et il me dit clairement « s’est soi tu me suis ou alors tu reste toute seule » mais il savait que je l’aimais et que je l’aurais suivie car c’était aussi mon choix de partir. et en avril 2011 nous nous sommes installés en vendée ou l’à au départ monsieur avait complètement changez de personnalité du fait qu’il avait des dettes partout, qu’il avait engagé certains dossiers (bdf) et qu’en fait il faisait de fausses déclarations et qu’il était conscient. mais pendant ces 2 ans il avait complètement changez de comportement j’avais l’impression qu’il se sentait bien oui en fait il avait tout la sécurité chez lui du fait que je faisais tout je me comportais comme une femme d’intérieur, car je n’ai pas travaillé du fait que je suis tombée enceinte deux fois de cette personne et qu’en juillet 2013 j’ai perdu mon bébé mais la culpabilité est encore dur mais le gynéco m’a fait comprendre que je n’étais pas la seule responsable du fait que monsieur prenait du cannabis de l’alcool et par le passé de la cocaine, mais le pire dans tout cela c’est qu’en aout 2013 monsieur me quitte en présence de sa soeur et menace mes enfants avec une arme, j’ai déposé plainte contre lui mais je ne sais pas si une suite sera donnée, mais à la date d’aujourd’hui on me réclame des sommes que monsieur doit et que je n’ai pas les moyens de remboursés. j’ai donc entamé une thérapie car je suis en plus victime d’harcelèment du fait que j’ai perdu mon bébé et que sa famille ainsi que lui pense que j’ai diffusé de fausses images de mon fils et d’ailleurs encore du mal a faire mon deuil donc le thérapeute que j’ai rencontrer m’a fait part que monsieur était pervers narcissique dans le sens ou il me manipule encore mais ce que j’aimerais savoir aussi c’est par rapport à la loi comment je peux faire valoir mes droits du fait qu’il a fait ses fausses déclarations volontairement et surtout aussi du fait qu’il a peur de recevoir des courriers du tribunal menacer mon ex mari et mes enfants à nouveau en me disant  » si je recois quelque chose j’envoie du monde chez ton ex et tes gosses » et savoir si on peux aussi déposer une plainte pour harcèlement psychologique que me conseillez vous je suis perdue encore aujourd’hui et je voudrais que tout sa s’arrete car memes mes enfants de 17 et 13 ans sont encore perturbés par tout sa et on peur pour moi merci de votre réponse

    Réponse
    • geraldynegp

      Bonjour Brigitte,

      Merci pour votre témoignage si poignant.
      Je ne peux répondre à vos questions. Je vous invite à vous adresser à un avocat et de préférence un avocat spécialisé dans les question de harcèlement psychologique.
      Je vous adresse tout mon soutien, ne perdez pas courage.
      Géraldyne Prévot Gigant

  4. ANONYMECANADA

    Les commentaires sur ces sites sont tristes. Les gens semblent avoir peur de dire les noms des personnes concernées.

    Je connais une personne à Québec qui a réussi à faire interner deux pervers narcissiques, ces personnes sont des jumeaux.

    Pascal et Patrice Saint-Pierre qui demeuraient à Beauport et maintenant en asile pour la vie dans la région de Montréal. Leurs parents, deux malades ont travaillé au gouvernement à Québec. Ils ont menacé une personne honnête avec les Hells Angels.

    En terminant, tout le monde sait qu’un pervers narcissique doit avoir des complices. Des gens profiteurs, calomnieux, menteurs, hypocrites et même des chieurs et des chieuses.

    Restez honnête et courageux et n’hésitez pas à utiliser la force nécessaire.

    Réponse
  5. Virginie

    Bonjour, mon mari et moi travaillons en association avec un pervers narcissique. Nous venons après 10 ans pour mon mari et 5 ans pour moi de mettre un terme à la pathologie de mon beau-frère avec qui nous sommes en contact tous les jours….
    Pendant des années nous avons tenté de lui expliquer ses travers, de lui prouver qu’il avait un problème mais en vain. Après un conflit encore plus fort que les précédents, nous avons décidé de sortir de notre association. Les dernières années ont été ponctué de conflits qui ont été pour nous épuisant. Nous avons mis des distances afin qu’il ne nuise pas à notre vie privée mais cela n’a pas suffit. Il nous méprisait, humiliait, remettait en question les décisions prises en commun et j’en passe. Dans un premier temps nous laissions passer l’orage et attendions qu’il retrouve ses esprits. Mais c’était une erreur.
    Par contre, maintenant que nous savons ce qu’il est, notre choix de le quitter est plus facile et plus du tout culpabilisant. Mais la situation reste difficile à vivre.
    C’est très humiliant de réaliser que nous avons été victime de sa perversité. Tous les deux nous avons du caractère mais le lien familial a été un frein pour admettre cette triste réalité.
    Il nous dit qu’il n’est pas malade et que nous devons le prendre comme il est un point c’est tout. Il n’a aucune vie sociale uniquement des liens par son travail et uniquement avec les collègues avec qui il n’est pas en conflit et qui accepte de lui parler. Les liens qu’il a avec sa famille sont dus à sa femme qui fait tout pour les garder et les entretenir. D’ailleurs la famille ne vient chez eux que pour sa femme et non pour lui.
    Je vais réécouter l’émission car je suis persuadé qu’il y a encore des éléments qui peuvent m’aider à aller de l’avant.

    Réponse
    • geraldynegp

      Merci Virginie pour votre témoignage. Nous sommes ravie que cette émission ait pu vous aider. Géraldyne Prévot Gigant

  6. CLAUDE M

    Seulement connaître quelqu’un dans le domaine de la justice.

    Pascal et Patrice Saint-Pierre (jumeaux capotés) sont dans un asile de fous pour la vie au Québec.

    François Petit du Portofino.ca est le prochain sur la liste.

    Les agressions par les Vilain Pingouin d’Audiogram (petit label merdique) dans les écoles c’est fini.

    Réponse
  7. Béatrice

    Je suis une thérapie et il vient de m’anoncer que mon mari était pervers narcissique. Il m’a dit texto: « Bruno est PN, il est malade, il ne guérira pas. »
    Puis il a ajouté: « Tu ne peux pas l’aider »
    Ca, c’était hier.
    J’ai l’impression d’avoir pris une douche glacée tant ses mots ont été violent pour moi.
    D’abord parce que j’ai beaucoup d’empathie pour mon mari, malgré le fait qu’il me vampirise, et me blesse.
    Et parce que l’idée de ne pas pouvoir l’aider m’est insupportable. Dans ma tête, je me dis que je ne peux pas le laisser face à son mal-être.
    Mon amour n’auras pas suffi. Je n’arrive pas à y croire et j’ai trés mal.

    Réponse
    • geraldynegp

      Bonjour Béatrice,

      Je comprends votre désarrois et j’espère que depuis vous avez pu avancer. Avec tout mon soutien.
      Géraldyne Prévot Gigant

  8. Andine LEDIVAN

    Bonsoir, Je découvre cette émission qui m’intéresse particulièrement. Je la trouve très intéressante. Cependant, sortie de la victimisation après bcp d’efforts, j’ai du mal à entendre certains conseils peu réalistes, dans la vie au quotidien avec un pervers : communication limitée à l’essentiel, « garder son calme » ne pas rentrer dans son jeu. Car, c’est une pression de chaque instant, verbale, voire même physique. On est dépossédé de ses facultés. Quant à la « petite voix » intérieure elle ne fonctionne pas, car on est en situation d’emprise. Je veux bien croire par contre que le travail sur soi peut aider. Mais tout le monde ne doit pas passer par une psychothérapie pour se préparer à aimer. Sinon, où va-t-on ? Ne peut-on pas simplement trouver le bon moyen de prendre en charge ces personnes et de les soigner d’une façon ou d’une autre ? Oui, ces situations sont très lourdes… quand on en fait les frais.
    Merci pour l’information, qu’il serait bien de divulguer beaucoup plus largement encore !

    Réponse
    • Géraldyne Prévot Gigant

      Bonjour Andine,
      Merci pour votre témoignage. Je tenais à préciser que lorsque je parle de « petite voix intérieure », de limiter les échanges et de ne peux entrer dans son jeux, je ne parlais évidement pas de relations sous le même toit. La première des choses à faire, et la plus difficile, est de se mettre à distance de ce type d’individu, de partir, de prendre ses jambes à son cou. Mais j’ai bien conscience que ceci est le plus difficile à faire puisqu’à se stade la victime est sous emprise, a du mal à prendre du recul, à réfléchir et à réaliser à qui elle a à faire (d’autant plus difficile lorsqu’il s’agit de l’homme qu’on aime. Malheureusement ces personnes ne peuvent pas être prises en charge car elles ne souhaitent pas consulter (typique des PN). Et vous vous doutez bien qu’il est très difficile de faire le réel tour du problème en 1heure d’émission.
      Un grand merci de nous avoir écouté et d’avoir partagé votre expérience. A très bientôt j’espère sur nos ondes.
      Bien à vous,
      Géraldyne Prévot Gigant

  9. Chris

    Merci pour cette émission, il est nécessaire de faire connaître au maximum ces monstres qui détruisent tout autour d’eux.
    Je suis un homme de 44 ans qui a été victime d’un de ces pervers au travail. Un collègue, de même rang hiérarchique, qui à première vue ne semblait pas dangereux. Un physique quelconque, voire même ingrat, une personnalité assez morne, peu de culture générale, pas vraiment intelligent. Et pourtant, ce personnage, de 14 ans mon cadet, a considérablement dégradé mon état psychologique, au point que j’ai dû quitté mon travail. J’étais proche de certains de mes collègues, et à partir du moment où il s’est rendu compte que je l’avais démasqué, il les a tous retourné contre moi à une vitesse ahurissante, sans que je puisse faire quoique ce soit. Ce fut le moment le plus éprouvant de mon existence. Je me suis retrouvé dans un état tel qu’il a fallu que je me fasse violence pour ne pas tomber dans la folie, la paranoïa, et même la mort (pensées suicidaires très puissantes).
    Ces « êtres » sont tellement doués dans la manipulation maligne qu’ils peuvent vous tuer si vous ne fuyez pas. Personnellement, je les assimile à des psychopathes : aucune empathie, aucun remord, aucune remise en question, et ils n’hésitent pas à user de tous les moyens pour vous nuire si vous représentez une menace pour eux.
    Je peux comprendre que dans l’émission vous mettez en garde les auditeurs contre la tentation de les clouer au pilori, mais il faut bien comprendre également que lorsqu’on a été leur cible, le pardon est impossible, voire interdit.
    Je me remets juste de cette histoire après une thérapie et un travail important sur moi, ma faille narcissique, par laquelle il est entré, mais plus le temps passe, plus je me dis que rien ne pourra me faire oublier la monstruosité dont ce pervers fut capable.
    J’aimerais ajouter que les pervers narcissiques ne sont pas tous brillants, séducteurs, au premier abord sympathique, car celui qui s’est acharné sur moi (et sur un autre collègue qui s’est suicidé) est l’antithèse de cela : amorphe, inégal, malsain d’entrée de jeu. Et pourtant, malgré tous ces signes, il a bien failli m’avoir.
    Je retiens deux leçons de cette histoire :
    La première – ne jamais chercher à vouloir comprendre ce qui ce cache derrière certaines personnes « étranges », toujours se fier à son instinct premier et s’y tenir, au risque de se tromper. Il vaut mieux ça que se mettre en grave danger (de toute façon, on ne fait de mal à personne ainsi).
    La seconde – dès qu’on en démasque un, faire profil bas, et s’il vous cherche, ne pas hésiter à lui rentrer dans le lard direct, sans prendre de gants, quitte à être insultant, puis tourner les talons. C’est là le seul moyen pour qu’ils vous lâchent avant d’avoir eu la moindre emprise sur vous. Ce sont au final des gens sans courage, sans intelligence réelle, sans aucun intérêt. Ils ne sont peut-être pas malades, mais ce qui est certain, c’est qu’ils sont fous.
    On ne discute pas avec les fous.
    On n’a rien à gagner a croiser le verbe avec eux, c’est même tout le contraire.

    Alors, certes, mon message est vindicatif, acerbe, mordant et sans pitié, mais il est désormais clair pour moi qu’il ne faut jamais faire preuve de la moindre compassion pour ces monstres, car c’est là-dessus qu’ils comptent pour vous anéantir. Et cela n’empêche pas de se sentir humain, aimant avec les gens normaux, et ce n’est pas pour autant que l’on tombe soi-même dans la perversité si on se comporte ainsi avec ces personnages qui n’ont rien d’humain.
    Courage à tous ceux et celles qui ont eu affaire à ce désastre, il est difficile de se sortir de l’état dans lequel ils nous ont mis, mais c’est possible. Par contre, n’oubliez jamais et ne pardonnez jamais, pour votre propre sécurité.
    Christophe.

    Réponse
    • Géraldyne Prevot- Gigant

      Non Christophe votre message n’est pas acerbe mais malheureusement terriblement réaliste. Un grand merci pour votre témoignage précieux.
      En effet les PN ne sont pas tous brillants et dans votre cas je me demande si vous n’avez pas eu à faire à un PN plus pervers que narcissique (le pire).
      Ma mise en garde contre la mise au piloris était nécessaire vu les messages publiés sur Facebook. Croyez bien que je comprends la terrible blessure qui est d’avoir été victime de PN. J’y ai moi-même été confronté et c’est la raison pour laquelle j’accompagne à ce jour les victimes. Donc vous pensez bien que je comprends le désespoir de certains et certaines. Malheureusement le psy en conférence ou en interview, puisqu’il tient un discourt descriptif et donc neutre afin d’être le plus explicatif, est souvent vu comme ayant peu d’empathie ou ne comprenant pas la réalité des choses. Mais n’oublions pas que beaucoup de professionnels de la relation d’aide sont des êtres qui sont passés par certaines souffrances, les ont guérit et sont ensuite devenu des accompagnants. C’est donc mon cas.
      Un grand bravo pour les deux leçons que vous avez retenues qui sont, à mon sens, les plus importantes et que nous devrions tous ne jamais oublier.
      Un grand merci pour votre présence sur cette page.
      A très bientôt sur nos ondes.
      GPG

    • chris

      Merci à vous Géraldyne d’avoir pris la peine de répondre. Oui, en effet, avec le recul vous avez sans doute raison : le personnage à qui j’ai eu à faire est sans doute assez peu narcissique, et même plus probablement « souffrant » d’un puissant complexe d’infériorité. Jamais je n’ai croisé quelqu’un d’aussi jaloux des qualités des autres, et au final, cherchant à se les approprier. J’ai lu ici où là qu’on les nommait aussi « vampire de l’âme », ce qui est de mon point de vue une expression parfaitement adaptée.
      Quelques mois sont passés depuis cette « mésaventure », et je ressasse parfois ce sinistre souvenir. Mais pour encourager les gens qui comme moi en ont été victimes, tout cela s’éloigne peu à peu avec le temps.
      Encore une fois, ne perdez pas courage, on fini par s’en libérer, j’en suis certain.
      Aujourd’hui, malgré cette légère « persistance mentale », je me sens bien mieux, à force de cultiver le positivisme, à regardez devant, à refuser que ce sinistre personnage ai réussi son coup.
      Ne perdez pas espoir, s’ils vous ont choisi, c’est que vous êtes bienveillants et emplis de valeurs humaines, soyez-en sûrs.

      Témoignage d’une victime de pervers narcissique qui s’en est pratiquement sorti, voire même grandi.
      Bien à vous tous, cordialement.
      Chris.

  10. Reine

    Magnifique ! J’ai beaucoup aimé,tant sur la forme que le fond.
    J’ai été ce que l’on appelle « la victime » qui recherchait si ce n’est à soigner tout au moins accompagner les hommes brillants qui ont partagé ma vie durant 28 ans et 6 ans
    Je suis sortie vidée de la 1ère relation pour retrouver la joie de vivre avec un 2ème,
    mon âme soeur ! et lui aussi voulait s’accrocher à ce rêve.
    Très vite il a exprimé tout ce qu’il était, j’intégrais mais je n’avais pas la grille de lecture. J’ai eu sa confiance, il m’a beaucoup parléé et il m’a aussi donné toutes les clés pour l’aider pour autant de nature transparente et généreuse j’ai été incapable d’ouvrir les portes !
    J’ai refusé longtemps de reconnaître ce que je me refusais d’accepter !
    J’ai fait appel à une aide (la voyance) et suis devenue dépendante affective et dépendante à la voyance..
    Pour autant j’ai fait un travail personnel de fourmie à la recherche du noyau retrouvé le temps d’une « lune de miel » et trouvé du sens aux choses sans avoir eu de réponses à toutes mes questions.
    Aujourd’hui, je me sens grandie de ces expériences et serai ravie d’apporter mon expérience pour les aider car s’il est vrai qu’il n’aime que l’idée d’aimer et d’être aimé il sont aussi capables d’une quaiité et force d’amour qu’il s’interdise de reconnaître. OUI ! il faut raison garder.

    Grand merci pour cette magnifique intervention
    bien amicalement
    Reine

    Réponse
    • Géraldyne Prevot- Gigant

      Un grand merci Reine pour votre témoignage.
      Quand vous dites « qu’ils n’aiment que l’idée d’aimer et d’être aimé ils sont aussi capables d’une quaiité et force d’amour qu’il s’interdisent de reconnaître. » Ne s’agirait-il pas d’un autre type de personnalité? Car le vrai PN n’aime que lui. S’il pense aimer ou s’il dit aimé c’est pour mieux mettre en place une dépendance de la victime. En revanche les borderlines, eux, ont une immense soif d’être aimé et d’aimé.

      En tout cas vous résumez bien le fait que nous pouvons perdre beaucoup d’énergie à tenter de « sauver » ses êtres qui n’en demeurent pas moins extrêmement toxiques.
      Donc n’oubliez pas de vous protégez Reine et surtout profitez de la vie car vous le valez bien cela se sent à travers votre généreux témoignage.
      A très bientôt
      GPG

  11. S.C

    Bonjour, je viens d’écouter avec une très grand attention cette interview, je viens demander de l’aide. Cela fait 3 semaine que j’ai pu quitter l’homme avec qui j’étais. Je suis persuadée d’être victime de sa perversion narcissique. Nous avons été ensemble presque 11 mois avec une coupure d’un mois. (suite à une crise monstrueuse de sa part avec menaces de mort) je l’ai quitté sans rien dire. Il a su malgré les avertissement de mon psychiatre et de ma psychologue de l’époque, il a su me reconquérir et me promettre monde et merveille parce que soit disants j’étais a présent moi une nouvelle personne, LA nouvelle Sophie est digne de confiance à présent ». 2 semaines à peu prêt normal je dirais et ensuite le calvaire à recommencé. dévalorisation, humiliation, projection, mensonges, crises violentes verbales et vulgaires. il m’a aussi complètement coupé de mes amies, ils les a complètement discréditées et dévalorisées. le pire était que lorsque j’essayais de rétablir vérité et justice et lui montrer qu’il était adieux, méchant il me retournait systématiquement la faute sur moi en réutilisant tout ce que j’avais pu dire sur moi ou sur les autres. Il ne reconnaissait jamais aller trop loin. il utilisait des discours floues, étranges et détournés pour ma rabaisser et me démontrer que c’est moi qui créait tous les soucis dans le couple, que c’était a cause de mon attitude s’il ne pouvait plus voir personne . Il me disait aussi que seule lui pouvait me comprendre et m’aimer a ce point. que si je partais personne ne voudrais de moi par rapport à ce que je suis. Il faut savoir que 6 mois avant le début de notre relation, j’ai été diagnostiqué Borderline, j’ai fais plusieurs tentatives de suicides et juste avant le début de notre relation je sortais pour la 3eme fois d’une clinique psychiatrique pour comprendre mon trouble de la personnalité. Il a dénigré le monde psychologique les traitement médicamenteux, lui se soignait naturellement disait-il avec des joins ou quelques verres d’alcool. Il a un passé très compliqué, il est papa d’un petit garçon. la maman a été tuée dans un accident de voiture que lui conduisait… il a été jugé car contrôlé positif au canabis et alcool… actuellement il elève son fils seul, l’enfant est très dur et bagarreur, il confronte tirs son père et est plutôt provocateur à l’école, sont père est très dur et dénigrant envers lui, c’est très choquant. moi meme j’aiune petite fille qui au fur et à mesure a montré un renfermement face à son fils… les derniers temps elle m’a dit qu’il était méchant , ne la laissait jamais décider et qu’elle ne voulait plus le voir… je crois que c’est là que j’ai eu le déclic et que j’ai commencé a essayer de comprendre… pourquoi j’acceptais ça? pourquoi j’infligeais ça a ma fille alors que toutes les deux on souffrait…. j’ai besoin d’aide, cela fait 3 semaines que je suis partie, j’ai essayé de lui montrer ce qu’il était et j’ai coupé les ponts, j’ai changé de numéro, j’ai bloqué ses mails, et il continue a essayer de me joindre, il a envoyé des textes à ma maman, il est venu devant ma porte pour déposer des objets et repartir, il utilise mon adresse mail pour m’inscrire sur des sites de rencontres…. j’ai peur très peur, et je suis démolie, je sens que je replonge dans la déprime. car avant de trouver le courage de partir, seul comptait comment le quitter sans qu’il me lamine, mais jamais je ne pensais à après. sont absence laisse un vide un gouffre terrible tellement il régissait tous mes fais et gestes. mes vêtements, mon alimentation, 2à appels par jours pour savoir ce que je faisais, il fouillait dans mon ordinateur, mon téléphone…. une suspicion permanente, une pression insupportable… J’ai besoin d’aide, je ne sais plus rien faire… je me sens moins que rien. J’habite Saint etienne dans la loire et je voudrais trouver un thérapeute compétent en rapport à mon trouble de borderline et aussi pour m’aider à évacuer cette relation destructrice avec un pervers narcissique… Que faire. je suis perdue.

    Réponse
    • nat

      sauvez-vous, pensez à votre petite fille qui ne mérite pas ça, vous avez droit au bonheur, coupez les ponts avec cette personne malsaine avant qu’il ne soit trop tard, je sais de quoi je parle, je vis avec un pervers narcissique, nous avons une petite fille de 3 ans, pour moi partir est donc un problème, mais vous, vous n’avez pas d’enfant avec cette personne, vous êtes donc libre de refaire votre vie sans voir aucun compte à rendre

    • Géraldyne Prevot- Gigant

      Chère S.C, Il est tout à fait normal, d’être totalement perdue et angoissée. D’autant que vous êtes borderline et donc ultra sensible, affective, dépendance parfois ou souvent. Quand une borderline rencontre un PN, c’est très difficile et dangereux pour la victime. Donc votre état est normal mais en effet il faut faire quelque chose. Le mieux serait de consulter le site de l’AAPEL où vous trouverez des adresses de spécialistes. Il y a aussi l’AFORPEL association dont j’ai été vice présidente durant 7ans mais je ne crois pas qu’il y ait des psy certifiés par l’assos à St Etienne. Cependant le trouble commence à être de plus en plus connu des psy et vous pouvez assurément trouver un bon pro dans votre région.
      En tout cas je vous souhaite du courage.
      Protégez-vous !
      GPG

  12. L.B

    Je viens d’écouter l’émission, car je suis sûre de vivre avec un PN depuis 25 ans, j’en ai 65…….j’ai essayer de la quitter 2 fois mais je suis revenue , la première pour raison affective et la deuxième pour problème financier, car je suis partie , il a fallut me loger.
    Ses comportements sont toujours surprenants , je passe d’un instant agréable et je me sens confiante, et d’un coup c’est la phrase cinglante, je reçois un coup d’épée.
    Maintenant je voudrais rencontrer un psychiatre de confiance sur Lyon ou ses environs pour pouvoir être sûre de ce « comportement »; j’ai déjà consulté à plusieurs reprises mais personne ne m’a donné de directive précise.
    Merci

    Réponse
  13. Géraldyne Prévot Gigant

    UN GROUPE DE PAROLE ET DE SOUTIEN AUX VICTIMES DE PERVERS-NARCISSISQUES sur GRENOBLE animé par Géraldyne Prévot GIgant : si vous ètes intéressé(e)s contactez-nous au 06.89.33.27.32

    Réponse
    • Holly

      Bonsoir, Divorcée d’un PN depuis 5ans, je m’efforce d’échapper tant bien que mal depuis, suis une thérapie pour me reconstruire. Ayant de plus en plus de mal à me toucher directement, les enfants sont un bon moyens de m’atteindre. J’ai alerté de la dégradation de l’état psy de ma fille (15 ans) (psy, assistante sociale, infirmière du collège, médecin …) Il a même empêché que la psy la suive. Mais au bout de quelques mois la psy a du se rendre à l’évidence que notre fille avait réellement besoin d’aide. Elle a donc accepté de la suivre faisant fi du refus du père en lui laissant un message que si il s’y refusait, elle ferait un signalement. Depuis, la psy n’a jamais plus eu de nouvelles du père. N’empêche que l’état de ma fille est tel que dimanche soir elle a fait une TS ; le lendemain son père devait venir la récupérer avec son frère pour tout le mois d’août.Depuis elle est hospitalisée ds une unité pédopsy au CHU de Grenoble. Je la sais hors de danger là-bas. Le père est dans un déni complet et a tout fait pour essayer qu’elle ne soit pas hospitalisée. Mais je pense que les médecins se rendent compte de son ambiguité. Toujours est-il que j’ai besoin de soutien (je n’ai plus de famille, mon psy en vacances). Je redoute un revers de médaille au fur et à mesure qu’il va se sentir pris en tenaille. Il a déjà reporté deux fois le RV que l’on doit avoir en commun avec la psy de l’hôpital. Alors qu’il est en congés mais préfère rester au camping avec le reste de sa famille. Actuellement mon fils de 11 ans est avec lui ! Je ne sens pas bien les choses. J’essaie de garder la tête froide. Que faire ? Existe-t-il sur Grenoble des avocats spécialisés dans ces mécanismes de PN, association de victimes. Que puis-je faire pour protéger mon autre enfant ? Nous protéger tous ! Help ! Besoin de votre aide ! Merci à vous !

  14. Will

    … Car voici l’un des nombreux témoignages que j’ai lu :  »… et plus tard comportement anti-sociaux, puisqu’il a bien appris à détruire, sous la conduite d’un adulte aimé, les relations familiales, sociales, et les règles qui régissent les rapports humains »
    « L’aliénation parentale ou comment réussir à rendre son enfant fou ! » (Dr Victor Simon)
    http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/07/01/lalienation-parentale-ou-comment-reussir-a-rendre-son-enfant-fou-dr-victor-simon/

    Réponse
  15. Will

    Est-ce que l’aliénation parentale (SAP)  »fabrique » t’elle des PN, si l’ (les) enfant/s ne voit pas son père ou sa mère ?

    Réponse
  16. Will

    C’est une très bonne chose d’avoir  »vulgarisé » (diffusion pour tous) une telle émission pour pouvoir reconnaître les PN ! Mais attention, ce sont les PN qui causent du tort à autrui, qu’il est important de dénoncer !!!
    Et c’est la  »manipulation destructrice » qui cause du tort à autrui… qu’il est important de dénoncer !!!Depuis plus de 50 ans, j’ai rencontré trop de gens qui confondent les différents profils/caractères… et qui utilisent ces  »profils » à tort et à travers. C’est bien dommage !
    Tout le monde n’est pas  »tout blanc », ni  »tout noir »… mais tout le monde n’est pas  »tout gris » non plus !
    Entre faire le  »Bien » et faire le  »Mal » il y a une toute une échelle d’intensité ! La vie est une lutte continuelle (de tous les jours) contre ses propres  »mauvais penchants »… mais il n’est pas donné à tout le monde de toujours agir en bien. Il est plus difficile d’agir en bien qu’en mal.

    Réponse
  17. luka

    Bonjour. Tout d’abord pour cette emission riche et interessante. je suis dependant affectif et je tombe souvent sur des femmes PN que je mets sur un piedestal. La descente est de la torture ! Je me suis fais larguer plusieurs fois et malgré tout reste naif … à 46 ans ! J’ai lu les livres d’isabelle nazare aga (les manipulateurs sont parmi nous). Ma derniere histoire : une belle rencontre avec une femme divorcee de 47 ans, 2 enfants. De beaux sms, de bons moments et la douche froide le 25 decembre, apres une nuit d’amour elle me jette sans raison ! La veille bouquet de fleurs, + une belle surprise … cette femme arogante, egoiste est  » madame parfaite  » … tres egoiste …. et oui controlante ! je lui ai dit  » je ne suis pas un toutou  » … mon ex est dans le controle et la domination totale. J’ ai meme appris qu’elle a ete tres violente avec son ex mari (plainte) … Bref je n’ai rien perdu, je l’ai respectée mais j’ai mal ! j’ai pris conscience qu’il faut couper tout lien avec, mais je pense qu’elle va revenir à l’assaut bientot. je suis un homme seduisant mais timide, attentionné, cultivé, sens de l’humour mais une mauvaise image de moi.

    Réponse
  18. domi

    bonne emission

    Réponse
  19. dajej

    J’ai été victime d’un PN dès la naissance ( mon frère aîné), et j’ai pris conscience de sa pathologie il y a quelques mois par hasard. Il est vrai que ça a remis toute ma vie et ma personne en question, j’ai compris énormément de choses, mais j’ai à l’heure actuelle une telle haine envers moi-même, un tel manque de confiance en moi, le sentiment d’être minable ( à force de me l’être fait répété depuis le plus jeune âge ne le suis-je pas devenu ?), que je n’entrevois comme seul échapatoire que le suicide.
    Je pense qu’on peut s’en sortir lorsqu’on a été victime d’un PN à l’âge adulte, avec une psyché déjà construite, mais je vois mal comment s’en sortir lorsqu’on a été conditionné dès la naissance.
    Impossible selon moi.

    Réponse
    • farah

      je le recopie donc à la bonne place :
      je crois qu’on peut s’en remettre, se construire avec ce vécu. Le manipulateur destructeur que j’ai rencontré est le père de mon petit dernier, il a commencé à devenir odieux (euphémisme) pendant la grossesse, il y a 3 ans, j’étais à terre, j’ai failli en crever… Aujourd’hui, j’ose dire que je suis heureuse ! il faut apprendre à les « contrer », et surtout ne pas s’en vouloir … on ne choisit pas d’être leur victime, on se retrouve dans les mailles du filet et on devient prisonnière, on s’englue dans leurs délires, on se croit effectivement coupable, folle, nulle, et puis quand c’est fini, on refait le bilan et on voit tout en clair… le problème, c’est eux, pas « nous »…. jamais ils ne se remettent en question eux ! moi, je lui « frotte la manche » et depuis il me fiche la paix, et n’utilise plus le petit comme une arme pour me blesser, il a 6 ans, c’est un trésor… qui ne comprend pas tout mais qui a saisi l’essentiel : il peut compter sur moi… je l’aime. Je ne peux même pas regretter d’avoir connu son père , il ne serait pas là lui sinon!!! alors voilà, surtout le suicide – non ! quand je me vois maintenant, je suis contente que « ça » ait loupé, à peu de temps prèsn j’y passais. Ce criminel ne payera jamais pour ça, mais je ne cherche plus d evengeance, ma revanche c’est la vie que j’ai reconstruite, lui est un ver de terre…. leurs victimes – renseigne-toi sur leur profil, et dis-toi : c’est nos qualités qu’ils vulent se procurer, jamais ils ne les auront !!! (non, je n’ia pas les chevilles qui enflent!)
      merci d’avoir parlé de ce sujet, plus on en parle, moins ils feront de dégâts je pense…

    • Géraldyne Prévot Gigant

      Dajej,

      Les pervers-narcissiciques ne s’attaquent pas seulement aux personnes solides. Souvent bien souvent ils choisissent des personnes au moi fragile (plus facile pour eux d’avoir ainsi le dessus). Les enfants sont pour eux des proies idéales car si facilement influençables.
      Pour les enfants victimes, le travail de reconstruction est plus long mais il est possible. Surtout n’oubliez pas ça.
      Donc vous pouvez garder espoir à propos de votre résilience. Une des phases de la psychothérapie est justement la restauration du moi.
      Le travail est seulement plus long.
      Courage Dajej heureusement on s’en sort !!

  20. Lesilence brisé

    émission très intéressante pour une ancienne victime 20 avec un pervers ça laisse des traces autant pour mes enfants que sur moi-même mais avec une bonne psychothérapeute on arrive à reconstruire une part de cette identité détruite même mais ce personnage est incurable car après 1 an passé en prison pour violences conjugales, 2 ans de séparation il continue à maintenir une emprise indirecte sur nous , n’attendant qu’une chose que je craque….mais je tiens bon son emprise n’existe plus sur nous sauf pour lui qui y croit….

    Réponse
  21. Elodia

    Superbe émission, Geraldyne ! Agréable, légère et professionnelle dans sa clarté ! Merci !

    Réponse
    • Géraldyne Prévot Gigant

      Merci Elodia pour votre retour je suis contente que vous appréciez. A bientôt sur les ondes.

  22. Will

    On rencontre de plus en plus de personnes  »manipulatrices destructrices » et de  »perverses narcissiques » !!!
    Et inversement, on rencontre de moins en moins de personnes loyales !!!

    Réponse
  23. Niss

    Intéressant

    Réponse
  24. Janne

    Grâce a vous j’ai pu entendre l’émission ce matin, trouvé très compréhensible oui bien expliqué. J’espère que vous pourrez revenir sur le sujet prochainement.

    Réponse
    • Géraldyne Prévot Gigant

      Merci Janne pour votre petit message.
      Nous reviendrons peut-être sur le sujet mais dans plusieurs mois.
      A très vite

  25. Diane

    Il y a tellement de manière d’avoir été abimée, tellement de raison de s’être laissée abimer… L’important c’est de partir à la recherche de ses « petits bouts de soi » qui se sont éparpillés dans ces souffrances.

    La compréhension ouvre de nouvelles portes, de nouvelles perspectives…

    Alors un immense merci à Deborah d’avoir eu la générosité de penser « Prévention Santé Bien Etre » et à Géraldylne, celle de partager si humainement ses connaissances.

    Dans la continuité de ma quête, il me tarde déjà de vous écouter de nouveau…

    Un grand merci!

    Réponse
    • Géraldyne Prévot Gigant

      Un grand grand merci Diane d’avoir pris le temps de nous écouter et aussi de nous écrire ce petit mot.
      En effet il y a tellement de manière d’avoir été violentée, j’aurais aimé en parler plus mais nous manquions de temps.
      Oui les petits bouts de soi qui étape par étape se recomposent…la reconstruction de soi.
      Merci de votre soutien, ça fait chaud au coeur car ce sujet n’est pas facile.
      A bientôt

  26. Véronique

    je viens de finir d’écouter, excellent, apaisant, censé voilà une grande qualité MERCI

    Réponse
  27. Florence

    émission utile pour la compréhension des victimes ! a diffuser et refaire très souvent a très grande échelle !

    Réponse

Rétroliens/Pings

  1. Une émission radio grenobloise | Stopmanipulation - […] Une émission radio intéressante, de 54mns, sans pauses musicales, qui date du 14 janvier 2013, et que vous pouvez…

Prolonger le débat, commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.