La symptothermie est aussi fiable que la pilule, Pryska Ducoeurjoly - Prévention Santé
Grâce à vous : +5.000.000 vues +3.500.000 auditeurs +500 interviews

La symptothermie est aussi fiable que la pilule, Pryska Ducoeurjoly

En 2016, bon nombre de femmes en âge de donner la vie ignorent qu’elles peuvent gérer leur con(tra)ception avec la symptothermie. Entretien avec Pryska Ducoeurjoly, Journaliste, présidente de l’association Ecologie du Cycle Féminin (cyclefeminin.org) »

Comment cette méthode écologique fonctionne­-t­-elle ?

Il s’agit d’observer quelques signes de fertilité et de prendre une dizaine de températures au réveil. On arrive alors à distinguer les trois phases du cycle : la période pré­ovulatoire fertile, la période post­ovulatoire infertile, puis la période des règles infertiles. Bien repérer ses signes de fertilité et d’infertilité n’est pas évident au début, une période d’apprentissage est nécessaire. La sympto, c’est comme le permis de conduire. Sans l’aide d’une monitrice, on peut mettre en danger sa sécurité contraceptive par ignorance de certaines règles du code de la symptothermie. Cette ignorance autour du cycle féminin est bien plus répandue qu’on ne le pense ! Peu de femmes par exemple savent que le début de la phase fertile se situe dès le jour 6 de leur cycle.

Pouvez­-vous nous raconter comment cette méthode de contraception naturelle est entrée dans votre vie ?

J’ai découvert la sympothermie bien tardivement, à 35 ans. C’était en 2012, à l’occasion d’une enquête journalistique pour le magazine belge Néo Santé. Je n’en avais jamais entendu parler dans les médias ni auprès du corps médical. En tant que journaliste d’investigation, habituée à discerner l’info de l’intox, j’ai tout de suite compris que c’était là face à une info de haute priorité. Ce fut comme une révélation, à la fois pour la professionnelle et pour la femme. Après avoir étudié les différentes écoles symptothermiques, j’ai décidé de rejoindre la fondation SymptoTherm, qui a développé une Symptothermie moderne avec un manuel en ligne accessible gratuitement, une application mobile, et un suivi conseil online.

vue cyclo type avec montee tardive

Contrairement à la pilule qui assiste les femmes depuis des générations, la symptothermie semble être le moyen de se réapproprier enfin sa féminité. Pouvez-­vous nous expliquer les valeurs et enjeux de cette approche?

La symptothermie est bien plus qu’une contraception ou conception naturelle. Il est question d’éducation, de responsabilisation et d’émancipation. Pendant la phase d’apprentissage, la femme va se familiariser avec ses observations. Ensuite, elle va accéder à une véritable autonomie dans la gestion de sa fertilité. Cela va aussi lui permettre de se connecter à sa féminité profonde, en développant une compréhension de ses émotions en fonction des phases du cycle. C’est une porte ouverte sur l’empuissancement (empowerment) de la femme et sur le féminin sacré dont le monde a un grand besoin.

Alors que la contraception incombe souvent aux femmes, cette méthode accorde désormais une place fondamentale au partenaire de vie. Pouvez-­vous nous expliquer cet aspect fondamental et relativement nouveau ?

Pour la première fois dans l’histoire de la contraception, l’homme et la femme sont partenaires. La responsabilité est partagée. Cela enrichit la complicité et l’intimité du couple. Pendant la phase fertile, l’homme est invité à se protéger et/ou à faire preuve de créativité en épousant le rythme biologique de sa partenaire. À travers le dialogue autour des différentes phases du cycle de la femme, l’homme est amené à comprendre que la libido d’une femme varie en fonction des phases du cycle. Il peut développer plusieurs manières de faire l’amour, pour le plus grand plaisir de sa partenaire.

Quels sont les différents outils à disposition des femmes (et des hommes) pour apprendre, s’approprier et comprendre les usages de la symptothermie au fil des cycles ?

Autrefois, on pratiquait la symptothermie sur une feuille de papier. Aujourd’hui, grâce au numérique, on peut entrer ses données d’observation sur son téléphone portable ou sur son ordinateur. Par exemple, l’application sympto développée par la fondation Symptotherm, va permettre d’interpréter le cycle avec une grande fiabilité, pour autant que la femme ait appris à s’observer correctement. Avec l’aide d’une monitrice, il faut compter généralement entre trois et six mois pour parvenir à son autonomie. Pour certaines femmes qui sortent de plusieurs années de contraceptifs hormonaux, cela peut être plus long si le cycle peine à se remettre en route. Un suivi naturopathique peut alors s’avérer très utile en complément du travail de la conseillère.

Beaucoup de femmes rétorquent que cette méthode est peu fiable, ou bien contraignante à mettre en pratique. Qu’auriez-vous à leur répondre ?

La symptothermie est aussi fiable que la pilule. Les études scientifiques le prouvent ! Malheureusement, la majorité du corps médical perpétue la croyance de la non fiabilité, la méthode est jugée « trop compliquée » pour les femmes. C’est de l’obscurantisme ! La grande différence avec la pilule ou le stérilet, c’est que la symptothermie nécessite un apprentissage et donc une implication de l’utilisatrice et de son compagnon. A toutes les femmes qui doutent encore, je leur conseille de rejoindre les femmes du groupe Facebook Symptothermie, elles sont aujourd’hui plus de 2000 à faire confiance à leurs observations et à la méthode. Beaucoup témoignent de la pression qu’elles subissent de la part du corps médical dès lors qu’elles évoquent la symptothermie. Cette communauté Facebook d’utilisatrices très soudées, est alors précieuse pour encourager les débutantes à faire le grand saut vers la gestion écologique de leur fertilité.

Envie d’aller plus loin :

Le manuel La Symptothermie complète est disponible sur www.sympto.org

 

Auteur de l’article : Alexandra Charton

S'abonner gratuitement pour ne rien manquer des nouveautés


Vous aimez notre média ? Avançons ensemble...

Prévention Santé est une plateforme Web gratuite d’informations, de témoignages, de débats et d’échanges sur le mieux-être.
Ce journalisme d'investigation indépendant que nous pratiquons nécessite beaucoup de temps, d'argent et de travail pour sa production. Mais nous le réalisons parce que nous croyons que notre point de vue est important, car cela pourrait aussi être le vôtre. Nous avons donc une faveur à demander...
Soutenez-nous financièrement et nous pourrons continuer notre travail de partages auprès de vous encore très longtemps.

Faire une contribution

44 Commentaires

  1. Petit témoignage, j’ai beaucoup apprécié vivre avec une femme qui ne prenait pas la pilule ni rien d’autres, elle était souvent différente dans la relation et cela me plaisait bien quand la période était à risque on utilisait un préservatif tout simplement 🙂

    Réponse
  2. En attendant, les gynéco sont en voie d’exctinction. L’observation de son corps, l’écoute de soi et les capacités d’adaptation (créativité ! ) vont donc devoir devenir la règle, n’étant pas soumises aux décisions gouvernementales…

    Réponse
  3. La baisse de désir et les manifestations qui l’accompagnent peuvent concerner toutes les femmes, quel que soit le moyen de contraception qu’elles prennent ou pas. Je ne suis pas médecin mais je persiste à dire que quand on prend la « bonne » pilule (entendre celle qui à la plus adaptée à notre corps), on n’a pas d’effet secondaire. Il y a plus de 20 ans, j’ai dû batailler avec mon gynéco de l’époque qui voulait absolument me faire prendre une pilule dernière génération, non remboursée et chère, faiblement dosée en hormones, au motif soi-disant que j’avais moins de risque d’avoir de manifestation désagréable (accessoirement, c’était peut-être celle donc le laboratoire était le plus avenant avec le gynéco ?). Au début j’ai accepté, j’ai même essayé plusieurs pilules du même style, mais c’est précisément avec celles-là que j’avais des effets secondaires : saignements, douleurs, tensions dans la poitrine…

    J’ai fini par obtenir qu’on me prescrive une pilule ancienne, avec estrogènes, et là magie : aucun effet désagréable, plus de règles anarchiques, de fatigue, d’irritabilité sans raison. J’ai pris cette pilule sans problème pendant plus de 5 ans, jusqu’à ce que ça aille un peu moins bien (quelques saignements), j’ai changé pour une autre (triphasée, mais toujours avec estrogènes) et je la prends depuis plus de 15 ans sans discontinuer, sauf bien sûr lorsque j’ai voulu tomber enceinte, ce qui m’a pris au maximum 4 mois 1/2 à chaque fois.

    Abandonner la pilule reviendrait pour moi à avoir des règles anarchiques, douloureuses, qui durent parfois plus de 10 jours, un syndrome prémenstruel interminable. Quand j’ai commencé à prendre la pilule il y a près de 25 ans, je me suis demandé pourquoi je ne l’avais pas fait plus tôt tellement ça m’a changé la vie. Et oui, concernant la contraception, j’apprécie j’apprécie énormément la liberté qu’elle me donne, quand je veux et sans crainte, ce qui ne veux pas dire que je ne pense qu’à « ça » ou que je suis coincée comme le prétend C.M dont la bêtise n’a d’égal que la vulgarité. Effectivement, la « sympto » est pour moi comme un retour en arrière et présente des contraintes, ainsi que des côtés répugnants : aller examiner ses sous-vêtements pour savoir ce qu’il y a au fond, c’est un peu comme examiner la cuvette des toilettes après y être allé.

    Je fais partie de celles qui considèrent que leur corps leur appartient, et qu’elle en sont les seules maîtres (et responsables aussi, bien sûr !). Ma contraception est MON problème, en aucun cas je ne veux impliquer mon conjoint, pas plus que j’irai lui demander de m’acheter des tampons par exemple. On a tout à fait le droit de ne pas être d’accord avec moi, mais je ne supporte qu’on dise n’importe quoi : non, on n’a pas les « ovaires rouillés » après avoir pris la pilule, non on ne prend pas forcément de poids, on n’a pas forcément une baisse de libido, on n’est pas complètement « détraquée »… On a aussi le droit de réfléchir et de ne pas suivre aveuglément certaines théories sans comprendre.

    Réponse
  4. j’ai pratiquer cette methode empiriquement pendant 30 ans puisque j’ai arreter la pillule a 21 ans et n’ai pas repris de contraceptif depuis (jai 50 ans), et c’est mon amoureux qui a geré notre fertilité a tous les 2. je crois que ca lui a beaucoup plu. c’est lui qui me disait, et bien pas ce soir on va faire autre chose, ou oui la on peux, … et ca a super fonctionné. maintenant je gere ma menopause, (il ne peux pas m’aider sur ce coup là), avec de la relaxation, (5mn au bureau, ou au toilette pour faire passer les bouffée de chaleur ca marche super bien).

    Réponse
  5. La sympto est exactement ce que je recherche depuis 8 ans, depuis que j ai arreté la pilule.
    Je ne voulais plus d hormones.
    La sympto m a rapproché de mon corps, de ma feminité et ca fait tellement du bien!
    je n en changerai pour rien au monde!
    la sympto, j y crois, j en parle, je soutiens et je lui fais confiance. Mon partenaire aussi!
    j ai enfin trouvé LA methode de contraception dont je revais!!!

    Réponse
  6. Je suis ravie de ce débat.
    J’aime voir comment le croisement de la puissance incroyable de notre fertilité et la puissance de notre désir sexuel nous amène vers les solutions si différentes.
    Je trouve que nous avons de la chance, de pouvoir en discuter et de choisir aujourd’hui, comme pour la naissance (péri/sans péri, allaitement/biberon etc.).
    Fleur Bleue, je suis très contente que la pilule te convienne et te permet la liberté dont tu as besoin.
    Ce sentiment de liberté est quelque chose que je cherche aussi, face à ces deux forces puissantes.
    As-tu peur de quelque chose en lisant les témoignages des femmes qui pratiquent la ST? Un retour en arrière? Un sentiment que les femmes se soumettent à quelque chose? Un manque de liberté? Un jugement de valeur sur les femmes qui prennent la pilule?
    Je suis curieuse…

    Réponse
  7. Bonjour, moi je témoigne que j’ai une baisse de libido depuis la pillule. Ca fait 7 ans que je n’ai plus envie tous les jours et que je ne suis plus une femme fontaine. J’ai beaucoup plus de mal à m’exciter, et je pense plus rarement au sexe. Ca affecte peut être même mon moral qui est très bas, et mon énergie et temps de sommeil. Ayant commencé la pillule à 19ans j’ai pu expérimenter la sexualité sans avant. Je n’ai plus eu de résultats aussi satisfaisants qu’avant donc depuis 7ans. Mais bon on me dira que c’est parce que je fais sûrement une dépression. Ou encore que les deux hommes avec qui j’ai couché sur ces 2ans étaient mauvais au lit. Je salue les femmes qui osent parler des techniques « honteuses et dépassées » dont on devrait plus entendre parler à l’école. Il n’est jamais trop tard pour s’y intéresser.

    Réponse
  8. J’ai continue à recevoir des avis de messages (bien que j’aie désactivé l’option ???) et je ne peux pas m’empêcher de réagir. Si votre méthode vous convient, tant mieux pour vous, cela me paraît bizarre pour le moins de vouloir fonctionner comme ça , mais peu importe. Après il ne faut pas croire non plus que toutes les femmes qui prennent la pilule sont forcément des idiotes lobotomisées et nymphomanes incapables de se faire une opinion par elles-mêmes. Si j’ai cette liberté de pouvoir avoir une relation sexuelle quand je le veux sans craindre de grossesse, ça ne veut pas dire que je ne fais que ça tout le temps ! Une fois encore, j’ai juste la liberté de POUVOIR le faire.

    Après, le naturel c’est bien, mais si on va par là, on va aussi arrêter de prendre des médicaments (allopathiques) au motif que ce n’est pas naturel. Si un de mes enfants a une plaie qui s’est infectée, je n’hésiterai pas à lui faire prendre des antibiotiques, avec l’accord du médecin bien sûr. La pilule supprime le cycle au lieu de le régulier ? Peu m’importe, du moment que ça me soulage car, croyez-moi, je me souviens comment c’était avant et je n’ai pas envie d’y revenir. Il faut arrêter de forcément diaboliser les hormones de synthèse ou, d’une manière plus générale, les médicaments issus de la chimie, car c’est aussi grâce à ces produits qu’on sauve des vies. Personnellement, lorsque la ménopause arrivera (ou même avant car les troubles arrivent avec la pré ménopause), je sais d’ores et déjà que, avec l’accord de mon gynéco, je ferai appel au traitement hormonal de substitution pour passer le cap sans avoir tous les effets désagréables. Je ne vois pas pourquoi il faudrait forcément subir si on a la possibilité d’être soulagée.

    Une dernière chose pour casser un mythe qui a la vie dure : la prise de pilule, y compris prolongée, n’a aucun impact sur la faculté à entamer une grossesse. J’en suis la preuve, j’ai eu 4 enfants (non jumeaux) en moins de 4 ans après avoir pris la pilule (avec estrogènes) pendant près de 15 ans sans discontinuer et en la reprenant entre chaque grossesse.

    Réponse
  9. Cela ne m’étonne pas que les plus virulents détracteurs soient des femmes qui ne connaissent justement rien du tout (genre Cela se saurait…). Elles nous font le discours de la préhistoire alors que c’est le contraire : pourrais-tu Pryska lui envoyer le lien sur notre vidéo sur la pilule que tu avais faite? Mais c’est bien que ces préjugés (qui ont cimentés les cerveaux de générations de femmes) soient enfin confrontés de face à la symptothermie!
    Non, ce n’est pas la température tous les matins! En plus elle se prend en quelques secondes, je suis atterrée de voir le conformisme de cette pilulée fleur bleue qui ne veut surtout pas se remettre en question et qui détient la vérité alors que nous prônons la liberté de choix, en connaissance de cause, pas d’une vieille méthode naturelle mais de la symptothermie moderne sur sympto. Je ne roule plus non plus en 2CV mais dans une voiture plus moderne… Pourquoi on n’a pas le droit de faire des progrès aussi dans ce domaine?

    Réponse
  10. pardon fleur bleue, mais juste ton premier commentaire, je n’ai pas lu le reste, mais la pilule ne régule pas les cycles, elle les abolit puisqu’il n’y plus d’ovulation…!

    Réponse
  11. La pilule est une contraception (stérilisante), la méthode sympto-thermique est une attitude (fertilisante). Ne comparez pas ce qui n’est pas comparable 🙂

    Réponse
  12. @Malou il s’agit de sympto plus ou alors sympto free et tu as 15jours gratuits.

    Il ne sert effectivement à rien de rentrer dans le débat. Cette femme ne connaît pas et ne cherche visiblement pas à connaître son corps et son véritable fonctionnement. C’est son choix et respectons-le.
    Pour les autres, celles qui s’intéresse à la méthode, je vous encourage à vous documenter.
    Pour ma part, après 15ans de prise de pilule, durant lesquelles j’ai eu des infections urinaire à repetition, une libido descendu après être passé de Yasmina à yra, prise de poids important avec Diane 35 etc…(heureusement [malheureusement quand même] pour moi ce sont les seuls effets que j’ai eus), j’ai décidé de ne plus prendre d’hormones synthétique. J’ai découvert la sympto grâce à une amie et ai téléchargé le manuel Et si pris un suivi de 6mois. Je n’ai plus eu de problèmes de cystite, étonnement ma libido est revenue en flèche ? et surtout j’ai appris (a l’âge de 30ans) à découvrir mon corps! Totalement ignorante de ce qui se passait dans mon corps, j’ai découvert les différentes étapes du cycle feminin, l’ ovulation and co et c’est génial.
    J’ai opté pour le diaphragme et tout va bien. Mon mari, qui me soutient, à lui-même remarqué des changements et après s’être renseigné sur tous les effets des plus moindre au plus dangereux, est plus qu’heureux de ma décision.

    Réponse
  13. Les filles, ne vous battez pas. Comme dirait le MLF (si je ne m’abuse) : à chaque femme sa contraception à chaque moment de sa vie. C’est pas comme si on était toutes identiques ! Bisous

    Réponse
  14. Bon le débat est inutile..
    Tant mieux que la pilule vous conviennent on verra comment se passera votre ménaupause, ej suis sure que vous allez adorer les bouffée de chaleur, les sauts d’humeur…. sachez que votre sera en manque de sa dose d’hormone 🙂
    On est dans le futur malheureusement pour vous la pilule a dû bouffer votre sens critique et la remise en question….
    passez une agréable journée <3

    Réponse
  15. Salut à toutes, gros débat…. 🙂 On parle d’assistanat, de libération…. La pilule, ce serait remboursé… A 100% ? et sinon, qui prend en charge le reste ? Pourquoi ? Sommes nous toutes égales devant le business des hormones de synthèse ?
    Merci pour vos réponses que j’attends avec impatience 🙂

    Réponse
  16. c’est bien ce que je disais : coincée! En plus parfois on le voit involontairement enfin quand on ne détourne pas le regard de peur de voir un alien ragoutant qui nous ferais rendre.

    Réponse
  17. Hé bien, je vois qu’on donne dans l’élégance et le raffinement… Tout à fait ce qu’il faut pour donner envie de suivre votre mouvement. Désolée, je passe mon chemin, je peux tolérer beaucoup de choses mais la vulgarité à ce point, c’est juste un peu trop pour moi. Si ça amuse quelqu’un d’aller observer ce qui se passe dans ses sous-vêtements, grand bien lui fasse. De mon côté, je me contente de les laver, ça me suffit. Amusez-vous bien !

    Réponse
  18. Et au fait oui j’ai pris la pilule 4 différentes ne vous déplaise je parle en connaissance de cause, quand aux problèmes de libido si vos connaissances sont aussi coincée que vous c’est pas étonnant qu’elle ne vous en aient jamais fait état. D’autant plus qu’il n’est pas forcément évident pour la femme d’identifier que l’origine de sa baisse de libido est sa pilule, surtout quand on ne sait pas qu’elle peut avoir cet effet là.

    Réponse
  19. Merci pour ce bel article. Au bout de 20 ans d’hormones j’ai découvert la symptothermie. Une révolution pour moi … Même avec des cycles complètement irréguliers, je me suis familiarisée avec la méthode grâce à 6 mois d’apprentissage avec un suivi avec une monitrice. J’ai pris aussi des entretiens individuels. Il y a un groupe sur Facebook qui m’a aussi permis de connaître plein d’autres choses comme notamment le diaphragme (ah pas de chasteté pour moi !!!). J’ai découvert cette empuissancement dont on parle dans ce bel article. Une révolution pour moi. Je ne pensais pas que cette méthode juste d’appropriation de ses cycles pouvait me permettre une tel révélation sur mon être profond. Je joue avec le cycle de mes émotions et mon énergie qui en découle. Je m’épanouis, je me réveille, j’apprends à me respecter … Il faut du temps et de la patience au début ! Surtout avec des cycles irréguliers et une vie stressante … La méthode marche et c’est magnifique. J’aurai tellement aimé avoir pu connaître cette méthode il y a 20 ans. Je sais que mon premier amour m’aurait suivi dans cette méthode. Cela aurait changé ma vie car les hormones ont eu des graves conséquences : déprime, double embolie pulmonaire lié à la pilule mindrill, des cycles complètement dérégler à cause des implants, … Alors je pense que c’est très important que cette méthode soit connue afin que chaque femme puisse faire le choix en pleine conscience ! Encore merci pour cet article. Je souhaite qu’il puisse aider le plus de femmes comme cela m’a aidé 🙂

    Réponse
  20. Bonjour,
    Quel est le nom de l’application sil vous plait ?

    Réponse
  21. Ca ne m’étonne pas que ce taux d’échec ne vous parle pas puisqu’on mets sans arrêt en avant l’indice de pearl qui est un taux d’échec en usage parfait donc dans ce taux on ne retrouve pas le reflet de son efficacité en pratique…..Comme on le trouve en faisant une simple recherche google on trouve aisément qu’en usage typique la pilule a un taux d’échec beaucoup plus important lié à la possibilité d’oublis (mais ça ne vous concerne pas bien évidemment vous ne l’avez jamais oubliée et ne l’oublierez jamais)

    Réponse
  22. Parce que toi fleur bleu t’as jamais rien constater au fond de ta culotte? (ah ben non pardon avec la pilule y’a rien c’est trop cool!!!!!!!) ah oui c’est trop ragoutant pour toi! Par contre se faire aspergé de sperm le vagin n’importe quand dans le cycle grâce à la pilule là ça va c’est pas ragoutant. mais MDR je préfère largement être cataloguée de pré historique plutôt que d’être ridicule et paraitre aveuglée comme tu l’es, limite ça me fait plaisir!
    Moins de chances de tomber enceinte à cause de la pilule ça d’pends des femmes et si tu t’informes auprès de ton gynéco c’est évident que c’est pas lui qui va te dire le contraire puisqu’il est là pour prescrire la pilule et rapporter le fric au labo! Allo la terre appelle Fleur bleue chez bisounours land!

    Réponse
  23. Je ne sais pas si beaucoup de celles qui m’assènent leurs vérités premières sur la pilule l’ont vraiment prise… Ou bien elles avaient un gynéco pas terrible ? Je ne connais aucune femme dont la libido était annihilée du fait d’un contraceptif oral, en revanche j’en connais davantage qui sont bloquées par la peur d’une grossesse non désirée. Quant au taux d’échec de 6% de la pilule, j’aimerais bien savoir d’où vient cette statistique ? Une fois encore, si la pilule est un contraceptif simple et efficace, je n’ai jamais dit qu’elle dispensait d’un suivi gynécologique, qui permet aussi de déterminer les éventuels problèmes. Après libre à vous d’avoir une vie plus « naturelle », mais franchement ça ne fait pas envie.

    Réponse
  24. De pire en pire… En plus de devoir prendre sa température, il faut examiner les sécrétions vaginales ? C’est super ragoutant tout ça. Et arrêtez de me parler comme si je ne connaissais rien, je suis juste très étonnée que de nos jours, des femmes choisissent la préhistoire, mais après tout c’est leur choix. Une info au passage, parce que manifestement je ne suis pas la seule à ne rien comprendre à rien : les ovaires ne « rouillent » pas, même en cas de prise de pilule prolongée. On n’a pas moins de chance de tomber enceinte si on a pris la pilule, renseignez-vous…

    Réponse
  25. Fleur bleue mais c’est parfait que votre pilule vous convienne depuis plus de 20 ans!!! Jusqu’au jour où… Dites vous bien que ce n’est pas parce que vous n’avez pas eu de problème en 20 ans de pilule que vous n’en aurez jamais. Rappelons également que la pilule son taux d’echec en pratique est de plus de 6%….
    Quand au côté repoussoir anti sexy : on en parles du nombre de femmes pour qui la pilule inhibe complètement la libido youhouuuuu vive la féminité!!!!!!!!!!!!! Là c’est sur pas de risques de grossesse! (oui je sais vous vous avez pas de problèmes blabla mais vous ne refletez pas la majorités dites vous le bien).
    En sympto on se contente pas de la température on observe sa glaire et éventuellement son col, encore faut il s’intéresser à minimum à son corps pour ça, et avoir d’autres objectifs que l’asservir ce qui visiblement n’est pas votre cas.

    Réponse
  26. Personnellement je ne me sens plus « soumise à mon cycle » puisqu’il fait partie de notre vie et ce n’est pas si contraignant, c’est une question d’habitude… Lorsque je prenais la pilule par contre je me sentais dépendante de ce petit cachet, et je ne trouve pas qu’être hormono-disponible pour son homme h24 soit une véritable libération, mais c’est une question de point de vue… J’aime comprendre mon cycle et m’y adapter ! et il y a d’autres façon de se faire plaisir en période fertile si on est en mode contraception 😉
    S’il te plaît ne dénigre pas quelque chose que tu ne connais pas et que tu n’as pas testé ! allez bonne route Fleur Bleue
    Pryska merci pour tout ce que tu fais 🙂

    Réponse
  27. Bonjour Pryska!
    On s’était échangé quelques mails le 1er mois où j’ai commencé avec le logiciel. Suis contente de vous voir maintenant!
    Pour porter mon expérience, je voulais dire que j’étais contente d’avoir trouver un moyen avec lequel je suis contente de fonctionner. La prise des températures est en effet un peu fastidieuse mais ça me permet de garder le sérieux de la chose observée..puis les prises diminuent après la première année.
    Pour ma part, la pillule ne me convenait plus depuis un moment (dépendance et synthétique) et ça me semblait dingue qu’on ne puisse pas « depuis le temps » savoir comment on fonctionne.
    Et d’autre part, le retour à la capote permet d’assumer ses choix.
    J’ai essayé de « convertir » mes soeurs mais pensent aussi que la pilule est très pratique..mais qu’elles y réfléchiront plus tard.
    Bonne route à toutes et à tous
    Ursule

    Réponse
  28. Fleure Bleue,

    Un peu de calme…. Je suis une jeune fille de 23 ans qui à 10 ans d’hormones derrière elle, je pratique la sympto depuis presque 1 an, je suis donc à à la fin de mon 9eme cycle.
    J’ai des cycle allant de 25 à 45J ! Et oui la sympto a libéré ma féminité profonde ! La pilule me rendait dépressive, sans émotion, j’avais pris 5 kilos et je n’avais plus aucune libido, pour vous c’est ca le must de la féminité ? Quand vous dite que la pilule régularise les cycles : laissez moi vous expliquer comment fonctionne la pilule : ce merveille cachet envoie l’hormone de la grossesse à votre cerveau… Votre corps se croit enceinte ! Vos seins n’ont plus aucun cycle et vos ovaires non plus ce qui accroît les risques de cancer ! Mais comme c’est pas très vendeur pour les labos personne n’en parle !
    la différence entre ‘méthode prise de temp’ et Sympto : suffit de regarder la vidéo de six mn.. y’a un triple contrôle : Température, Notre glaire cervicale (élixir de vie en sympto) change d’aspect suivant dans quelle phase du cycle nous sommes, c’est très clair une fois qu’on a l’habitude, et la position du col de l’utérus qui suit le même rythme que l’élixir. Ce contrôle me prends 2mn dans ma journée, et c’est clairement plus glamour que de gober un cachet bourré d’hormones à la même heure chaque jour !
    Cette méthode une fois acquise sert toute la vie… et quand je voudrais un enfant ca sera la chose la plus simple du monde vu que je n’aurai pas les ovaires complètement rouillés.
    L’application est très fonctcionnelle et calcule pour nous nos fenêtre de fertilité.. A condition que nos observation soit justes, c’est pourquoi nous avons un manuel de 120 pages à lire et comprendre (au pire nous avons des suivies conseillères qui coûtent moins cher qu’une visite chez le gynéco). Le but de cette méthode est d’AUTONOMISER et RESPONSABILISER. A vous lire on dirait que la pilule est fiable à 100%… Pourtant des bébés pilule j’en connais !
    Si on pratique l’abstinence ou les rapports sans pénétration la sympto est clairement PLUS fiable que la pilule. Donc, avant de crier au loup, dite vous bien qu’on vous a caché cette méthode, et maintenant on vous la propose, vous acceptez ou vous refusez mais ne jugez pas sans connaitre ou avoir testé !
    Bonne découverte et Namasté

    Réponse
  29. Une amie pense comme toi, Fleur Bleue. Se réapproprier sa féminité, c’est pouvoir être maître de son corps, à l’aide d’artifices s’il le faut. Elle a conscience que son cycle sous pilule n’est pas un vrai cycle (un peu de biologie…), des effets secondaires, mais préfère ce qui est, selon elle, une maîtrise totale. Je comprends et respecte son choix, je suis heureuse qu’elle ait trouvé un moyen de se protéger des grossesses indésirées qui lui convienne et je suis pour que toutes les femmes choisissent en toute connaissance de cause, dans la bienveillance. Merci de ne pas décrédibiliser cette méthode qui a soulagé des milliers de femmes des effets secondaires de la contraception hormonale.

    Réponse
  30. Je suis un peu étonnée de ce manque de tolérance… Il faut accepter que certaines femmes préfèrent se réapproprier leur corps et ne plus être sous hormones synthétiques. A moins que vous faites l’amour tous les jours aux aurores, la prise de température n’est pas contragnante et n’empêche pas les câlins… En plus, veuillez m’excuser mais ce n’est pas plus contraignant que de prendre une pilule tous les jours à la même heure.
    Vous n’êtes pas pour la sympto soit, mais respecter celles qui choisissent cette méthode. Jusqu’à présent c’est vous qui prenez les autres pour des idiots parce qu’ils ne choisissent pas d’avoir de fausse règle, un cycle déterminé par la prise d’hormones ou encore qui choisissent en arrêtant la pilule de redécouvrir leur corps.
    Certaines femmes n’ont peut-être aucun effet secondaire avec la prise de pilule mais beaucoup d’autres en ont et ça fait franchement du bien de voir que ces effets disparaissent quand on arrête la pilule.
    On est libre de faire nos choix et venir dire que la symptothermie c’est n’importe quoi, alors que vous ne connaissez visiblement pas du tout, et que vous n’avez jamais essayé c’est simpliste.
    ABE vous n’êtes pas pour mais ne décrédibilisez pas ce que vous ne connaissez pas.

    Réponse
  31. Si la contraception n’a pas à être glamour, elle n’a pas non plus à être un repoussoir anti sexy, et c’est précisément ce que m’inspire l’idée de devoir prendre ma température avant toute chose quand je me réveille. À votre avis, qu’est-ce-qui est le plus libérateur ? Être soumis aux aléas du bon ou mauvais moment du mois, ou avoir la possibilité de faire ce qu’on veut quand on veut ?

    Désolée, prendre la pilule ne relève pas de l’assistanat, il s’agit juste d’un moyen contraceptif simple, rapide et immédiat. Quant aux fameux effets secondaires… Si la pilule est bien adaptée et qu’on a le suivi gynécologique approprié, il n’y en a pas : je prends la même depuis près de 20 ans sans problème, sauf quand j’ai voulu être enceinte bien sûr. Et pour ne pas juger la « symptothermie » sans l’expérimenter, (au fait, quelle est la différence fondamentale avec la méthode des températures ?), il faudrait déjà que j’en aie envie et je me demande vraiment ce qui pourrait me pousser à le faire ? Pas une histoire de prix, car ma pilule est remboursée… Une autre idée ?

    Réponse
  32. Je ne comprends vraiment pas votre agressivité Fleur Bleue. Personne ne vous demande de changer de mode de contraception. Soyez juste ouverte et contente que de nos jours plusieurs méthodes sont disponibles et que chacune a le droit de choisir son mode de vie! Cependant certaines femmes ont des symptômes indésirables avec la pilule et donc se tournent vers des méthodes plus naturelles et qui respectent le cycle dans son état pur. C’est certain que la pilule régularise les cycles! Mais il y a des symptômes que certaines femmes n’apprécient pas. Vous ne voulez pas prendre votre température et connaître votre corps et ben certaines femmes ne veulent simplement pas ou plus prendre de pilules! La plus belle chose c’est que de nos jours nous sommes libres de choisir la méthode qui nous convient le mieux! Après 15 ans sous pilules, il y a eu des avantages comme des inconvénients (plus d’inconvénients me semble-t-il mais bref) et je suis super heureuse depuis quelques mois de pouvoir me retrouver, comprendre mon cycle et partager cela avec mon ami et une communauté de femmes (et d’hommes) qui s’intéressent à la nature propre et magique du cycle de la femme. Chacun son truc mais une chose que je bannie c’est les généralités, la méchanceté gratuite et la fermeture d’esprit! Bonne route

    Réponse
  33. J »ai découvert la sympto il y a presque 6 mois, et je dirai presque que cela à changer ma vie ! je ne prends plus d’hormones depuis plus de 10 ans et avec cette méthode j’ai une véritable précision sur les phases de mon cycle. Avant je prenais en compte uniquement mes ressentis et ma période de règles, là je vois en détails tous les changements, subtils et significatifs, et je redécouvre ma féminité dans toute sa complexité. Le guide d’apprentissage de la sympto est un cours de biologie féminine ultra détaillé, passionnant pour nous les femmes et à la fois surprenant de constater à quel point que nous connaissons si mal notre corps ! la méthode est fiable si bien appliquée et j’ai une totale confiance en moi. Les observations ne sont pas du tout contraignantes, ça prend vraiment quelques secondes et c’est un vrai bonheur de pouvoir observer son corps au naturel ! Un grand merci aussi au groupe FB pour le soutien mutuel et la bonne humeur qui y règnent 😉 Je ne regrette qu’une chose… que les femmes de mon entourage ne soient pas déjà libérées des hormones !

    Réponse
  34. Je ne comprends pas pourquoi certaines femmes son Teampilule. Ont elles des actions dans les boites pharmaceutiques ? Aiment elles ingurgiter des cachets ? La sympto n’est PAS contraignante, en tous cas c’est ce que je ressens vraiment. Prendre sa température au réveil le temps d’immerger est bien moins contraignant que devoir rentrer chez soi à chaque fois pour prendre sa pilule (car oui, selon le moment du cycle tu n’es même pas obligée de prendre ta température). C’est sain, c’est notre corps. On apprend à l’aimer, le comprendre, avec son partenaire. Alors oui, prendre un cachet stérilisant demande bien moi d’engagement, juste à se l’enfoncer bien profond dans le gosier et laisser la chimie faire. Pour quel coût ? la pollution, la féminisation de la vie aquatique… quelle tristesse. La pilule, c’est ce laisser dominer par la sexualité des hommes et la société actuelle.

    Réponse
  35. Eh bien moi je suis plus que convaincue! Et désolée Fleur Bleue mais en te lisant on comprends parfaitement que tu parles sans savoir….Et si tu t’es informée ben tes sources sont loin d’êtres bonnes. La pilule qui régule les cycles mais MDR!!!! Evidemment que c’est réglé comme du papier à musique puisque sous pilule on endors les ovaires pour empêcher l’ovulation et que les règles n’en sont en fait pas de vraies, ce sont des saignements artificiels liés aux jours de pauses entre 2 plaquettes….
    Que la sympto ne te corresponde pas ok chaque femme a le choix mais dénigrer comme cela et raconter n’importe quoi en critiquant agressivement non merci! Tu n’y crois pas ? C’est bien dommage! Mais on s’en fou tu fais ce que tu veux mais nous aussi.
    Je précise quand même que l’OMS a fait des études qui ont abouties à ces statistiques donc si tu t’estimes supérieure à l’OMS ben postule!!!
    La féminité selon toi, c’est donc être soumise à 1cp par jour, et aux doses hormonales des pilules ? Ben pour moi on est loin de la féminité!!! Mais au summum de l’embrigadement des lobbies pharmaceutiques !

    Réponse
  36. Chère Fleur Bleue… Qui a dit que la contraception était faite pour être glamour ? Il y a des choses glamours dans la vie : nous ne parlons pas du Festival de Cannes ici mais bien d’un moyen de comprendre et gérer naturellement et efficacement son cycle… Alors oui évidemment, ceci nécessite un peu de temps, de courage et d’attention : ce n’est pas pour rien que Pryska parle d’apprentissage car nous ne sommes plus dans l’assistanat auquel nous a habitué la pilule. Cela fait partie d’une rééducation globale ! Mais bien évidemment, cela fait partie de votre liberté la plus entière de poursuivre avec la pilule, si celle-ci vous convient, en votre âme et conscience. Mais ne jugez pas sans expérimenter la symptothermie 🙂

    Réponse
  37. continue la pilule si tu en es satisfaite. D’autres femmes souffrent cruellement des effets secondaires et préfère s’orienter vers une méthode qui ne pollue pas leur corps. Bonne route à toi.

    Réponse
  38. Ah non, pas çà ! Ce n’est pas parce que je ne suis pas d’accord que je suis forcément ignorante. C’est précisément après avoir analysé les avantages et les inconvénients des différentes méthodes de contraception que j’ai choisi la pilule il y a plus de 20 ans et que je continue à la prendre aujourd’hui. Tu trouves cela pratique de devoir prendre sa température tous les matins, d’en revenir aux capotes en attendant qu’on ait fini son « apprentissage », de savoir si on a les bonnes étoiles pour pouvoir faire des câlins ? C’est cela que tu appelles « se réapproprier sa féminité profonde » ? Il faut que tu m’expliques… Arrête de prendre les gens pour des idiots au motif qu’ils ne partagent pas ton point de vue !

    Réponse
  39. on t’a caché cette alternative, et comme nous toutes tu t’es fait avoir par le discours lénifiant des labos pharmaceutiques et du corps médical. Documente toi un peu et tu découvriras la vérité.

    Réponse
  40. Désolée mais je ne suis pas d’accord : la pilule peut régulariser les cycles. D’ailleurs quand j’ai commencé à la prendre ce n’était pas du tout comme contraceptif. Ensuite, il faut qu’on m’explique la différence entre la méthode des températures et la « symptothermie », parce que, pour moi, c’est du copier-coller avec certes une appli et non plus une feuille de papier… Je trouve aussi que c’est super contraignant et anti glamour au possible (genre « désolée chéri, je ne peux pas faire de câlins, il faut d’abord que je prenne ma température pour savoir si je risque de tomber enceinte »).

    On est tout à fait libre de ne pas vouloir de pilule, de préservatif… on peut ne vouloir prendre aucune contraception mais je déteste ce discours lénifiant selon lequel adopter une contraception « naturelle » du type ogino, température… permet de se réapproprier sa féminité. Pour moi, se réapproprier sa féminité doit permettre d’être maître de son cycle, de sa vie intime, d’avoir la vie sexuelle qu’on veut, quand on veut, sans craindre les conséquences sur l’avenir. Aucune méthode non artificielle ne permet cela, on reste soumise à son cycle.

    Réponse
  41. Ne t’énerve pas Fleur Bleue. La sympto n’a rien a voir avec la stricte méthode des températures… la ST est adaptée à toutes les femmes qui ont des cycles irréguliers, qui allaite, qui sont en pré-ménopause. Pendant la période d’apprentissage, on se protège avec le préservatif et le diaphragme. Tu es libre d’utiliser la pilule, qui ne régularise pas le cycle du tout (elle provoque juste des saignements pour imiter les règles), elle te donne un certain confort. Mais merci de ne pas décrédibiliser la symptothermie car beaucoup de femmes ne veulent plus de la pilule et il faut aussi respecter ce choix. Un peu de tolérance et de liberté!

    Réponse
  42. La « symptothermie », un moyen de « se réapproprier sa féminité » ??? N’importe quoi. La méthode des températures n’est pas une nouveauté, même si ça fait plus chic de l’appeler comme çà…
    Qu’en est-il des femmes qui ont des cycles très irréguliers, allant de 25 jours à plus de 2 mois ??? Et pendant la « période d’apprentissage », on fait quoi ? Ceinture de chasteté ? Pendant ce temps, la pilule permet de contrôler son cycle, de le régulariser, le cas échéant de décaler ses règles pour qu’elles ne tombent pas durant une période qui ne nous arrange pas. Et la prise pilule, même prolongée, n’empêche pas de tomber enceinte, mes 4 enfants en témoignent.

    Réponse
    • La pilule de régule pas les cycles.
      La pilule libère une hormone qui imite la grossesse, en simple, ton cerveau pense que tu es enceinte. C’est grâce à cette tromperie qu’on obtient la contraception, car qui dit enceinte dit infertile (sinon on pourrait avoir pleins de bébés d’âges différents en même temps….).
      Les règles quand on prend la pilule ne sont pas des règles, simplement des saignements de privation. Ton cerveau ne reçoit plus d’information de gestation, ton corps fait donc une évacuation : tu saignes.

      J’ajoute à ça que de nombreux médecines ne contre-indiquent pas, voir recommandent, le fait d’enchaîner les plaquettes. Selon eux, et leur avis n’est pas stupide quand on y pense, il est moins perturbant pour le corps de lui faire croire à une grossesse pendant 5 mois, plutôt que de faire le yoyo. Je dis 5 mois parce qu’ils recommandent tout de même de faire une pose tous les 5 mois (je crois), pour dire d’évacuer, faire une pause.
      Les risques pour la santé sont moins élevés (car l’utilisation est plus stable) et la fiabilité du contraceptif est renforcée, car on supprime les quelques jours risqués aux alentours des règles.

      Ton cylce n’est pas régulé, il est supprimé et remplacé par une simulation de grossesse. C’est justement pour cette raison aussi que les « règles », lorsqu’on prend la pilule, ne sont absolument pas une preuve que tu n’es pas enceinte.

      Et en effet la symptothermie et la pilule ne sont pas comparable.
      Puisqu’il s’agit d’une connaissance de soit et de son corps, et d’un moyen chimique de simuler une grossesse afin de se rendre infertile.
      C’est comme comparer une séance de méditation à la prise de 3 médicaments matin et soir, pour le stress, le sommeil, et les douleurs.

    • La symptothermie n’est pas la vielle méthode des températures; la symptothermie, elle, est vieille aussi, mais l’améliorer sensiblement, ce que nous avons fait, est-ce interdit? Pendant la phase fertile, on se protège: le préso, cela existe. la pilule ne régularise rien du tout, au contraire, elle efface le cycle.

Réagissez ! Postez un commentaire

Share This